Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 26 janvier 2018

Pierre Mansat : "Le mouvement d’embourgeoisement sous les effets de la métropolisation est déjà là."

Alors que le premier ministre reçoit cet après-midi les élus d’Ile-de-France pour évoquer le calendrier du Grand Paris Express, Pierre Mansat, chargé de la métropole auprès de la Maire de Paris, est l’invité de #LaMidinale à l’occasion des Rencontres Niemeyer qui se déroulent aujourd’hui et dont Regards est partenaire.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Les débats sur la tambouille institutionnelle ont pris le pas sur le fond. »
« Paris prend des mesures mais la pollution automobile ignore totalement les frontières administratives et politiques. »
« Il faut répartir les richesses de façon mutualisée. »
« Il n’y a pas de pilote du Grand Paris. »
« Je milite pour la création d’une méthode de travail entre la puissance publique pour trouver les moyens du pilotage. »
« Il n’y a pas d’interlocuteur public pour porter l’intérêt général face aux acteurs qui viennent là pour faire du fric. »
« Le Grand Paris, c’est 600 milliards de richesses et on n’arriverait pas à trouver les 30 ou 35 milliards qui correspondent aux besoins de millions de gens. »
« Il y a une nécessité générale de reconquête de l’espace public. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Voilà où est est rendu cet ex... ou pas communiste chargé de décharger le PS institutionnel dans sa quête à prendre sa part dans le gâteau de la manne offerte par le système d’appropriation des richesses créées.
    Navrant ou éclairant d’hommes ou de femmes qui se mettent au service de l’oligarchie. C’est le cas et le discours de ce personnage. Navrant. Il n’y a pas de pilote dit-il, si il y en a un et un seul, le profit.

    rody Le 28 janvier à 13:48
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.