Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 13 avril 2022

« On doit construire un rapport non hégémonique entre l’Union populaire et les écologistes »

Après leurs 4,6% au premier tour de la présidentielle, quel avenir pour EELV ? On en parle dans #LaMidinale avec l’un de leurs porte-parole, Alain Coulombel.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur EELV et le second tour
« La situation est dramatique. On a pour la première fois depuis des dizaines d’années la possibilité qu’une candidate d’extrême droite puisse gagner le second tour d’une élection présidentielle. »
« Depuis plusieurs années, l’extrême droite est extrêmement puissante en France. Là, on a passé un cap. »
« Il y a un véritable danger et j’alerte mes amis d’EELV qui pourraient être tentés par un vote blanc ou par l’abstention. »
« Il s’agit de votre contre Le Pen et non pour soutenir Macron. »
« Le Pen a bénéficié de la campagne de Zemmour qui a manifesté toute l’outrance des positions d’extrême droite et des positions fascisantes. Le fond théorique, politique et idéologique de Le Pen reste le même que celui de Zemmour. »
« Dire que Macron et Le Pen c’est bonnet blanc et blanc bonnet est une erreur d’analyse politique. »
« Il est indispensable qu’on ne prenne pas le risque d’avoir une candidate d’extrême droite présidente de la République. »
« Dans les prochains jours, à EELV, nous allons faire un travail d’argumentation auprès de nos sympathisants. »

Sur Macron et le second tour
« Les cinq années qu’on vient de passer sous Macron vont être difficiles d’effacer d’un coup de crayon et tous les arguments qu’il défile pour ce second tour - en particulier sur l’écologie - risquent de ne pas marquer les esprits. »
« Les propositions de Macron sur l’écologie sont de fausses propositions. »
« Macron doit renoncer à sa réforme de la retraite et du RSA. »

Sur la campagne de Jadot
« Yannick Jadot a fait une bonne campagne. »
« Le projet écologiste est un projet de transformation. »
« Ça n’est ni le projet ni le candidat, c’est la stratégie qui a été suivie par la direction d’EELV depuis plusieurs années et qui consistait à penser qu’à partir de nos victoires aux municipales et aux européennes on allait récidiver à la présidentielle, qui nous a conduit à l’échec. »
« La direction d’EELV a oublié que quand on a gagné aux municipales, on l’a toujours fait avec un rassemblement. »
« Nous n’avons pas réussi à rassembler autour de nous plus que les quelques éléments du pôle écologiste. »
« Il est nécessaire aujourd’hui de revoir complètement notre orientation stratégique. »
« On ne peut pas mettre de côté un débat en interne d’EELV sur la stratégie et les alliances politiques qu’on devra construire. »
« On doit faire un bilan précis et profond. »
« Je rappelle que l’objectif qui était le nôtre il y a encore six mois c’était d’être au second tour de l’élection présidentielle. »

Sur Mélenchon le candidat écologiste ?
« Quand je vois que plus de 30% des jeunes de 18 à 35 ans ont préféré voter pour Jean-Luc Mélenchon au détriment du candidat écolo alors qu’aux européennes ça avait été l’inverse, ça doit nous interroger. C’est un signal fort sur notre manière d’aborder notre rapport à l’opinion publique. »
« On a pensé que la jeunesse s’orienterait mécaniquement sur nous parce qu’on était les seuls à porter l’écologie politique. »
« Aujourd’hui, la France insoumise apparaît comme une formation politique de l’écologie politique. »

Sur l’hypothèse d’un abandon de Jadot
« Un abandon de Jadot apparaissait très difficile d’abord parce qu’on a quand même très mal vécu l’abandon de Jadot en 2017 au profit de Hamon. »
« J’ai choisi et j’ai voté Jadot sans ambiguïté même si j’ai, avec mon mouvement, de grandes divergences avec sa ligne politique mais ça ne m’empêche pas d’être loyal à mon parti. »

Sur les législatives
« Nous avons eu hier un bureau exécutif qui a fait le bilan de la présidentielle et on a parlé des législatives. Nous avons adressé à LFI, dès le soir du premier tour, un courrier pour leur dire qu’on était ouverts à des discussions avec eux. »
« Pour le moment, on a un cadre politique très confus. »
« Nous sommes prêts à entamer des discussions aux législatives. »
« Les conditions posées par Manuel Bompard [ce matin sur France Info] ne sont pas une base pour avancer sur un accord aux législatives. »
« On souhaite avancer en priorité avec la France insoumise et on verra ensuite comment avancer avec les autres formations politiques. »
« Si ces discussions se font sur la base de ce qu’à dit ce matin Manuel Bompard, il apparaît difficile d’arriver à un accord aux législatives. »
« La France insoumise aurait tort de répéter le scénario de 2017. »
« La France insoumise perd cette présidentielle pour la deuxième fois, voire la troisième fois donc c’est une victoire de Mélenchon en trompe l’œil. »
« On doit construire un rapport non hégémonique entre l’Union populaire et les écologistes. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Comme vous, monsieur Coulombel , je trouve la situation dramatique. Et comme beaucoup, je le savais déjà au 1er tour, c est pourquoi j ai voté pour Melenchon qui était le seul candidat de gauche pouvant accéder au second tour.
    Cela a failli se produire, et nous aurait épargné l angoisse devant le spectacle de la marche funèbre que constitue le duel entre la fasciste et l apprenti dictateur, le président des riches, qui pour moi n a rien à voir avec la démocratie ou la république. Par manque de courage politique, soutenu par des calculs politiciens d une grande médiocrité, les dirigeants d EELV , ils et elles ne sont pas les seul e s, ont contribué objectivement à la qualification de Le Pen au second tour. C est votre responsabilité, n essayez pas de vous en défausser sur les électeurs et électrices en donnant l impression de leur faire la morale qui , comme le dit Macron, et pour une fois je le rejoins , ne marchera pas.
    Ce qui aurait créé une dynamique et permis l espoir, c est une candidature de gauche, et écologiste. Ce n est pas le cas.
    je ne voterai pas à droite, ni bien sûr pour la fasciste, Macron aussi est en marche vers la fascisation du pouvoir, même si avec le Pen ce sera plus rapide et radical.
    Ni peste, ni choléra, la guérison ! Mais ce sera long et à un horizon que vous aurez contribué à retarder, avec tous ceux et toutes celles qui viennent de decredibiliser l alternative de gauche et écologiste.

    gregory Kotoy Le 13 avril à 16:30
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.