Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud | 15 novembre 2019

Priscillia Ludosky : « Un an après le début des gilets jaunes, on attend encore une réponse politique »

On l’avait reçue il y a déjà un an tout pile. Le mouvement des gilets jaunes ignorait à ce moment-là qu’il serait encore debout aujourd’hui. Demain, comme chaque samedi, ils seront encore dans la rue. Priscillia Ludosky, initiatrice de la pétition contre la hausse prix du carburant par laquelle tout a commencé, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

POUR ÉCOUTER CETTE MIDINALE EN PODCAST
>> sur Spotify
>> sur Apple

 

VERBATIM

 

 Sur les un an des gilets jaunes 
« Je considère que ça n’est pas normal qu’on soit encore dans la rue au bout d’un an. »
« Il y a eu plein de choses cette année : des manifestations, des actes de désobéissance civile, des assemblées citoyennes, des débats. »
« Un an, c’est énorme, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de mobilisations qui durent autant. »
« C’est compliqué de se dire qu’il n’y a pas de réponse politique en face de la mobilisation. »

 Sur la longévité du mouvement 
« On a la volonté d’avoir une réponse politique. On attend quelque chose qui ne vient pas. Donc on se retrouve à continuer à lutter. »
« On essaie d’évoluer : certains vont aux municipales, d’autres continuent à se mobiliser dans la rue et, avec un groupe, nous, on monte un lobby citoyen. »

Sur le lobby citoyen
« On ne part pas d’une feuille blanche donc on part des revendications des gilets jaunes et on va essayer de les porter collectivement plus haut. »
« Il y a quatre volets à nos revendications : la démocratie et les institutions, l’écologie, les services publics et la fiscalité. »

 Sur le référendum d’initiative citoyenne et l’aéroport de Paris 
« Le gouvernement n’a fait aucune communication sur le RIC [dans le cadre de la privatisation d’aéroport de Paris]. »
« Le RIC permettrait - à l’initiative des citoyens et pas à l’initiative du gouvernement - d’imposer un véritable référendum. »

 Sur les violences policières 
« J’ai lancé un sondage pour lancer la création d’un organe réellement indépendant à la place de l’IGPN. »
« Il n’y a pas d’impartialité au niveau [des violences policières]. »
« Il serait bien que Christophe Castaner démissionne. Son renvoi serait même très symbolique. »

 Sur les élections municipales 
« Il y a des gilets jaunes qui créent des listes citoyens au niveau local. »
« Pour moi, le vote ne suffit plus. »
« La démocratie par le vote n’est pas de la démocratie. »
« Je ne m’investirai pas dans les élections municipales ; je préfère m’engager pleinement dans le lobby citoyen. »

 Sur le 5 décembre 
« Je n’invite pas les gilets jaunes à participer [à la grève du 5 décembre] parce que ça n’est pas à moi de leur dire où ils doivent aller. »
« Je trouve dommage qu’il n’y ait pas une seule grande marche pour tout ce qu’on dénonce. »
« Il faudrait quelque chose de global qui englobe tout le monde. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.