Accueil | Par | 18 avril 2018

Nathalie Athina (syndicaliste Air France) : « Après 20 ans d’ancienneté, je gagne autour de 1700 euros par mois. »

Au lendemain de la grève à Air France et à la veille de la mobilisation interprofessionnelle, on fait le point avec Nathalie Athina, salariée d’Air France et syndicaliste, sur la grève, la convergences des luttes et les suites à donner au mouvement social. Elle est l’invitée de La Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur Air France 
« On va vers un durcissement du mouvement. »
« Les négociations ont été arrêtées puisque la direction a refusé la proposition faite par l’intersyndicale. »
« Ce que je ressens, c’est une lassitude et beaucoup de mécontentement vis-à-vis de ce qui nous est imposé par la direction depuis de très nombreuses années. »
« Le dialogue social est presque caricatural à Air France. »
« On assiste à un monologue du côté de la direction. »
« On a une intersyndicale historique puisqu’elle n’a pas eu lieu depuis de très nombreuses années et qui est extrêmement soudée. »

 Sur le syndicalisme 
« Le gouvernement cherche à réduire au maximum l’action syndicale. »
« En France, on rentre dans une ère très dure pour le syndicalisme. »

 Sur le mouvement des cheminot-es 
« Pour les cheminots, j’espère que l’on va vers une amplification du mouvement. »
« Dans les assemblées générales auxquelles je participe, on parle des cheminots ET des étudiants. »
« Lorsqu’il y a des mouvements importants en France, c’est souvent la jeunesse qui en est à l’initiative. »

 Sur l’accusation faite aux salariés d’Air France d’être des privilégiés 
« Au sol, le salaire moyen est dans la moyenne nationale : un ouvrier de la piste commence à 1300 euros nets. Quant à moi, je tourne autour de 1700 euros après 20 ans d’ancienneté. »

 Sur la convergence des luttes 
« Un fleuve est bien plus puissant que quelques rivières ou quelques ruisseaux. »
« Il convient de garder des identités respectives mais il faut pouvoir faire face à une politique gouvernementale absolument désastreuse. »

 Sur le politique et le syndical 
« Le politique et le syndical ont des rôles complémentaires. »
« La convergence ne doit pas sélectionner les participants. »
« Il est toujours délicat de travailler les uns avec les autres parce qu’il peut y avoir un risque de récupération. »

 Sur la mobilisation du 5 mai 
« A titre personnel, je suis très concentré sur ce qui se passe aujourd’hui. »
« Il n’y a pas d’initiative inutile. »

 Sur l’exemple de privatisation du service public du rail anglais 
« Le service public du rail [anglais] est devenu hors de portée des salaires moyens. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.