Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 27 septembre 2018

Raquel Garrido : « On ne peut pas faire l’économie d’inviter l’extrême droite à la télé »

Auteure d’un "Manuel de guérilla médiatique" aux éditions Michel Lafon, la chroniqueuse insoumise des Terriens du dimanche (C8) était l’invitée de la Midinale.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur son refus de signer le manifeste « Pour l’accueil des migrants » 
« On ne sait pas trop si [ce texte est] la défense de la position no border que personnellement je ne défends pas. »
« Je suis moi-même immigrée. »
« Je fais partie des cadres qui ont été en politique ou dans les médias qui sont eux-mêmes des migrants. »
« Il y a un droit à rester chez soi. »
« Cet appel pourrait parfaitement être signé par quelqu’un qui a mis en place au gouvernement des politiques de libre-échange qui ont saigné des pays d’Afrique par exemple. »
« Il n’y a pas grand chose de dit sur les gouvernements socialistes qui ont très mal géré la question. »
« C’était la spécialité du gouvernement Valls de faire des migrants un sujet d’hystérie. »
« En matière de migration, il faut être très simple : il faut les aider, les accueillir, leur apprendre le français, leur donner des vêtements. Il faut avoir des réflexes humanitaires de base. »
« On ne peut pas être pour une politique de l’émancipation si on n’a plus d’empathie. »

 Sur le rapport de la gauche à la question migratoire 
« Si le PS, le PC ou qui sais-je à “gauche” pensent se refaire la laine sur le dos de la question des migrants, ils se trompent. »
« Moi qui suis une populiste au sens d’Ernesto Laclau et de Chantal Mouffe, je travaille à ce que la conversation nationale s’articule autour de ce sujet comme la contradiction entre l’intérêt du peuple versus l’intérêt de l’oligarchie plutôt qu’une latéralité entre migrants et pas migrants. »
« Ce sujet de conversation, qu’il soit imposé par l’extrême droite ou par le camp des no border ou par celui d’un PC ou PS qui veut se faire un washing sur le compte des migrants – alors même qu’ils ne sont même pas no border, tout ça, en gros, pour emmerder la France insoumise – je trouve ça nul et inefficace. »

 Sur son rapport aux médias de masse 
« [Mes armes,] c’est mon passif militant. »
« Si je ne vais pas dans ces médias-là, si Jean-Luc Mélenchon n’y va pas, si tous ceux qui sont invités pour y décrire et critiquer le monde tel qu’il va n’y vont pas, ça revient à de l’autocensure. »
« J’attends qu’on me fasse la liste des médias dans lesquels j’ai le droit d’aller et qui sont parfaitement purs. »
« Quel est l’intérêt de limiter soi-même son audience ? »
« La politique, c’est essayer de communiquer des doutes et des questionnements pour amener dans un engagement citoyen, dans une critique, dans un vote, dans une façon de vivre qui peut être différente. »
« Pour qu’un maximum de gens soient touchés, il faut aller dans les médias de masse. »

 Sur Les Terriens du dimanche 
« Je suis dans un format où il y a beaucoup plus de légèreté, on rigole, on fait plus de blagues, on chante. C’est beaucoup plus rigolo. »
« Dans l’infotainment comme format, on oscille entre des moments de sérieux et des moments de franche rigolade. »
« L’objectif de l’émission est de faire état des différentes positions. »
« A la seconde où Stéphane Simon ou Thierry Ardisson me censurent sur le fond, quel intérêt ont-ils à m’embaucher ? »
« Ca n’a aucun intérêt de faire venir Raquel Garrido pour faire autre chose que du Raquel Garrido. Sinon qu’ils invitent Benoît Hamon ou un mec du MJS ! »

 Sur le passage d’Eric Zemmour dans Les Terriens du dimanche 
« On ne peut pas faire l’économie d’inviter l’extrême droite à la télé. »
« Je ne suis pas restée à côté à ne rien dire : ça, c’est ce qu’Arrêt sur image à donner à voir, ce qui est typiquement une méthode pute-à-clics. »
« Je ne comprends pas comme une émission de critique des médias peut en venir elle-même à utiliser des méthodes aussi pourries que celle du petit montage qui va bien où ils ont coupé tout ce que je disais de politique. »
« Le problème de Schneidermann, ce n’est pas Zemmour ou Hapsatou Sy, c’est Ardisson. »
« Il aurait fallu quoi ? Que je fasse ma dramaqueen ? »
« Aujourd’hui, il y a un déficit de représentation de ces mouvances-là [France insoumise d’un côté et extrême droite de l’autre] dans la télé d’une façon générale. »
« Je ne vois pas comment on pourrait faire valoir notre vision d’une nation qui serait civique plutôt qu’ethnique si on ne la confronte pas. »
« Les gros malins qui pensent que pour répondre à Zemmour, la bonne solution, c’est que Raquel Garrido démissionne de l’émission, il faut m’expliquer le lien de cause à effet. »

 Sur la déontologie des journalistes 
« Il faut plus que jamais un conseil de déontologie journalistique pour que les citoyens puissent à tout moment faire valoir leur droit à l’information et que les journalistes puissent faire valoir la qualité de leur propre métier. »
« Quand je fais Fort Boyard, il y a plus de gens qui me voient. »
« On a parlé de la France insoumise à Fort Boyard : c’est absolument surréaliste ! »

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « On ne peut pas faire l’économie d’inviter l’extrême droite à la télé. »

    Si, comme dit Mélenchon, on peut interdire l’extrême droite par la loi. Le plus tôt sera le mieux. Ça consiste à envoyer en prison les cadres des partis d’extrême droite, et centre de rééducation leurs militants.

    La République Populaire de Chine le fait à merveille. C’est un exemple à suivre : ils arrivent à contenir la monté des va-t-en guerre de façon extrêmement efficace.

    MonKheymrad Le 27 septembre à 18:07
  •  
  • Donc Garrido trouve normal que Zemmour et autres fachos squattent les médias pour vomir leur haine ..

    Par ailleurs en tant qu’antifa, je ne puis adhérer à son positionnement sur l’immigration qui est plus qu’ambigu...

    Fradet Le 1er octobre à 20:39
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.