Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 26 mars 2019

Pierre Rousset : « Il n’y a rien de communiste dans ce modèle chinois dirigé par des milliardaires »

Le président chinois Xi Jinping est en France. Que peuvent la France et l’Europe face à cette puissance montante qu’est la Chine ? On fait le point sur le modèle chinois, ses enjeux politiques internes, la crise sociale qui s’annonce et ses intérêts stratégiques dans le monde. Pierre Rousset, militant politique (NPA) et spécialiste de la Chine, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur le fait de recevoir le président chinois 
« La France est mal placée pour mettre des interdits sur la question des droits de l’homme quand on voit toutes les dictatures soutenues par la France. »
« Si la France fait de la question des droits de l’Homme un préalable, il faudrait qu’elle se l’applique à elle-même. »
« Les intérêts économiques et géostratégiques de la France l’emportent toujours sur la question des droits de l’Homme. »

 Sur le président Xi Jinping 
« Le régime Xi Jinping est un nouveau régime, c’est un régime différent des précédents. »
« Avant, il y avait trois modes de gouvernance en Chine qui cohabitaient : l’appareil du parti, le gouvernement de l’administration et l’armée. Tout a été rassemblé par Xi Jinping autour d’une direction unique du parti. Et il est devenu président à vie. »
« On pourrait appeler le Parti communiste chinois, le Parti capitaliste chinois. »
« Ce qui est propre à la Chine, c’est l’attribution des points : en fonction de vos crédits sociaux tels qu’ils sont collectés avec la vidéosurveillance, vous aurez le droit de voyager ou pas, etc. »
« Les mesures qui s’appliquaient avant à l’encontre de militants politiques dissidents, sont appliquées sur l’ensemble de la population. »

 Sur la Chine dans le monde 
« Toute la situation politique mondiale est structurée par l’émergence et le développement de la nouvelle puissance chinoise face à la puissance des Etats-Unis. »
« L’obsession américaine, c’est de ne plus laisser la Chine faire ce qu’elle veut sans réagir, l’obsession chinoise c’est de ne pas se laisser coincer dans son espace immédiat. »
« Si vous cassez trop le développement économique chinois - comme tentent de le faire les Etats-Unis - vous ouvrez la crise de récession mondiale. »

 Sur la Chine et l’Europe 
« La politique de Xi Jinping est de passer des accords avec le plus grand nombre de pays possibles qui n’impliquent pas qu’ils quittent leur alliance avec les Etats-Unis. »
« Les Etats-Unis veulent un bloc d’alliances contre la Chine comme un bloc politique fermé. »
« Xi Jinping propose des alliances à géométrie variable sans demander comme préalable de sortir du camp occidental. »
« La priorité politique de la Chine, ça n’est pas l’Union européenne mais les Etats nationaux. »
« Ça n’est pas à travers l’Union européenne que la Chine veut imposer son influence en Europe. »
« Le grand problème, c’est que l’Europe n’existe pas comme puissance mondiale. »

 Sur la Chine et la France 
« 50% des importations chinoises sont le fait de transnationales. »
« Le succès du développement chinois est dû au fait qu’il est piloté par un Etat. Le capitalisme d’Etat est un modèle asiatique traditionnel. »
« Xi Jinping va plus ou moins ouvrir l’accès aux services en Chine mais il a deux cartes maitresses : le marché chinois est trop important et donc il y aura toujours des compromis et deuxièmement, un des problèmes posés, c’est que les Etats-Unis ne veulent pas que la Chine réussisse sa montée en force dans les hautes technologies. »

 Sur les inégalités en Chine 
« On est rentré dans une phase très indécise : il y a des blocs politiques qui se reconstituent. »
« La stratégie de Xi Jinping est intelligente : contrer des blocs d’alliances fermées que voudraient les Etats-Unis par des alliances souples sans condition que propose la Chine aux Etats. »
« Tant que les Chinois pensent que leurs enfants vivront mieux, le système marche. »
« Le problème, c’est qu’aujourd’hui, l’économie chinoise est en crise et le chômage commence à augmenter à nouveau. »
« Si l’idée vient que les enfants ne vont pas vivre mieux, c’est une crise sociale et politique qui peut s’ouvrir en Chine. »
« L’économie chinoise est en crise et l’équilibre sociale et politique est en cause. »
« Il n’y a rien de communiste dans le modèle chinois qui est dirigé par des milliardaires. »
« La crédibilité du régime est en cause : beaucoup des grandes familles possédantes chinoises envoient une partie de leurs enfants à l’étranger ce qui montre qu’ils n’ont pas forcément confiance dans l’avenir du régime en place. »
« Xi Jinping a voulu tout contrôler et il y a beaucoup de rancunes contre lui. »
« On peut avoir la combinaison d’une crise politique et sociale en Chine liée à la crise économique. »

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bonjour
    Dans les grandes lignes d’accord avec vous, les princes rouges milliardaires , non rien a voir avec le communisme, mais bien avant Ji xinping, le régime chinois n’avait rien de communiste, tout au plus c’était un capitalisme d’Etat, déja sous Mao, dirigé par le parti communiste. Mais dire que la Chine , est un capitalisme d’Etat, est certes plus conforme a la réalité, mais c’est insuffisant. L’Etat est contrôlé par le parti communiste, il ne faut pas l’oublier. Voir la dessus un bon article de Bruno Guigue, dans le grandsoir.info, Le socialisme chinois et le mythe de la fin de l’histoire.

    bob Le 28 mars à 14:13
       
    • Le Communisme, tel que conçu par le jeune Marx ou par Lénine ou par Mao n’est rien d’autre que le Capitalisme d’État. Relisez le programme du manifeste du parti communiste, ça tient en 10 points, et le principal est :

      5. Centralisation du crédit entre les mains de l’Etat, au moyen d’une banque nationale, dont le capital appartiendra à l’Etat et qui jouira d’un monopole exclusif.

      monKheyou Le 5 avril à 19:57
  •  
  • La haine des petits bourgeois catholiques de gauche contre la réussite du modèle Communiste chinois est un régal.

    La Chine est communiste car :

    1. Elle est dans le cadre d’un processus révolutionnaire permanent qui vise l’instauration du Socialisme partout sur Terre

    2. L’État planifie l’économie sur le long terme, sur des bases scientifiques.

    3. Toutes les banques chinoises sont Nationalisées.

    4. les entreprises "privées" ne seront financés par la banque d’État si et seulement si elles respectent le plan fixé par l’État et ses objectifs

    5. Toutes les terres appartiennent à l’État, et l’État peut exproprier n’importe qui, n’importe quand, sans compensation. Les récalcitrants sont envoyés en camps de rééducation.

    6. Les idéologies religieuses sont combattues avec férocité et efficacité. Bouddhisme, Islam, Christianisme, Judaïsme sont éradiqués avec brio.

    7. Le système social chinois et le coût de la vie très faible en Chine permet aux classes populaires de bénéficier d’une grande qualité de vie (retraite à 60 ans pour tous, 44h de travail max par semaine, travail des moins de 16 ans totalement interdit)

    8. La Chine se prépare à entièrement automatiser sa production, pour couler l’économie Capitaliste mondiale en détruisant totalement toute source potentielle profit.

    Il ne manque qu’une seule et unique chose à la Chine pour pouvoir se prétendre pleinement communiste : c’est l’abolition de l’héritage. Xi Jing Ping a été nommé président à vie par le PCC dans cet ojectif précis : engoulaguer la bourgeoisie néo-réac qui a émergée avec l’excès de croissance, préparer le terrain pour l’interdiction de l’héritage.

    Gloire à Xin Jinping, puisse-t-il apporter la Révolution Socialiste au reste du monde !

    monKheyou Le 5 avril à 19:54
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.