Accueil | Par Pierre Jacquemain | 7 juillet 2020

Noël Mamère : « Barbara Pompili n’arrivera pas mieux que Nicolas Hulot et tous ceux qui l’on précédé »

Nouveau gouvernement. Une écologiste numéro 2 du gouvernement, Barbara Pompili, chargée de la transition écologique. Un tournant est-il possible ? L’écologiste Noël Mamère, auteur de L’écologie pour sauver nos vies (Éditions Les Petits Matins), est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur Barbara Pompili
« Je fais confiance à Barbara Pompili en tant que personne. Elle a été mon attachée de presse pendant la campagne présidentielle des verts de 2002. »
« Barbara Pompili est une écologiste sincère mais je n’ai aucun espoir de voir une vraie transformation écologique de notre pays. »
« Comme Nicolas Hulot l’a démontré, et sa personnalité était quand même très forte, un écologiste tout seul dans un gouvernement qui ne l’est pas, ça ne peut pas fonctionner. »
« Barbara Pompili n’arrivera pas mieux que Nicolas Hulot et tous ceux qui l’on précédé. »

Sur les engagements de Macron sur les 146 propositions de la convention citoyenne
« Emmanuel Macron est un avion renifleur. »
« La reprise des 146 dispositions de la convention citoyenne pour le climat sur les 149 dispositions est de l’ordre de l’annonce d’annonces. »
« Emmanuel Macron n’a pas retenu les dispositions les plus contraignantes et Bruno Le Maire a déjà reculé sur la question de la publicité. »

Sur le nouveau gouvernement
« C’est la confirmation que le macronisme, c’est la droite. »
« Il faut se souvenir de ces alliances contre nature, comme à Lyon, où LREM s’est associée à la droite, y compris la droite la plus conservatrice pour barrer la route aux écologistes. Comme si les écologistes étaient la principale menace pour la France. »
« C’est pas des chars qui seraient arrivés sur les Champs-Elysées si les écologistes étaient arrivés au pouvoir, seulement des vélos. »

Sur Bachelot et Dupond-Moretti
« Ça ressemble à la société du spectacle. »

Sur les visionnaires de l’écologie
« Bernard Charbonneau et Jacques Ellul font partie des visionnaires de l’écologie. »
« Bernard Charbonneau et Jacques Ellul sont les deux premiers penseurs de l’écologie à avoir porter une vision non marxiste de la société et qui l’ont envisagé uniquement sous l’angle de la liberté. »
« On a trop souvent tendance à cantonner les écologistes dans les questions environnementales mais les écologistes interrogent d’abord nos libertés. »

Sur la crédibilité de l’écologie et la caricature médiatique
« L’écologie est très caricaturée dans les médias. Notamment sur la question de l’effondrement et la collapsologie. »
« Yves cochet représente une vision caricaturale et survivaliste de l’effondrement et la collapsologie. »
« La collapsologie est une pensée beaucoup plus complexe que ce qu’en disent les médias. »
« Pablo Servigne a écrit un livre très intéressant qui s’appelle ‘L’autre loi de la jungle’ qui explique que contrairement ce qu’on nous a raconté pendant longtemps, l’homme n’a pas un ADN de la compétition et de la concurrence mais plutôt de l’entre-aide et de la solidarité. »
« On a l’impression que les journalistes ont découvert l’écologie hier soir. »
« Si l’écologie est perçue comme une idée neuve, c’est quand même une idée qui vient de loin. »

Sur les ‘rebelles’ des marches pour le climat qui ne votent pas
« Ces rebelles n’ont plus le gout des urnes mais ils ont toujours le gout des autres. C’est à nous écologistes et forces de gauche de formaliser politiquement cette exigence. »
« Cette génération qui fait grève et marche pour le climat était aussi présente le 2 juin à l’appel du collectif Adama. »
« Il se réalise une jonction très intéressante et significative entre la justice pour le climat et la justice pour tous. »
« Cette génération n’adhérera pas à EELV ou LFI ni quelqu’autre parti que ce soit. Ça doit nous obliger à une révolution copernicienne dans nos fonctionnements. »
« Sur les listes de Pierre Hurmic à Bordeaux, il y avait 50% de candidats issus de la société civile. À Toulouse, où nous avons fait un très bon score, une partie des candidats avaient été tirés au sort. »

Sur les leçons à retenir des municipales
« Les partis ne doivent plus chercher désespérément des accords entre appareils. »
« Je recommande à mes amis d’EELV et des autres partis de ne pas s’obséder sur les présidentielles. »
« La gauche ne se reconstruira qu’autour de l’écologie. »
« L’écologie n’entre pas dans les politiques publiques avec Macron parce qu’il a des comptes à rendre à ceux qui lui ont permis d’accéder au pouvoir. »
« Nous devons montrer avec les maires qui dirigent les grandes villes que nous devons montrer notre différence et notre capacité à gérer des crises économiques avec les réponses de l’écologie mais pas simplement, celles de nos partenaires de la gauche. »

Sur la quête du leadership à gauche
« Toutes les forces de gauche qui se sont associées à nous aux municipales ont placé en tête de leurs discours l’écologie et le social. »
« Les écologistes n’ont pas cherché à être les chefs mais à être les moteurs du rassemblement d’une gauche écologiste et d’une société mobilisée. C’est ça notre rôle. »
« Jamais nous avons été la première force de la gauche dans ce pays, ce qui est aujourd’hui le cas. »
« Nous avons une responsabilité de ne pas transformer l’or politique qui est entre nos mains en plomb. »
« Il n’y aura pas d’espoir pour la gauche s’il n’y a pas une candidature unique. »
« Il n’y aura de possibilité de gagner en 2022 que si nous sommes capables de mobiliser toute cette frange qui ne se reconnait ni dans LFI, ni dans le PCF, ni dans Place Publique, ni dans EELV mais qui se reconnait dans un projet où l’écologie est centrale. Et où évidemment les questions d’égalité des droits, de protections des libertés, de solidarité et de redistribution sont centrales. »

Sur l’écologie des centres urbains
« C’est un faux procès. On nous regarde avec les yeux du XXème siècle. L’écologie est entrée partout. »
« Il faut que les observateurs regardent nos résultats : on a gagné à Colombes, à Bègles mais aussi dans des petites villes. On n’a pas fait moins de 10 à 11% y compris dans des villes de moins de 9000 habitants. L’enracinement territorial est à l’oeuvre. »
« Pierre Hurmic à Bordeaux a fait entrer l’écologie dans les quartiers populaires et dans des catégories dont on pensait qu’elles y étaient totalement étrangères. »
« L’écologie est l’outil de lutte contre les inégalités sociales. »

Sur le jour d’après
« La catastrophe est déjà là. »
« Si nous continuons sur ce même modèle, nous irons dans le mur. Les scientifiques du GIEC, dont les rapports sont de plus en plus alarmistes, le disent. »
« Si nous ne mettons maintenant des outils de freinage de ce qui est à l’oeuvre - le dérèglement climatique et ses effets environnementaux, sociaux et humains - l’espèce humaine aura des soucis à se faire pour continuer à vivre dans des conditions décentes sur cette planète ; »
« L’une des bonnes nouvelles de ce début de siècle c’est que nous sommes en train de comprendre que vivre encore sur ce modèle des Lumières selon lequel l’homme serait maitre et possesseur de la nature, c’est fini. Il faut qu’on s’inspire des peuples premiers et des amérindiens comme le dit Philippe Descola. »
« Nous sommes dans un monde des vivants et non pas dans la nature. Nous ne sommes qu’un vivant parmi d’autres vivants et nous sommes dépendants d’eux. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.