Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 29 octobre 2019

Nicolas Cadène : « Il n’y a aucune raison de modifier la loi sur la laïcité de 1905 »

En pleine polémique autour du port du foulard, suscitée par la provocation d’un élu régional du Rassemblement National, le débat sur la laïcité resurgît. Emmanuel Macron promet des réponses et des mesures concrètes. Faut-il faire pour autant faire évoluer la loi de 1905 ? Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

POUR ÉCOUTER CETTE MIDINALE EN PODCAST
>> sur Spotify
>> sur Apple

 

VERBATIM

 

 Sur le débat : laïcité ou islam ?  
« En réalité, on parle essentiellement du voile et d’islam plus que de laïcité. »
« Il faut faire attention à ne pas confondre tous les sujets. »

 Sur la loi de 1905 
« Emmanuel Macron a parlé de mesures sur le communautarisme et le radicalisme, pas sur la laïcité. »
« Il n’y a pas lieu de modifier la loi de 1905. »
« Il n’y aucune raison de modifier un quelconque principe de la loi fondamentale de 1905. »
« Beaucoup de ceux qui veulent une clarification de la laïcité ne sont en réalité pas satisfaits de la laïcité telle qu’elle est dans le droit. Ils ne veulent pas une clarification, ils veulent une nouvelle laïcité. »
« La laïcité est très clairement précisée et définie par le droit. »

 Sur le voile qui n’est « pas souhaitable » selon le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer 
« C’est une opinion de personnalité politique et il a droit de lancer des débats sur ce sujet. Nous, nous nous en tenons au droit et on ne doit s’en tenir qu’au droit. »
« Il y a des choses qu’on peut ne pas souhaiter mais il n’y a pas lieu de l’interdire. »
« Si on multiplie les mesures d’interdiction, ça ne fait qu’alimenter les discours victimaires et ouvrir la voie à des discriminations objectives et donc offrir l’argument de la discrimination aux extrémistes religieux. »
« Dans un Etat de droit, on n’interdit pas ce qui pourrait nous déplaire individuellement. »

 Sur le sondage du Journal du Dimanche sur la laïcité 
« Je suis fatigué par ce type de sondage qui n’a pas grand sens après deux semaines de polémiques non-stop. »
« Ce sont les émotions qui sont convoquées, pas la raison. »
« Les émotions ne doivent pas conduire l’action politique. »
« La laïcité n’est pas une préoccupation première pour les Français. »
« La laïcité existe pour assurer la cohésion nationale. Aujourd’hui, on s’en sert pour diviser. »

 Sur le voile comme objet de diversion 
« Il est clair que certains peuvent avoir l’envie de traiter du sujet du voile pour ne pas avoir à traiter d’autres sujets. Et de traiter de ce sujet pour tourner l’attention sur les questions identitaires. »

 Sur l’acte terroriste à Bayonne 
« Il est certain qu’on ne tue pas au nom de la laïcité et la personne coupable n’est en rien laïque puisque la laïcité, c’est la liberté de croire ou de ne pas croire et de pratiquer son culte. »
« Cette personne était extrémiste, anti-musulman et sans doute raciste vu les anciens commentaires qu’on a pu retrouver. »
« Certains ont transformé la laïcité en une arme. La laïcité n’est pas une arme ou un bouclier, c’est un cadre commun. »

 Sur la proposition de loi visant les accompagnatrices scolaires portant le foulard 
« Les parents d’élèves ne sont pas soumis à une quelconque neutralité ni à la loi de 2004. »
« Seuls ceux qui exercent le service public sont soumis à la neutralité. »
« Les accompagnateurs scolaires n’ont pas de mission éducative (…) et la laïcité ne suppose pas qu’ils soient soumis à la neutralité. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Les plus lus

5 novembre 2019
Par Amandine Mathivet

Au turbin !

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.