Accueil | Par Pablo Pillaud-Vivien | 7 mars 2018

Raquel Garrido : "La patriotisme est un puissant levier d’empathie et d’action."

Avocate et chroniqueuse sur C8, l’ancienne porte-parole de la France insoumise Raquel Garrido était l’invitée de La Midinale. Au menu : médias, Le Média, patriotisme et poil de zob.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Sur son rapport à la France insoumise
« Je reste insoumise culturellement mais je ne suis pas du tout impliquée dans l’organisation du mouvement. »
« J’ai des convictions politiques et personne ne peut me les enlever, ni la France insoumise, ni le CSA. »

Sur la « haine du parti médiatique »
« Avoir la haine au sens du film de Matthieu Kassovitz, ça fait 25 ans que ce n’est pas un problème. »
« Nier la haine, c’est créer la cocotte-minute. »
« Sublimer la haine, la transformer en quelque chose de constructif, c’est ce que fait Jean-Luc Mélenchon avec cette phrase sur les médias. »

Sur la presse
« Pour ce qui est du rapport à la déontologie, on a un problème généralisé qui peut se retrouver aussi bien dans un média dit indépendant que dans un très grand média. »
« Dans les médias les plus riches, c’est là où l’on va trouver une diversité et une pluralité qu’on ne trouvera pas dans un média dit indépendant. »
« Si vous regardez la presse aujourd’hui, elle est totalement démagogique. »
« Les Grandes Gueules sur RMC, le Parisien, c’est des machines à fabriquer de la haine. »

Sur les débats autours de Le Média
« On a le droit, entre journalistes, qu’il y ait des débats sur la qualité à proprement dite, de l’information. »
« Il y a une ambiance de crise existentielle qui est insupportable : c’est le monde des journalistes qui se regardent entre eux. »
« Le gars sur le terrain en Syrie ne fait pas de travail de discernement, de géopolitique, de lutter contre la manipulation. »

Sur la gauche
« Je ne me sens pas concernée par les problèmes internes à la gauche (…), je ne vois pas comment on peut vouloir en être. »
« Le mot gauche a été abandonné par le peuple. »

Sur sa vision de la société
« Il faut créer un cadre dans lequel les individus acceptent d’être dans l’empathie, dans le partage, la mise en commun. »
« Ce qui manque dans la société, c’est le réflexe holiste c’est-à-dire que je ne peux pas être heureux dans un océan de malheurs. »

Sur le patriotisme
« Le patriotisme est une puissant levier d’empathie et d’action. »
« Lorsque Jean-Luc Mélenchon convoque le drapeau, la Marseillaise, le sentiment patriotique, c’est toujours dans un contexte très lumineux, au sens des Lumières. »
« Je suis frappée de voir tous ces discours péjoratifs sur l’Italie, sur l’Europe de manière générale, sur le populisme ambiant, et que pour l’instant les élites n’en tirent pas la conclusion qu’il vaut mieux en France que le populisme soit incarné par quelqu’un de pacifique. »

Sur les élections présidentielles de l’année dernière
« C’est passé à un poil de zob. »

Sur les élections européennes de l’année prochaine
« Je ne serai pas candidate aux élections européennes. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Qui c’est ?

    buda Le 7 mars à 21:41
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.