Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 23 mai 2018

Meriem Derkaoui (Maire d’Aubervilliers) : « On n’a rien à attendre d’Emmanuel Macron donc on va continuer à se battre »

Au lendemain du discours d’Emmanuel Macron sur les banlieues, que retenir ? Quelles propositions ? Cette "nouvelle philosophie" dont parle le président de la République est-elle à la hauteur des espérances des élus locaux ? On en parle avec la Maire communiste d’Aubervilliers, Meriem Derkaoui.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Message de la rédaction : nous vous présentons toutes nos excuses pour le son de l’invitée qui n’est pas de bonne qualité.

 

VERBATIM

 

Sur les mesures d’Emmanuel Macron pour les banlieues
« Je ne suis pas vraiment déçue puisqu’on nous annonçait la couleur depuis plusieurs jours. »
« On sentait venir le monsieur Macron que nous connaissons : c’est à dire la conduite d’une politique de droite, trop sûre d’elle, en dehors des réalités. »
« Même si je suis réservée sur le plan Borloo, c’était quand même le service minimum. »

Sur les quatre prochaines années
« Je suis plus déterminée que jamais (…). On n’a rien à attendre d’Emmanuel Macron donc on va continuer à se battre. »
« La méthode d’Emmanuel Macron c’est la montagne qui accouche d’une souris. Il n’y a rien de concret pour répondre aux besoins des villes populaires et de la banlieue. »
« On va poursuivre la mobilisation. »
« L’une des revendications de l’appel de Grigny c’est l’égalité républicaine, le traitement digne des banlieues. »

Sur la situation des banlieues
« L’école la moins dotée de Paris est bien mieux que l’école la mieux dotée de la Seine-Saint-Denis. »
« La scolarisation des enfants de moins 3 ans concerne 12% des enfants en Ile-de-France contre 2% dans les banlieues. »

Sur le fond du discours et les « deux mâles blancs »
« C’est scandaleux venant d’un président de la République. »

Sur la sécurité dans les quartiers populaires
« J’invite Emmanuel Macron, la Maire de Paris et le Maire du 19ème arrondissement à venir voir le camp de migrants où les gens s’entassent, dans des conditions indignes, sous le périphérique porte de la Villette et porte d’Aubervilliers. »
« Ce qu’on veut, c’est connaitre le nombre de policiers qu’il va recruter et la répartition ville par ville selon le principe de l’égalité républicaine. »
« La police nationale n’est pas là que pour réprimée, elle est là pour assurer une présence, pour parler avec les habitants. »

Sur la place des « mamans » dans les quartiers
« Il avait dit que l’égalité femmes-hommes serait une cause nationale : nous attendons toujours les moyens pour les associations et les communes. »
« J’invite Emmanuel Macron à venir voir à Aubervilliers où 20% des familles sont des familles monoparentales, femmes seules avec enfants. »
« Les mamans n’ont pas besoin qu’on leur fasse la leçon pour qu’on leur dise comment être une maman. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.