Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 18 octobre 2019

« Tout le monde théorise sur le hijab mais on ne donne pas la parole aux concernées »

Le débat sur le voile qui s’invite régulièrement dans l’actualité oublie toujours de faire émerger une parole : celle des femmes concernées. La journaliste et YouTubeuse Nadiya Lazzouni (Speak Up Channel), est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

POUR ÉCOUTER CETTE MIDINALE EN PODCAST
>> sur Spotify
>> sur Apple

 

VERBATIM

 

 Sur le regard porté sur les femmes qui portent le voile 
« Je n’ai porté le voile qu’à partir de 27 ans. Et quand on fait ce choix à un âge aussi tardif, c’est que c’est bien réfléchi et consenti. »
« [Le port du voile], c’est l’aboutissement d’un cheminement spirituel. »
« On ne voit que le hijab sur ma tête : je suis un hijab sur pieds. »
« Ce n’est que lorsque j’engage la discussion avec les autres que l’on se rend compte qu’il y a un cerveau sous le foulard. »

 Sur le débat sur le voile comme diversion 
« Le débat sur le voile, c’est une façon de faire diversion. »
« Le débat sur le voile masque les véritables problèmes auxquels les politiques devraient faire face. »
« Jean-Michel Blanquer vient nous dire que le hijab n’est pas souhaitable dans notre société à un moment où la France traverse une crise sociale sans précédent, à un moment où, au sein de l’éducation nationale, des directrices d’établissement se suicident sur le lieu de travail… »
« Ce qui n’est pas souhaitable M. Blanquer, c’est que vous ignoriez la souffrance du personnel enseignant qui a la lourde tâche d’éduquer nos enfants. »
« De tout temps, on a toujours cherché un ennemi commun pour faire diversion et ne pas s’occuper des vrais problèmes. »
« Il n’y a pas de problèmes avec l’islam ou avec les musulmans : le problème, c’est les racistes et leur impossibilité à faire face aux vrais enjeux et défis de notre société. »

 Sur la laïcité 
« On nous parle en boucle d’entorses à la laïcité alors même que des ministres qui, eux, sont liés au principe de neutralité (et pas nous – ça ne vaut que pour les agents du service public), sont en train de régir l’islam. »
« La loi de 1905 est méconnue : elle sépare les Eglises et l’Etat et demande la neutralité des agents du service public – pas des usagers que nous sommes. »
« Comme on en parle systématiquement au quotidien sur les chaînes d’information en continu, on fait de l’islam une religion politique. Ce qui n’est absolument pas le cas en bas – ça vient d’en haut. »

 Sur le racisme anti-musulmans 
« Il y a une surenchère du racisme anti-musulmans mais surtout anti-musulmanes puisque ce sont les femmes qui sont visibles et identifiées. »
« La question de l’islam et du hijab renarcissise des égos en manque de reconnaissance. »
« [Le journaliste de LCI Olivier Galzi] devrait être mis à pied pour ce qu’il a dit. On attend des sanctions. »
« Est-ce qu’on attend un passage à l’acte ? Des morts ? C’est une question qu’avait l’air de se poser Zineb El Rhazaoui… Est-ce que pour elle la preuve du racisme anti-musulman ne se fera que lorsqu’il y a aura une femme morte ? »

 Sur les raisons qui amènent à porter un voile 
« Le port du voile découle d’une démarche personnelle et religieuse. »
« On parle de nous mais on ne nous demande pas la dimension que l’on donne au hijab… »
« Tout le monde théorise sur le hijab mais on ne donne pas la parole aux premières concernées. »
« On nous dit que la France s’islamise, qu’il y en a de plus en plus dans la rue mais on n’est incapable d’en inviter une sur un plateau télé. Tout ça relève du fantasme. »
« On regarde la télé et on se dit que l’on n’est pas représenté. »
« On essaie de nous invisibiliser de l’espace public tout en nous demandant de renforcer notre appartenance à la communauté nationale. »
« La visibilité des minorités [dans les différents espaces] permet aux individus de se sentir français. »
« On grandit avec les codes de sa famille, de ses cercles d’amis… C’est un processus naturel (…). Mais la liberté, c’est l’absence de contraintes. Dans la mesure où l’on ne m’a pas forcée à porter le hijab, je jouis de cette liberté. En revanche, lorsque nos politiques et nos médias s’interrogent sur l’opportunité de nous interdire de porter le hijab, on exerce une contrainte et on nous prive d’une liberté. »

 Sur l’interdiction du voile dans l’espace public 
« C’est un discours clairement anti-républicain. »
« La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen date de 1789 dispose, son article 10, que “nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi”. »
« La Constitution et plusieurs conventions internationales garantissent la liberté de religion. »
« [Ceux qui sont pour l’interdiction du voile dans l’espace public] ont un problème avec la liberté. Si le cadre juridique d’Etat de droit de la France ne leur va pas, ils peuvent aller vivre dans d’autres pays plus autoritaires. »

 Sur la responsabilité des politiques 
« Ce qui se passe est criminel. J’espère que [nos responsables politiques] n’ont pas conscience de ce que les femmes musulmanes subissent. »
« Le racisme anti-musulman n’est pas le problème uniquement des musulmans : c’est le problème de tous les Français. »
« On attend des personnes que l’on a élues qu’elles œuvrent pour la concorde nationale. Mais ce n’est pas ce qu’ils font : ils proposent de la délation, de la division, de la haine. »
« Les discriminations genrées sont très ancrées dans la société française : ce n’est donc pas étonnant que les femmes musulmanes soient les premières victimes. »
« Il n’y a pas de rupture avec le passé colonial. »

 Sur le féminisme et le port du voile 
« Le féminisme, c’est reconnaître aux femmes le droit de disposer de leurs corps comme elles l’entendent. C’est aller vers une égalité entre les hommes et les femmes. »
« On n’est pas des écervelées : si on a décidé de porter le hijab, vu le contexte, c’est qu’on a bien réfléchi à deux fois avant de le faire. »

 Sur les conséquences de la situation actuelle 
« Une des conséquences de ce qui est en train de se passer, c’est le repli identitaire. »
« On vous fait comprendre que vous n’êtes pas souhaitable comme vous êtes, on vous humilie devant tout le monde, devant votre propre enfant. »
« A à peine 10 ans, [le fils de la mère qui portait un voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté] sait déjà qu’il n’est pas un vrai Français. »
« Le communautarisme et le séparatisme sont entretenus et nourris par des propos tenus par 3 membres du gouvernement. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • j’adore cette femme  !

    nadira Le 14 novembre à 22:00
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.