Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 24 mai 2019

Pierre Khalfa : « Il faut donner du contenu au clivage droite/gauche »

L’après élections européennes s’annonce cataclysmique pour la gauche. Des militant-es, chercheur-ses et syndicalistes lancent un appel dans Médiapart « Gauche : un sursaut nécessaire ». Pierre Khalfa, membre de la Fondation Copernic et du conseil scientifique d’ATTAC, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur les enjeux des élections européennes 
« Il y a d’abord un enjeu national - qui renvoie au rapport de forces entre les forces politiques en France et dans ce cadre-là tous les sondages montrent que la gauche est en piteux état - et il y a un enjeu européen, car le Parlement européen est tout sauf un Parlement croupion. »
« Quand on compare les pouvoirs du Parlement européen et du Parlement français, le plus croupion n’est pas celui qu’on croit, c’est-à-dire le Parlement européen, le plus croupion, c’est le Parlement Français. »

 Sur les listes de gauche aux élections européennes 
« Sur le fond, on pouvait avoir un accord entre les listes de gauche - à l’exception du PS - sur les questions européennes. »
« Les questions de programmes ne sont jamais un vrai problème : quand il y a une volonté politique, on trouve toujours un point d’accord sur les questions de programme. Quand on ne veut pas passer d’accord politique, on justifie cela par des divergences programmatiques mais, en réalité, ça n’est jamais ça. »

 Sur l’état de la gauche 
« Il y a une perte de crédibilité de la gauche et des occasions ont été manquées - particulièrement par la France insoumise. »
« Il y a un problème majeur qui renvoie à l’incapacité de la gauche de faire vivre une espérance, un espoir d’une société désirable. »
« La gauche s’est stratifiée et a dépéri. »

 Sur la gauche et l’Europe 
« Ce qui me frappe, c’est que la question de la sortie de l’euro et de l’Union européenne est une question qui ne revient pas dans le débat public – contrairement à 2014. »
« Les forces politiques qui prônent la sortie de l’euro restent des forces marginales en France et probablement dans tous les pays européens. »

 Sur l’appel « Gauche : un sursaut nécessaire » 
« Le mot gauche a été abimé par des décennies de néolibéralisme dont le quinquennat de Hollande a été l’aboutissement. »
« Pour une grande partie de la population, le mot gauche a perdu de son sens. »
« Il y a une responsabilité de la gauche radicale ou de transformation sociale et écologique qui a été incapable de faire vivre un espoir politique, un nouvel imaginaire qui projette dans l’avenir, l’idée qu’une autre société est possible. La gauche est forte quand elle permet de faire vivre cet espoir là. »

 Sur le clivage droite/gauche 
« S’il y a une droite, ça veut dire qu’il y a une gauche. »
« Il faut donner du contenu au clivage droite/gauche. »
« L’expression « fédérer le peuple » est oxymorique parce que : comment fédérer quelque chose qui est déjà un (…) ? Fédérer une entité qui pré-existe est bizarre. »
« Le clivage qui est mis en avant, c’est-à-dire peuple contre oligarchie ou peuple contre élite, n’est pas porteur d’un projet politique. Evidemment, il faut désigner un adversaire car il n’y a pas de politique sans adversaire. Mais la politique ne se réduit pas au rapport de forces et à la désignation d’un adversaire. La politique, c’est d’abord construire du commun, faire partager un imaginaire commun. »
« Le clivage peuple/élite n’est porteur d’aucun projet d’où le fait qu’il peut être récupéré par l’extrême droite. »
« Le peuple peut désigner des réalités radicalement différentes. »

 Sur le projet de fédération populaire de Jean-Luc Mélenchon 
« Il faut créer un processus constituant qui associe et dépasse largement les forces politiques existantes en permettant l’existence d’un mouvement politique qui soit pluraliste et démocratique. »
« La FI, qui va rester la force dominante à gauche, a une responsabilité extrêmement importante. Les clefs sont dans les mains de Jean-Luc Mélenchon. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Triste présage… si Mélenchon a les clés , la porte risque d’être verrouillée pour longtemps….

    milhac24 Le 25 mai à 15:14
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.