Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 11 juin 2018

Paola Pietrandrea : « Il y a une solution intermédiaire entre néolibéralisme et populisme »

Ce weekend, Yanis Varoufakis et Benoit Hamon ont lancé leur plateforme électorale pour les élections de mai 2019 : le printemps européen. Sur une base « pro-européenne et anti-néolibérale », ils espèrent organiser des primaires de la gauche. Paola Pietrandrea, membre de la direction européenne de DiEM25 est l’invitée de La Midinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur le printemps européen et la primaire de la gauche 
« Il y a plusieurs urgences : environnementale et climatique, démocratique et financière. »
« Les seules réponses sont des réponses néolibérales et populistes, nationalistes et nous pensons qu’il y a des réponses intermédiaires. »
« Nous avons deux lignes rouges : il faut être prêt à continuer pour la construction de l’Union européenne car nous ne sommes pas des souverainistes. Et nous ne sommes non plus des néolibéraux. »
« Ça me parait compliqué d’imaginer que la gauche de gouvernement, qui n’a fait qu’appuyer la dérive néolibérale, puisse dialoguer avec nous et se mettre d’accord sur un programme. »
« Nous aurons des candidats sur les pays clés, des pays sur lesquels nous avons des contacts et où notre mouvement est le plus enraciné. »

 Sur les partenaires de la gauche 
« On compte toujours sur la possibilité d’une collaboration avec le PCF. »
« Il ne s’agit pas d’intégrer mais d’aller vers une convergence avec les formations de gauche dans une construction commune. »
« Ce que nous demandons de manière très nette c’est une cohérence programmatique. »

 Sur le plan A et le plan B 
« Nous avons une différence sur le plan A avec la France insoumise. »
« Nous avons un plan A élaboré que nous avons travaillé avec la contributions de nos membres et négocié avec les partenaires du printemps européen. »
« La France insoumise a lancé un appel à travailler sur le plan A donc la différence est là : nous, nous l’avons le plan A. »
« Les primaires sont ouvertes à toutes les forces qui se reconnaitraient dans une démarche pro européenne et anti-néolibérale. »

 Sur la situation politique en Italie 
« Il faut désobéir. »
« Il faut ouvrir les portes. Le droit de la mer et les droits humains doivent primer. »
« Il n’est pas question d’obéir de manière bête à des injonctions qui sont populistes et racistes. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « « La France insoumise a lancé un appel à travailler sur le plan A donc la différence est là : nous, nous l’avons le plan A. »

    Vous avez raison Mme Pietrandrea ça fait une sacrée différence un plan À rédiger par des « experts » et un appel à tous ceux veulent contribuer à l’élaboration de ce plan , un nouveau projet pour l’Europe.

    C’est la même différence qui existe entre le projet de 6e république de B Hamon toujours rédigé par les mêmes « experts » , et une constitution écrite par une assemblée constituante réellement représentative de la population française, composée de personnes ne disposant pas de mandat électif et pour une bonne part tirés au sort. Cette différence est fondamentale car elle marque la sortie définitive du TINA et de la fausse expertise, qui n’est en fait qu’un parti pris politique dogmatique qui n’a absolument rien de scientifique comme il le prétend.

    Gege Le 13 juin à 05:58
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.