Accueil | Par Pierre Jacquemain | 13 novembre 2017

Noël Mamère : "La vie politique française ne peut pas se résumer à un affrontement Macron/Mélenchon."

Il a quitté ses fonctions de député-maire de Bègles en juin dernier. Militant écologiste et défenseur de l’égalité des droits, Noël Mamère était l’invité de la Midinale.

Vos réactions (12)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur Nicolas Hulot

« Il y a une incompatibilité entre une politique néolibérale et l’écologie. »

« Je crains que Nicolas Hulot [au gouvernement] ne serve de caution. »

« Nicolas Hulot n’est pas un rempart mais un château de sable qui est en train de tomber chaque jour un petit peu plus. »

« Nicolas Hulot perd de sa légitimité et de ce qui faisait sa crédibilité auprès des Français. »

« A force de renoncements et de reculs, [Nicolas Hulot] finira par sombrer avec eux. »

« Avec Nicolas Hulot, on s’aperçoit qu’on ne peut pas changer les politiques quand on est seul. »

Sur l’incident nucléaire russe

« Le système russe reste aussi opaque et l’omerta aussi grande qu’à l’époque de l’Union soviétique. »

« Le nucléaire civil n’est que le prolongement du nucléaire militaire, basé sur le secret et la protection. »

Sur le climat politique actuel

« Les idées néoconservatrices (...) sont en train de gagner. »

« Beaucoup trop d’hommes politiques, y compris à gauche à commencer par Valls, jouent sur la peur. »

« Nous avons une dernière loi, la 10ème, qui prétend lutter contre le terrorisme (...) alors que c’est, d’une certaine manière, une victoire pour les terroristes. »

Sur ses engagements à venir

« Je sais que la politique est une drogue dure donc il faut savoir s’arracher la perf’ au bon moment avant de devenir pathétique. »

« Je dois être une passerelle entre cette gauche qui est incarnée par Benoît Hamon, qui est plus proche de la conception qu’ont les écologistes du monde et en particulier de l’Europe, et celle de Jean-Luc Mélenchon. »

« Aude Rossigneux m’a demandé si je serais prêt à faire des chroniques dans le 20h [du Média] : oui, pourquoi pas. »

Sur la gauche

« La gauche n’a jamais réussi, après l’abandon de la lutte des classes, à aborder la question du précariat. »

« L’urgence de la gauche, c’est de se réconcilier avec la société. »

« La vie politique française ne peut pas se résumer à un affrontement entre Macron et Mélenchon. »

Sur la PMA

« L’interdiction de la PMA pour les femmes homosexuelles, c’est une hypocrisie totale. »

« La question de la PMA, c’est d’abord une question de droits avant d’être une question morale. »

« Le débat sur la PMA a été accaparé par les conservateurs ; et c’est la faute de la gauche de se l’être laissé prendre. »

Sur l’Union européenne

« Aujourd’hui, dans le monde, il y a 3 fois plus de réfugiés climatiques que de réfugiés provoqués par des guerres. »

« A ceux qui sont tentés par le plan B de Jean-Luc Mélenchon, c’est-à-dire un retrait de l’Europe, ce serait la pire des choses. »

« L’Union européenne est devenue l’inverse de ce pour quoi elle était censée se battre. »

« Les écologistes plaident pour une Europe fédérale qui s’impose aux souverainetés nationales. »

Sur les écologistes

« Je souhaiterais que le regard que porte les écologistes sur le monde soit plus intégré dans les politiques publiques. »

« Les écologistes sont les principaux responsables de leur silence et de leur mise à l’écart. »

« On ne peut pas imaginer, dans les années qui viennent, que les écologistes ne retrouvent pas une place dans les réponses à apporter. »

Vos réactions (12)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • S’agit-il là d’un testament politique ? Non, toute "la gauche" ( et laquelle ?) n’a pas abandonné la lutte des classes, mais Noël Mamère, oui .Depuis longtemps il a préféré surfer sur l’écologie-bobo anti-coco pour se construire une carrière confortable de politicien de centre gauche ; Oui, et fort heureusement, l’affrontement politique actuel ne se résume nullement à un duel Macron/Mélenchon : la droite même éparpillée existe dans toutes ses nuances. Elle tient la plupart des régions , des conseils départementaux, des grandes villes et des communautés de communs, le Sénat et continue de manoeuvrer dans la haute fonction publique , souvent en harmonie avec les équipes Macron... Quant à la gauche, divisée , meurtrie, et en pleine recomposition, elle ne se limite pas aux seuls 17 députés de la France Insoumise : il existe un groupe communiste et républicain à l’Assemblée nationale et au Sénat ainsi que dans les instances régionales , départementales et municipales...

    Robert Destouche Le 13 novembre à 13:47
       
    • Derrière les"seuls 17 députés de la FI il y a les plus de 500 000 Insoumis et les 7 millions de voix de voix de JLM ! Un détail face aux 40 000 communistes ( selon les organisateurs) et à leurs 2% aux législatives ! Bonne nuit les petits...

      René-Michel Le 13 novembre à 23:25
  •  
  • En fait, ce n’est pas tant sur ce vers quoi doit tendre l’Europe (harmonisation sociale, fiscale et ecologique "vers le haut") qu’il y a divergence entre N. Mamère et la France Insoumise... Mais sur les moyens d’y parvenir "urgemment" !!!! Car si je ne m’abuse, il y a bien urgence à changer de cap si l’on veut que la planete reste habitable pour l’humanité, non ? Et franchement, j’ai un gros doute sur la propension de la méthode "Hamon", qui refuse le rapport de force avec les agents de la puissance financière, (puisque Mamère y adhère) à s’inscrire dans cette urgence écologique si souvent mise en avant...

    Le plan"B" de la FI, qui n’est rien d’autre que le plan "A" de mise en suspend des traités actuels renforcé par la formalisation d’un nouveau cercle de pays de l’union européenne sur la même longueur d’onde, ainsi que d’autres, "voisins", prêts à s’inscrire dans une démarche unitaire commune capable de financer des plans de transition écologique, est tout à fait à même de favoriser l’avènement d’une fiscalité socio-écologique responsable (auto-financement des dites transitions écologiques). L’adoption par tous ces pays, que certains pourraient traduire par un "protectionnisme solidaire partagé", initirait une grande première qui serait en mesure de bousculer tout l’ordre mondial du commerce !

    En effet, une fiscalité qui favorise les circuits courts, et donc basée plus sur "les distances" que sur les frontières, autant que sur le respect de la "règle verte" (on ne produit pas plus que ce que la nature peut reconstituer), ou la fraternité et le bien-être social ou humain des "actifs" (et le respect des droits de l’Homme n’est pas à négliger) garantirait l’émergence d’une "zone" planétaire dans laquelle toute la population, tous les citoyens de chacune des nations, se sentiraient pour la 1ere fois dans l’Histoire de l’Humanité, un destin réellement commun !

    Une bannière démocratique et écologique contre le totalitarisme neo-libéral : "Citoyens de tous pays unissez-vous !" ..
    bon patron, mettez m’en un autre syouplait !

    Carlos Le 13 novembre à 13:54
  •  
  • C’est un peu énervant d’entendre toujours dire que l’on a des désaccords avec JL Mélenchon sans prendre le temps de les définir. Il faut arriver en fin d’entretien pour aborder "l’une de ces divergences" Et encore de quelle manière. Une petite charge contre ceux qui sont convaincus du plan B de JL Mélenchon qui est en réalité celui de la FI. Le procédé peu démocratique qui consiste à passer directement au plan B ,en faisant l’impasse sur le plan A qui a pour ambition, excusez du peu, de changer la communauté européenne pour la transformer en Europe des peuples, ne s’inscrit pas dans une démarche positive de dialogue. Nous voulons une Europe qui protège réellement les peuples et non plus les multinationales. Quand à l’exposé des changements préconisés par N. Mamère pour construire une Europe fédérale, je crains fortement que sur ces bases aucun accord ne soit réellement envisageable entre la France Insoumise et ce qui reste de la gauche traditionnelle, même recomposée autour de B. Hamon, ce qui à ce jour est loin d’être le cas.

    choucroute Le 13 novembre à 14:01
       
    • Moi je pense plutôt que ceux qui sont tentés par le plan B de la France Insoumise, c’est-à-dire un retrait de l’Europe, sont plus ancrés dans la triste réalité de la situation politique de cette U€.
      Il n’y aura pas de plan A, pas dans cette U€ aujourd’hui et maintenant, c’est une illusion. Arrêtons avec ce miroir aux alouettes de "l’Europe sociale".

      RV Le 20 novembre à 21:20
  •  
  • Ce type n’est pas de gauche...Il essaie seulement comme Hamon de se refaire une virginité souillée par le fricotage avec le Ps pendant des décennies...Jadis on disait les socialistes - et toute la mouvance socialo dont les écolos au pouvoir en alliance avec les néo-libéraux du PS -sont AVANT TOUT anticommunistes...maintenant c’est pareil on a remplacé l’épouvantail communiste par l’épouvantail Mélenchon...Raison de plus pour ne pas donner à ces faux culs du grain à moudre....

    Dominique FILIPPI Le 13 novembre à 18:54
  •  
  • René-Michel, Il faut revenir sur terre ! Où sont les 500 000 "insoumis" ? Que sont devenus les 7 millions d’électeurs de JLM ? On attend toujours le" 1 million sur les Champs Élysées"... Se faire plus gros que le boeuf n’a pas réussi à la grenouille.

    Albert L Le 14 novembre à 14:20
       
    • Voilà un commentaire qui fait avancer le schmilblick Albert, en toute relativité bien sûr. Grosse marge de progression...

      René-Michel Le 14 novembre à 18:10
    •  
    • J’en suis un et je ne suis dans aucun groupe d’action, ce qui ne m’empêche pas de commander des tracts sur la plateforme et distribuer les tracts de la FI dans mon quartier. FI est le seul mouvement ou parti qui est présent dans ce quartier. C’est peu sans doute mais c’est tout de même une présence. D’autres s’impliquent autrement et au bout du compte ça fait un mouvement. Sinon quoi et qui ?

      Francis Le 21 novembre à 10:24
  •  
  • Mamere un des représentants de cette "goche " de la défaite politique et culturelle.
    Ce n’est pas avec ce type de politicien que la reconstruction se fera.

    dan93 Le 14 novembre à 18:13
  •  
  • "Grosse marge de progression", en effet, pour pour toute la gauche dite " traditionnelle " ou "alternative" ! Car pendant que Macron , Bercy et le Medef tapent dur sur le petit peuple et les classes moyennes, Anne, ma soeur Anne, nous ne voyons rien venir de sérieux de ce côté-ci pour les arrêter dans leur fuite en avant néolibérale.

    Benoît B Le 14 novembre à 22:52
  •  
  • Rien que le titre est un gag comme son auteur.

    irae Le 14 novembre à 22:53
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.