Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 30 mars 2021

Sandra Regol : « Le rassemblement de la gauche et des écologistes est toujours possible mais pas n’importe comment »

Les écologistes sont au cœur de nombreuses polémiques. Ils sont aussi à l’initiative de nombreux appels à gauche, pour les régionales mais aussi dans la perspective de 2022. Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’Europe Écologie-Les Verts, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE

Sur le projet de loi climat
« Il y a quinze ans, on aurait pu dire que cette loi climat était une avancée mais depuis le compteur climatique continue à tourner. »
« Ce projet de loi, en ne se conformant pas à ce qu’avaient préconisé les citoyen-nes de la convention, fait acte d’inaction face au réchauffement climatique. »
« Le gouvernement continue de ne pas écouter ce qui vient des citoyens et de la science en considérant que la politique des petits pas, du moment où les intérêts financiers sont préservés, sont suffisants pour faire en sorte que ça aille mieux demain. »
« On a besoin de créer des emplois locaux, non délocalisables et qui correspondent à nos modes de vie. »
« Il faut revoir complètement notre vision du développement économique. »
« Cette loi climat ne nous réjouit pas. »

Sur les marches pour le climat
« La pression de la rue a un effet. »
« On n’a pas beaucoup de marges de manœuvre. »
« L’attente est immense dans la population et malgré la pandémie, l’urgence climatique reste au cœur des préoccupations des Français. »
« Inscrire les crimes majeurs, comme les écocides, est vraiment quelque chose de très important. Le pire continue à se produire. »

Sur les attaques du gouvernement contre EELV
« Il y a une obsession de la majorité sur les propos des écologistes. »
« Les élus écologistes, dans les municipalités notamment, agissent et notre action fait apparaître l’inaction de ce gouvernement. »
« Sur la métropole du Grand Lyon, les écologistes mettent en place un RSA pour les jeunes quand le gouvernement oublie la jeunesse. »
« Quand la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian, étudie la possibilité d’une subvention - qui n’a pas été votée - pour une nouvelle mosquée à Strasbourg, elle permet aussi de lutter contre les mosquées clandestines qui sont des lieux de recrutement. »
« Le gouvernement est dans la communication et non dans l’action. »

Sur les attaques de la gauche contre EELV
« Du côté d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, il y a un intérêt à semer la zizanie du côté de ceux qui pourraient incarner une alternative de gauche et écologiste. »
« Les attaques reprises à l’unisson de droite et de gauche sont assez pénibles. »
« Nous sommes les plus grands défenseurs de la loi 1905. »
« Pendant qu’on nous accuse, on se pose la question de leur positionnement sur la République et la laïcité : c’est facile d’accuser son chien d’avoir la rage pour ne pas avoir à expliquer comment on construit la société de demain, si on la veut inclusive ou non. »
« Il faut arriver à avancer ensemble à gauche et chez les écologistes. »

Sur l’appel au rassemblement de Yannick Jadot
« Je n’ai pas vu de différence entre ce qu’a dit Yannick Jadot hier matin et ce qu’il dit depuis plusieurs mois. J’ai vu un traitement médiatique différent code ce qu’il a dit hier matin de ce qu’il avait dit auparavant. La ligne des écologistes a toujours été claire. »
« [Le fait qu’il ait ajouté Mélenchon à la liste des personnes à mettre autour de la table] fait une micro différence à l’intérieur d’une stratégie qui est claire. »
« Il faut qu’on arrive à travailler ensemble sur un projet commun et non une seule addition de logos. »
« La pression du rassemblement national est très réelle. »
« On voit les responsables politiques du PS, du PCF, de la France insoumise, très régulièrement. Ça fait des mois et des années que ça dure. Ce travail est fait au quotidien mais il est long. »
« Il faut prendre le temps d’affronter les divergences pour plus se concentrer sur les convergences. »

Sur les élections régionales et la proposition d’un accord de Mélenchon
« On tient beaucoup à la démocratie et on n’impose pas aux gens dans les régions quelque chose qui ne les concerne pas. »
« On ne s’échange pas des régions. »
« On ne dit pas ‘non’ à la proposition de Jean-Luc Mélenchon, on dit que ça n’a pas de sens. Les rassemblements se font dans toutes les régions. »
« Julien Bayou a lancé une invitation publiquement, fermement, avec un lieu de rendez-vous proposé, à Audrey Pulvar et Clémentine Autain et je ne crois pas que la réponse ait été totalement favorable. Il n’y a toujours pas de date arrêtée. »
« Clémentine Autain et Audrey Pulvar ont dû perdre le numéro de téléphone de Julien Bayou. »

Sur l’élection présidentielle et le projet
« On est le seul parti dans l’histoire de la Vè République de retirer notre candidat de l’élection présidentielle pour que le pire n’advienne pas. »
« Sur toutes les élections, à tous les niveaux, on prend toujours nos responsabilités. »
« Une partie de la gauche a oublié où étaient ses valeurs et c’est à eux de mener leur travail. Nous on se bat pour la justice sociale et environnementale et on ne mettra jamais de hiérarchie entre les deux. »
« On propose un cadre qui est une primaire des écologistes avec le mouvement génération.s. »
« Le rassemblement de la gauche et des écologistes est toujours possible mais pas n’importe comment. »
« Quand on voit les coups d’Anne Hidalgo, il n’est pas évident qu’il y a plus de sujets qui nous rapprochent que de sujets qui nous éloignent. Avec Olivier Faure, je vois plus de sujets qui nous rapprochent que de sujets qui nous éloignent. »
« C’est un choix politique de faire porter plutôt la différence ou plutôt la convergence mais ça se travaille et ça ne peut pas être juste des prises de positions publiques ; ça ne se travaille pas qu’entre personnes, ça se travaille en collectif. »

Sur l’extrême droite
« Il ne s’agit pas de construire en ‘contre’ et c’est une vieille maladie de la gauche française c’est-à-dire de toujours construire en contre. »
« Quand on construit en contre, il manque l’essentiel du travail. Quel est l’horizon et là-dessus on ne peut pas prendre les écologistes en faux. »

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • bHRKwlOWCAqEVND

    ZpqBIzXwWrh Le 3 avril à 12:24
  •  
  • QqEgJsbwAmNKMx

    RhvKYBAHi Le 3 avril à 12:24
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.