Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 14 mars 2018

Philippe Légé : "La politique de Macron subventionne des destructions d’emplois."

Alors que le gouvernement a décidé de remettre sur la table une version édulcorée de la défiscalisation des heures supplémentaires, Philippe Légé, membre des Economistes atterrés, était l’invité de La Midinale.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur la désocialisation des heures supplémentaires proposée par Emmanuel Macron 
« Je pense que c’est une mesure catastrophique. »
« C’est une mesure qui va coûter 2-3 milliards d’euros et qui va pénaliser l’emploi. »
« Il y aura seulement une hausse, de façon temporaire, du pouvoir d’achats pour certains salariés. »
« On subventionne en même temps des destructions d’emplois. »
« Cette subvention sera payée par l’ensemble des contribuables, y compris ceux qui ne peuvent pas faire d’heures supplémentaires. »
« Si cette mesure est mise en avant par Emmanuel Macron, c’est pour des raisons purement démagogiques. »

 Sur la politique économique du gouvernement 
« Le gouvernement a bénéficié d’une légère amélioration de l’activité. »
« Le gouvernement a des marges de manœuvre à condition de se défaire d’un certain nombre de dogmes et de préceptes. »

 Sur l’Europe 
« Je suis méfiant vis-à-vis des propositions consistant à faire un pas en avant dans le fédéralisme budgétaire en ajoutant des décisions technocratiques sur le plan européen. »
« Les questions du fédéralisme et de la démocratie sont intimement liées. »

 Sur la création d’emplois constatée par l’INSEE 
« Avec les Economistes atterrés, on plaide pour un plein emploi de qualité. »
« Si on regarde isolément les différentes mesures prises et celle annoncées par Emmanuel Macron, on peut voir dans chacune d’elle le prolongement de ce qu’ont fait François Hollande et Nicolas Sarkozy. »
« Emmanuel Macron assume la déqualification d’une partie des classes moyennes. »

 Sur le contre-modèle économique porté par les Economistes atterrés 
« Je pense qu’il faut un grand plan de rénovation des services publics. »
« Nous vivons toujours dans les conséquences de la crise de 2008. »

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • A priori, on n’aura pas encore dépassé les conséquences de la crise de 2008 que nous aurons à assumer celles de la crise financière qui s’annonce doucement... A bon entendeur...

    carlos Le 14 mars à 13:50
       
    • ...Et là, lorsque les banques européennes limiteront et finiront par bloquer tous les retraits pour une durée indéterminée, il sera toujours temps de s’inquiéter des conséquences...

      carlos Le 14 mars à 14:03
  •  
  • Le Bushido comme seule issue...

    Dominique FILIPPI Le 17 mars à 23:21
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.