Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 10 décembre 2018

Nathalie Arthaud : « Ce qui s’exprime aujourd’hui est bien plus puissant que ce qui s’exprime dans des urnes »

Au lendemain de l’acte IV des mobilisations des gilets jaunes, où va le mouvement ? Est-ce un mouvement ouvrier ? Une dissolution de l’Assemblée nationale, pourrait-elle être une solution ? La porte-parole de Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud était l’invitée de la Midinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur le mouvement des gilets jaunes 
« Je suis solidaire des revendications ouvrières qui s’expriment dans le mouvement des gilets jaunes. »
« Je milite pour que le mouvement des gilets jaunes se développe dans les lieux de travail et en pointant la responsabilité de la classe capitaliste. »
« Il y a un mécontentement et une révolte profonde dans la société. »
« Je suis convaincue que le mouvement peut rebondir encore et même s’amplifier. »
« Dans toutes les entreprises, les travailleurs se posent la question de savoir ce qu’ils font… »

 Sur la répression policière 
« [La mobilisation des forces de l’ordre] est une façon d’étouffer dans l’œuf le mouvement. »
« J’ai trouvé très choquant l’atmosphère de psychose que le gouvernement a laissé planer sur la journée de mobilisation. »
« Le gouvernement a tout fait pour qu’il n’y ait personne dans les rues de Paris. »
« J’ai été heureuse de constater qu’il y avait du monde sur les Champs-Elysées comme sur les barrages. »

 Sur les luttes qui se greffent à celles des gilets jaunes 
« Je suis prof dans un lycée, j’ai fait grève vendredi et on se pose la question de se mettre en grève reconductible. »
« On s’oppose à la réforme du baccalauréat, à Parcoursup, à toute cette politique qui consiste à faire du tri social. »

 Sur le caractère ouvrier du mouvement des gilets jaunes 
« Je ne dirais pas que le mouvement des gilets jaunes est un nouveau mouvement ouvrier. »
« Le mouvement des gilets jaunes est essentiellement constitué de travailleurs, au chômage, en activité, temps partiel, travailleurs à la retraite… mais ses revendications ne sont pas que prolétariennes. »
« Il y a aussi des revendications de petits artisans, de petits patrons. »
« Le centre de gravité du mouvement des gilets jaunes n’est pas sur le terrain du combat de la classe ouvrière. »

 Sur le rapport des gilets jaunes aux prélèvements obligatoires 
« Se limiter à des revendications aussi vagues que ”à bas les impôts”, ça nous amènera dans une impasse. »
« A Lutte Ouvrière, nous sommes pour les impôts, si c’est la bourgeoisie qui les paye. »
« On est contre les taxes qui sont payées indifféremment par les riches et par les pauvres. »

 Sur ce que devrait être la cible des gilets jaunes 
« Le mouvement des gilets jaunes, s’il est seulement dirigé contre Macron qui sert de paratonnerre à la foudre, mais les responsabilités de la classe capitaliste sont immenses. »
« C’est la classe capitaliste qui crée le chômage de masse, qui écrase les salaires, qui augmente les cadences, qui fait reculer la condition ouvrière. »
« Le système capitaliste est en crise. »
« Si on ne cible les responsables principaux de la crise actuelle, on risque de donner un coup d’épée dans l’eau. »
« Macron peut tomber : et alors ? On aura toujours ces grands capitalistes, ces grands actionnaires rapaces qui font fortune sur l’exploitation en aspirant toutes les ressources, y compris celles de l’Etat. »

 Sur l’appel à la dissolution de l’Assemblée nationale par Jean-Luc Mélenchon 
« Tous ceux qui prenaient les coups, baissaient la tête, se mettent à s’exprimer. »
« Les travailleurs ont dans leurs mains des moyens de pression énormes. »
« Ce qui se passe sur les ronds-points, je milite pour que ça se passe demain dans les entreprises. »
« Je n’en appelle pas aux urnes. »
« Tous ceux qui peuvent se succéder au pouvoir, à la présidence de la République, gouverneront dans le cadre des rails imposés par le système capitaliste – et s’y soumettront. »
« Ce qui s’exprime aujourd’hui est bien plus puissant que ce qui s’est exprimé dans les urnes en 2017. »

 Sur l’issue de la mobilisation des gilets jaunes 
« Si les gilets jaunes prennent conscience de leur force, ils ont les moyens de changer la société. »
« Nous sommes convaincus que l’issue de la crise viendra du combat contre la bourgeoisie qui combat tous les pouvoirs. »
« Il faut que les travailleurs retrouvent leur conscience de classe, de leurs intérêts de classe et de leurs perspectives de classe. »

 Sur le refus de faire une liste commune avec le NPA aux prochaines élections européennes 
« Le NPA ne fait pas des intérêts des travailleurs sa priorité. »
« En se voulant la caisse de résonnance de tous les combats qui peuvent se mener, de l’écologisme, du féminisme, ils mettent tout sur le même plan pour s’adresser à tous et du coup à n’importe qui. »
« Nous hiérarchisons les luttes parce que nous pensons que ceux qui détiennent la solution et la capacité de faire la révolution, c’est la classe ouvrière. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • arthaud a raison sur sa critique du NPA. Les revendications à base de LGBTQ++ et de "Refugiés Réacs Welcome" nuisent considérablement au mouvement ouvrier.

    Les ouvriers sont naturellement matérialiste, souvenez vous en. Les débats sur le sexe des anges et le droit de prier Jéhovah : on s’en bat les couettes

    monKheyou Le 22 janvier à 16:18
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.