Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud, Pierre Jacquemain | 15 avril 2021

Olivia Fortin : « En PACA, la gauche et les écologistes peuvent gagner si nous sommes unis »

Dans la région PACA où la gauche est absente depuis 2015, la gauche et les écologistes discutent et espèrent se rassembler pour renouveler l’expérience du Printemps marseillais à l’échelle régionale. Olivia Fortin, cheville ouvrière de la victoire à Marseille, candidate à la candidature pour porter les couleurs de la gauche et des écologistes, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur le rassemblement de la gauche et des écologistes en PACA 
« Je suis persuadée qu’unie, la gauche, l’écologie et les forces citoyennes peuvent aller dans cette bataille et remporter cette région. »
« Depuis 2015, aucune force de gauche et écologiste n’est présente dans l’hémicycle et la droite déroule un programme, sans opposition, qui ressemble plus à de la communication, sans action réelle. »
« Plus que jamais, il est temps qu’un programme de gauche et d’écologie soit mis en place dans cette région [PACA]. »
« Le sondage du Point montre que rassemblées, les forces de gauche et d’écologie sont à quelques points de Renaud Muselier, alors même que nous n’avons démarré la campagne. »
« J’appelle à la responsabilité des acteurs politiques. Il y a un impératif à mettre en place un projet de transition et le seul chemin, c’est l’union des forces écologistes et des forces de gauche comme nous l’avons fait à Marseille. »
« Je ne fais pas de ma candidature une condition sine qua non. »
« Aujourd’hui, les discussions s’accélèrent et nous devons aboutir à un accord. Nous pouvons y arriver. »
« Il faut se rassembler autour d’un projet et nous sommes d’accord à 90% sur le programme qu’il faudrait dérouler à l’échelle de la région. »
« Comme à Marseille, ça n’est pas la question de la personne qui est importante, c’est le projet. »
« Ce qui va générer l’espoir, ça n’est pas une personne mais notre capacité à dire qu’on va y aller tous ensemble. »

 Sur le bilan de Renaud Muselier 
« Comme disait Michel Vauzelle, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, c’est ce que le monde entier nous envie. »
« C’est bien d’avoir une région très attractive pour les touristes, mais il est aussi important d’avoir une région qui permette à chacun de ses habitants de vivre bien et en se préparant à faire face à l’avenir. »
« Ce ne sont pas ceux qui sont à l’origine des problèmes qui vont nous permettre de les résoudre demain. »

 Sur les premiers mois du Printemps marseillais à la tête de l’exécutif 
« Aujourd’hui, le maire de Marseille a ses portes et ses fenêtres ouvertes : nous avons développé la coopération avec l’ensemble des acteurs. »
« À Marseille, on a énormément de problèmes et pas beaucoup de moyens. »
« La situation financière de Marseille est très complexe mais nous avons une société civile extrêmement riche d’acteurs qui s’intéresse à l’intérêt général. »
« Nous avons besoin de tous participer au changement. »
« Nous avons mis en place une transparence, notamment sur l’audit financier que nous avons effectué en début de mandat. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.