Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 7 décembre 2020

Sébastien Ménesplier : « Il y a 13 millions de personnes qui vivent dans la précarité énergétique »

Le projet « Hercule » prévoit de transformer en profondeur l’entreprise EDF tant dans la production que la commercialisation de l’électricité. Sébastien Ménesplier, secrétaire général de la fédération nationale de la CGT des Mines et Energies, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur la situation d’EDF 
« L’entreprise ne se porte pas bien depuis que le marché de l’électricité a été libéralisé. »
« Face à la concurrence, EDF a du mal à s’en sortir. »
« La libéralisation de l’électricité n’a eu comme conséquences qu’une hausse des tarifs pour les usagers. 35% d’augmentation depuis la déréglementation. »
« Il y a 13 millions de personnes qui vivent dans la précarité énergétique. »

 Sur le projet Hercule 
« C’est plus qu’un projet d’entreprise, c’est un projet de société. »
« L’objectif n’est pas d’améliorer le service public de l’électricité, l’objectif c’est qu’EDF soit au même niveau que ses concurrents. »
« L’objectif est de casser l’entreprise et de scinder la production de la commercialisation. »
« Ouvrir le capital ça veut dire que la maîtrise publique de la distribution d’électricité va en prendre un coup. »
« On n’a aucune garantie pour l’avenir. »
« L’électricité n’est pas une marchandise. Il faut sortir l’énergie du système marchand. »

 Sur les coupures d’électricité  
« Les centrales à charbon émettent moins de 1% de CO2 dans l’atmosphère. On a fermé des sites industriels qui auraient pu de manière transitoire, dans des périodes de grand froid ou de grand chaud, venir équilibrer un système de réseau pour éviter d’envisager des coupures d’électricité. »
« Le réchauffement climatique a bouleversé les saisons. »
« Pour lutter contre ce réchauffement climatique, il y a besoin de politiques ambitieuses et nous ne sommes pas d’accord avec les choix du gouvernement. »
« Dire que la filière nucléaire n’est pas une énergie qui pourra lutter demain contre le réchauffement climatique est une véritable connerie. »
« La France a besoin d’un mix énergétique où les énergies renouvelables ont leur place. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.