Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 20 janvier 2022

Marine Tondelier : « À Calais, Zemmour cherche à faire du buzz sur la misère humaine. C’est abject »

Ce mercredi 19 janvier, Éric Zemmour était en visite à Calais. De nombreux militants l’ont chaudement accueilli, remettant en cause son parcours et écourtant sa visite. De son côté, dans son discours aux parlementaires européens, Emmanuel Macron a lié la question migratoire et la question de la sécurité, de l’armée de la défense. Marine Tondelier, élue EELV des Hauts-de-France, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur le déplacement d’Éric Zemmour à Calais
« Zemmour était jaloux de ne pas être à Strasbourg qui était The place to be. »
« Il a essayé de se faire remarquer. Je le dis en rigolant mais en fait c’est assez abject de vouloir faire du buzz sur la misère humaine. »
« C’est un déplacement raté de plus pour Eric Zemmour. »

Sur les habitants des Hauts-de-France
« Je suis élue dans une ville où le RN a été élu à 75% des voix au premier tour donc il m’est difficile d’expliquer que les habitants ne croient pas dans ce discours. »
« Je ne crois pas que ça soit sur ces sujets-là [la question migratoire] que les habitants votent RN. »
« À Hénin Beaumont, Steeve Briois est plutôt dans une politique de gendre idéal, de maire de proximité. Son slogan pour 2020 c’était "la ville jardin ». Et en 2014 c’était sur des citations de Jean Jaurès pour expliquer aux habitants qu’il serait plus socialiste que les socialistes eux-mêmes. »
« Les habitants ne sont pas dans ce débat politique et idéologique sur ces questions-là. »

Sur la question migratoire et la gauche
« Il faut tenir bon sur les valeurs. »
« La faute politique et morale de la gauche, c’est d’avoir lâché sur les valeurs. »
« Je n’ai entendu qu’un seul candidat à l’élection présidentielle être clair sur ce qu’il se passe à Calais. Il [Yannick Jadot] est le seul à être allé rencontrer les humanitaires et les réfugiés. »
« Il faut toujours réussir à montrer l’humain qui se cache derrière les flux migratoires. »
« On parle de réfugiés morts en mer. Il s’agit d’hommes, de femmes et d’enfants. Il faut davantage humaniser notre discours. »

Sur le discours de Macron au Parlement européen
« Il y a une compétition entre la droite, la droite extrême et l’extrême droite sur le sujet migratoire. »
« Emmanuel Macron met de côté l’humain. »
« Les humanitaires nous racontent qu’ils ont exercé sur des terrains en guerre et que ce qu’ils vivent à Calais, ils ne l’ont jamais vécu avec les forces de l’ordre qui confisquent les médicaments, les effets personnels, qui mettent des coups de côté dans les citernes d’eau… »
« Il y a beaucoup de lâcheté de la part d’Emmanuel Macron sur le sujet migratoire mais ça vaut aussi pour le climat ou les femmes. »

Sur le ministre de l’Intérieur
« Les leçons d’humanité de Gérald Darmanin nous affectent peu. »
« Les personnes qui arrivent à Calais ne veulent pas rester en France. Leur objectif, c’est l’Angleterre. »
« Darmanin propose des logements très éloignés de la côte alors que leur objectif est de rejoindre l’Angleterre. »
« Évidemment qu’il faut combattre les passeurs. »
« Il faut renégocier au plus vite les accords du Touquet parce que les Calaisiens portent seuls cette charge. »
« Les personnes qui sont à Calais et qui souhaitent rejoindre l’Angleterre veulent y aller parce qu’elles connaissent déjà des personnes qui y vivent, avec des familles qui les attendent. »
« C’est pas à nous de décider si les exilés veulent aller en France, en Angleterre ou en Allemagne. »

Sur Dublin et les quotas d’accueil
« On veut discuter entre pays européens d’une répartition juste. »
« Il faut que chaque pays européen prenne sa part. »
« Les accords de Dublin font peser une charge lourde sur les pays frontaliers de l’Europe. »
« Il faut revoir nos accords avec les pays frontaliers de l’Union européenne à qui l’on sous-traite une partie de nos politiques migratoires : la Libye, la Turquie. »

Sur les migrations climatiques
« Ça n’est qu’une question de climat c’est aussi une question d’inégalités mondiales. »
« Les inégalités sont telles qu’on ne pourra pas empêcher les gens de vouloir un futur meilleur et de tout quitter pour un ailleurs. »

Sur les écologistes
« Les écologistes sont l’avenir de la gauche. »
« Nous ne laissons rien tomber des combats historiques de la gauche et des promesses qu’elle a toujours portées. Mais nous y ajoutons 40 ans de combats écologistes. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.