Accueil | Par Pierre Jacquemain | 30 mars 2018

Raphaël Glucksmann : "La gauche a abandonné les réfugiés en assumant le fait que c’était impopulaire."

Sa promesse : faire émerger des idées neuves. C’est en tout cas le parti pris du Nouveau Magazine Littéraire, dirigé par Raphaël Glucksmann, qui entend faire du mensuel - dont le 4ème numéro vient de paraitre -, le lieu du débat de la « gauche hors les murs ». Il est l’invité de La Midinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur le Nouveau Magazine Littéraire 
« Les idées nouvelles sont partout mais elles sont éparpillées. »
« Ce qui fait la puissance du discours réactionnaire, c’est d’avoir su mêler plusieurs langage au sein d’une maison commune. »

 Sur les intellectuels médiatiques 
« La vérité sur les médias, c’est que c’est la fainéantise plus que le complot qui domine. »
« Je suis contre une critique populiste des médias sur le thème ‘les journalistes sont des vendus’ mais il y a eu autour du phénomène Macron un moment d’unanimité et d’évidence partagée qui m’a troublé pendant la campagne. »

 Sur le rapport des intellectuels à la politique et à la gauche 
« Pendant longtemps, le PS a considéré les intellectuels comme des pins. »
« Il y a une crise chez les intellectuels dans le rapport au politique (…) : une forme de frein, d’autocensure et d’incapacité à formuler une vision du monde. »
« On s’est tellement trompé dans le monde intellectuel qu’on en a tiré la leçon qu’on ne pouvait pas avoir de vision du monde sinon ça allait produire le goulag. »
« L’intellectuel français, il reste dans son couloir, façonne des concepts sur son domaine de réflexion mais il y a une crise de la figure de l’intellectuel. »
« La figure du clerc du type Bourdieu, elle a été complètement cassée par les réseaux sociaux. »
« On peut avoir des familles d’intellectuels mais on n’aura plus de grands leaders de la pensée. »

 Sur l’état de la gauche 
« Ce qui a planté la gauche au delà de la médiocrité des partis qui la représentaient, c’est d’avoir perdu le débat métapolitique et idéologique dans la société. »
« Il y a eu un débat idéologique et il a été perdu par la gauche. »
« L’espace de la gauche s’est réduit mais le nombre de partis qui prétendent l’occuper s’est démultiplié. »

 Sur l’héritage de Mai 68 
« Il y a une colonisation de l’esprit public par l’esprit privé. »
« L’incapacité de passer du ‘je’ au ‘nous’, c’est une grande débâcle idéologique. »
« Ce n’est pas les soixante-huitards qui ont imposé les cadres de l’individualisme contemporain. »

 Sur la France insoumise 
« Je pense que je n’aurais jamais le même point de vue, ni sur la question de l’Europe ni sur la question des migrants, avec Kuzmanovic. »
« Il y a 2 optiques : est-ce que l’on continue à parler de gauche ou est-ce que l’optique c’est de dire ‘nous sommes le peuple et de casser tout marqueur idéologique en épousant de manière globale toutes les thématiques qui peuvent être populaires’ ? »
« Quand on se définit comme étant le peuple, on va sur des thématiques qui sont historiquement et philosophiquement problématiques. »
« L’exaltation de la nation comme réponse à tout, je ne suis pas convaincu que ce soit possible comme étendard pour la gauche. »

Sur le rapport de la gauche à la question des migrants et des réfugiés 
« En 2015, quand Angela Merkel ouvre les frontières de l’Allemagne, David Pujadas pose la question à Jean-Luc Mélenchon (…) ‘est-ce que vous auriez fait comme elle ?’, la répons est non. »
« La gauche dans son ensemble a laissé tomber cette question en assumant le fait que c’était impopulaire. »
« Si personne ne mène le combat sur l’accueil, évidemment que les sondages vont être hostiles. »

 Sur l’antisémitisme en France 
« Certains juifs de France sont en danger (…) notamment ceux des quartiers populaires. »
« C’est important de dire que le combat contre l’antisémitisme, c’est un combat d’inclusion. »
« J’étais en désaccord très net avec les propos du CRIF sur Jean-Luc Mélenchon. »
« Mireille Knoll, c’est notre grand-mère à tous. »
« Il y a un problème de vouloir représenter les juifs de France et vouloir défendre la politique de Benjamin Netanyahu. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.