Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud | 18 mai 2021

« On a beaucoup parlé de la fin de l’Histoire mais avec Macron, n’est-ce pas plutôt la fin du Politique ? »

À moins d’un an de l’élection présidentielle, où en est Emmanuel Macron ? Quelle stratégie peut-il encore adopter pour cette dernière année de son mandat ? Pour en parler, la politiste Virginie Martin est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur Emmanuel Macron, un Président de la République bien à droite 
« Après avoir siphonné le Parti socialiste, il fallait à Emmanuel Macron siphonner la droite, Les Républicains mais aussi le Rassemblement national. »
« La ligne d’Emmanuel Macron, ce n’est pas toujours plus à droite… Si on en est là aujourd’hui, il va aussi falloir qu’il continue à donner des gages à la gauche sinon cet électorat qui n’est pas encore complètement déçu, peut aussi se détourner de lui et trouver dans des leaders de gauche assumés des réponses. »
« Ce que peut faire Emmanuel Macron, c’est ce que le sociologue Anthonny Giddens avait conseillé à Tony Blair à l’époque : c’est au-delà de la gauche et de la droite, dans ce que l’on peut appeler du pragmatisme, de l’opportunisme ou de la triangulation qu’il faut aller chercher son salut. »

 Sur les 11 « virages sociaux » (sic) d’Emmanuel Macron 
« Les marqueurs d’Emmanuel Macron quant à ses politiques sociales sont au point mort. »
« Le new liberalism est la marque d’Emmanuel Macron : c’est un libéralisme qui vient s’auto-corriger. Donc le Président de la République peut toujours, par pragmatisme ou par opportunité électorale, peut toujours venir se corriger. »
« Il peut se corriger de manière communicationnelle, comme il l’a fait lorsqu’il a convoqué les 150 citoyennes et citoyens sur les questions écologiques - même si c’était de la poudre aux yeux - pour aller perturber les marqueurs de gauche et de droite. »

 Sur l’action d’Emmanuel Macron à la tête de l’Etat 
« Dans les temps médiatico-politique dans lesquels nous vivons, c’est qu’il y a beaucoup de dire, pas beaucoup de faire : je dis que je vais réformer les retraites ce qui fait plaisir à mon électorat de droite mais si je ne le fais pas, on l’oubliera. »
« Il y a une sorte de vapeur politique plus que de l’action politique… ce qui n’empêche pas qu’ils aient contrer les gilets jaunes, qu’ils parlent de séparatisme, qu’ils soient dans une laïcité dure : mais ce sont plus des marqueurs que de l’action politique au sens strict. »
« La droite d’Emmanuel Macron n’est pas une droite ultra-libérale qui oublie l’Etat. Au contraire, l’Etat peut se faire autoritaire, police, sécuritaire… »
« L’Etat a même dit [à propos de la pandémie liée au coronavirus] quoiqu’il en coûte. Même si beaucoup d’entreprises ont profité d’effets d’aubaine… Finalement, ce quoiqu’il en coûte, ça a été du tout et n’importe quoi mais surtout, cela n’a pas été dirigé vers les gens qui en avaient le plus besoin. »

 Sur le rapport d’Emmanuel Macron et des Français 
« Dans un pays comme la France, c’est très compliqué d’avoir élu quelqu’un qui n’avait pas d’ancrage électoral local. C’est la grande faiblesse du CV d’Emmanuel Macron. »
« Le terrain, ce n’est pas exactement l’ADN d’Emmanuel Macron. »
« Emmanuel Macron a aussi un parti politique très faible dans lequel très peu de gens se sont investis, très soumis au diktat présidentiel. »
« Emmanuel ne doit rien à un parti politique donc il peut n’avoir aucun dialogue avec personne. »
« On a le sentiment qu’Emmanuel Macron connaît mal son pays. »
« En mettant autant de ministres en lice pour les régionales, Emmanuel Macron essaie de pallier son absence de rapports avec le pays. »

 Sur les élections locales et LREM 
« Emmanuel Macron a enjambé les municipales le lendemain matin du deuxième tour en faisant sa grande réunion avec les 150 citoyennes et citoyens sur l’environnement. Les caméras se sont braquées dessus et on n’a plus entendu parler des municipales. »
« Pour les élections régionales, les résultats seront sûrement très médiocres pour LREM mais cela va être difficile à enjamber parce qu’il met des poids lourds dans la balance - pas moins de 15 ministres ! »
« Avec une seule balle, Emmanuel Macron essaie de tuer à la fois le Rassemblement national dans les Hauts-de-France et Xavier Bertrand. »
« On est peut-être tellement dans une République et démocratie d’opinion et médiatique qu’il n’est plus nécessaire d’être ancré sur le terrain, de gagner des élections locales. L’interrogation un peu cynique d’Emmanuel Macron, c’est peut-être que la démocratie ne sera plus jamais comme avant. »
« Est-ce que refaire du commun, territoire, ensemble, ça intéresse encore aujourd’hui le politique ? »
« Les citoyens finissent par se détourner du politique parce qu’ils se débrouillent avec du système D et s’acculturent à la politique qui serait en dehors du monde politique. »

 Sur le renforcement de la crédibilité des thèses de l’extrême droite par le pouvoir actuel 
« Lorsque l’on est dans des stratégies électoralistes, l’effet d’agenda est très important : on peut valoriser et dévaloriser certains enjeux. Par exemple, les enjeux sécurité, séparatisme, islam, ultralaïcité ont été crédibilisés par le pouvoir en place. Si toute la journée, le gouvernement parlait d’écriture inclusive, droit des minorités, cohésion, territoires, partage… ce serait à l’agenda ! »
« Le pouvoir actuel crédibilise les thèses du Rassemblement national. »
« Quand Hollande-Valls parlent de la déchéance de nationalité, ils crédibilisent aussi les thématiques du Front national. »
« L’abandon, par une certaine gauche, des thématiques de la gauche, crédibilise les thématiques droitières et frontistes. »

 Sur la candidature d’Emmanuel Macron en 2022 
« C’est de l’ordre de l’intime. »
« Qu’est-ce que l’on fait à 41 ans quand on a été Président de la République d’une puissance comme la France : on y retourne ou bien on veut plus haut, plus fort et plus international ? »
« Est-ce que ne pas se représenter en 2022 ne serait pas une façon de surprendre façon Macron ? »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.