Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 1er décembre 2021

Primaire populaire : « La bataille pour le rassemblement de la gauche et des écologistes est loin d’être perdue »

La Primaire populaire a dépassé les 200.000 inscriptions en perspective d’un vote fixé du 27 au 30 janvier prochain. Ce 30 novembre, les derniers candidats en lice ont été arrêtés : Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et Anne Hidalgo. Quelle suite pour cette initiative à l’approche de la présidentielle ? Mathilde Imer, porte-parole de la Primaire populaire, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

Sur les 200.000 inscrits à la Primaire populaire
« Il y a une vraie attente. En moins d’une semaine, plus de 30.000 personnes se sont inscrites. On est au début de la dynamique. »
« On ne le répétera jamais assez : 70% des électeurs de la gauche et des écologistes veulent un rassemblement. »
« On attend toujours plusieurs centaines de milliers voire millions de personnes lors du vote final de la Primaire populaire. »

Sur les candidats encore en lice
« Hier, c’était la date fixée pour que les candidats plébiscités par la Primaire populaire nous répondent si oui ou non ils souhaitaient participer. Beaucoup nous ont demandé un délai supplémentaire. Les trois gros candidats, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et Anne Hidalgo, font la sourde oreille. Christiane Taubira, ni oui ni non. François Ruffin, Gaël Giraud et Clémentine Autain ont répondu qu’ils n’étaient pas candidats à la présidentielle. Charlotte Marchandise, Pierre Larrouturou et Anna Agueb-Porterie ont répondu oui avec la volonté d’avoir davantage de temps. »
« On ne souhaite pas attendre ceux qui prennent la responsabilité de faire perdre l’écologie et la justice sociale en 2022. »
« On propose un vote sur la base des candidats plébiscités dans le cadre de la Primaire populaire qui seront candidats au 15 janvier. »
« On le fera avec ou sans leur accord. On ne veut pas être soumis à des agendas dictés par des partis politiques. On ne va pas se laisser balader. »

Sur la participation à la Primaire populaire de candidats sans leur consentement
« On s’est inspiré de l’initiative américaine "Sunrise mouvement" où l’objectif est de choisir le candidat le plus à même de rassembler, de tenir une ligne politique qui est celle du socle commun, et de créer un effet sur les sondages pour pouvoir ensuite faire débrancher ceux et celles qui seraient bas dans les sondages pour créer avec eux le rassemblement autour de la personne qui gagnera. »

Sur la réintégration de Roussel, Poutou, Kazib ou Arthaud à la Primaire populaire
« Il y a eu un vote qui a sélectionné dix personnalités. Le but est de rassembler, rajouter des candidatures serait une erreur. »

Sur ce qu’il peut se passer concrètement d’ici fin janvier
« La campagne est loin d’être terminée et la bataille pour le rassemblement est loin d’être perdue. »
« Les candidats lancés à la présidentielle ont intérêt au rassemblement. Ils ont des stratégies différentes qui devaient les amener à être au dessus de 10%. Ce n’est pas le cas. »
« Si ce faux-plat continue à durer, ils sont tous morts. »

Sur le vote à jugement majoritaire
« Un vote contre, pour le moins pire, c’est mortifère pour notre démocratie. »
« On veut éviter la dynamique de vote utile. »
« On fera campagne pour le candidat qui gagne pour qu’il crée le rassemblement avec les autres. Le but n’est pas d’humilier les autres. »

Sur Christiane Taubira
« Je ne suis pas sûre que Christiane Taubira cristallise plus que les autres nos envies en tant qu’organisateurs de la Primaire populaire. On voit bien que dans l’électorat, elle semble représenter quelque chose : l’espoir du rassemblement. »
« Elle parle à tous les électorats. »
« On sent bien que les choses sont mal embarquées pour la présidentielle, mais il y a ce trou de souris qui existe. Est-ce que Christiane Taubira jouera un rôle là-dedans, c’est à elle d’y répondre. »

Sur ce que propose la Primaire populaire aux 200.000 inscrits
« Au-delà de ces signataires, on a plus de 5000 bénévoles sur l’ensemble du territoire. Ce sont eux le cœur battant de la Primaire populaire. »
« C’est une première proposition : venir participer sur le terrain à faire vivre la Primaire populaire. »
« La prochaine étape, c’est le 11 décembre, où on se rassemblera pour proposer un front populaire écologique face à la droite et à l’extrême droite. »
« Une fois qu’on aura désigné un candidat, on fera campagne pour le rassemblement. »
« Le mouvement qu’on est en train de créer se veut sur du moyen et long terme. Comment est-ce que, après avoir gagné la présidentielle, on recompose pour les législatives un camp où il y a plein d’idées ? »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Cette manie de décréter crucial les objectifs qu’on se fixe puis d’ignorer totalement la réalité dans laquelle on vit me glace le sang. Elle est la négation pure et simple de 150 ans de progrès des luttes à gauche.

    Donc dans la réalité, le PS, EELV et la FI sont des entreprises avec des salariés qui ont des crédits à la banque. Aucun des 3 ne peut se permettre de cesser d’exister. Si le PS fait moins de 5% à la présidentielle, la masse colossale de ses salariés iront pointer au chômage.

    Ceci étant une réalité matérielle indépassable pour 2022, l’objectif devrait être d’augmenter le nombre d’électeurs de gauche. Après tout, l’extrême droite peut se permettre d’avoir 2 candidats et d’arriver au second tour.

    Il serait par exemple plus utile de créer un collectif pour bannir de la gauche les militants et les représentants idéalistes, ceux qui en période de crise persistent avec des idées niaises et irréalistes, et qui font fuir l’électorat vers la droite.

    jojoLePasBobo Le 3 décembre 2021 à 08:11
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.