Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 8 juin 2020

Quentin Lhuillier : « On demande la création de 4000 postes de professeurs pour la rentrée de septembre »

Le collectif des 8000 admissibles aux concours internes de l’Éducation nationale réclame la création de 4000 postes d’enseignants à la rentrée. Malgré le contexte d’une rentrée scolaire tendue,Jean-Michel Blanquer n’y est pas favorable. « Budget très serrés », répond-on du côté du ministère. Quentin Lhuillier, porte-parole du collectif, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur le Défenseur des droits et les conséquences du Covid-19 sur les enfants 
« Les enfants sont les victimes de la gestion qui a été faite de la crise par le gouvernement. »
« Cette gestion catastrophique par l gouvernement est à revoir. »
« Plutôt que de fréquenter les plateaux de télévision, Jacques Toubon pourrait prendre le temps de répondre à notre courrier en date du 24 mai sur la question des concours interne de l’enseignement. »

 Sur la réouverture des établissements scolaires 
« Il aurait été raisonnable de repousser la rentrée à septembre. »
« L’organisation d’un établissement est très compliquée - notamment pour la gestion de la cour de récréation et le respect des gestes de sécurité sanitaire. »
« Ces mesures ont été prises par des gens qui n’ont jamais mis les pieds dans une école. »
« J’entends cet argument sur l’égalité de traitement et on le vit au quotidien. »
« Le fait que les enfants mangent convenablement est très important et le fait qu’ils n’attrapent pas le Covid-19 l’est tout autant. »
« Il y a une hiérarchie des priorités qui est à relativiser. »

 Sur la rentée de septembre 
« Je ne suis pas sûr que les conditions de la rentrée de tous les élèves en septembre soient réunies. Le gouvernement semble ne pas en être sûr non plus. Il avance à l’aveugle. »

 Sur les concours internes et externes de l’Education nationale 
« Les oraux ont finalement été supprimés pour les candidats internes. C’est une bonne chose et c’est ce qu’on demandait mais on n’a encore pas tout obtenu de nos revendications. »
« Les internes ne passeront plus d’oraux en septembre. En revanche, ils sont 8.000 candidats admissibles au concours interne et le ministre ne veut en prendre que 4.000 - parce que 4.000 postes ouverts seulement. »
« Il y a 4.000 postes non pourvus donc les 4.000 postes que l’on réclame sont possibles. On demande la création de 4.000 postes. »
« On nous dit que les budgets sont très serrés et le lendemain, on apprend qu’on met 200 millions d’euros dans les vacances apprenantes. »

 Sur les vacances apprenantes 
« Je ne participerai pas à ce dispositif des vacances apprenantes. »
« C’est un sketch ! Je suis prof, pas comédien. »
« Le ministre veut surtout faire appel aux précaires parce qu’ils ne coûtent pas cher. »
« Monsieur Blanquer n’a pas compris que le métier d’enseignant, c’était avant tout un savoir faire, un savoir être, et pas d’être animateur. »
« Les vacances apprenantes sont une espèce de communication à la Blanquer qui va réduire la qualité pédagogie qui sera proposée à la rentrée. »

 Sur les élèves décrocheurs et les retards dans les programmes scolaires  
« Le ministre parle comme s’il ne s’était rien passé pendant le confinement : il y a eu une continuité pédagogique. »
« On [les enseignants] a été au front - à commencer par les professeurs des écoles et ceux de 6è/5è. »
« Les élèves n’ont pas été livrés à eux-mêmes. »

 Sur la revalorisation du métier d’enseignant et les salaires 
« Si l’on admettait tous les admissibles du concours interne de l’Education nationale, ça leur permettrait déjà de vivre un peu plus décemment. »
« Vivre de son travail n’est pas un privilège : j’ai des collègues qui touchent 700 euros par moi et qui doivent parfois faire un choix entre manger ou se soigner. C’est un scandale. C’est des gens qui ont un bac+5 et qui aiment leur métier. Et ils ne vivent pas décemment de leur salaire. »
« Bien traiter les enseignants ou les personnels des crèches, c’est bien traiter les enfants. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.