Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 12 mars 2019

Serge Cimino : « Nous demandons à Franck Riester de recevoir les salariés de l’audiovisuel public »

Ce week-end, le ministre de la Culture, Franck Riester, a évoqué plusieurs pistes pour relancer la réforme de l’audiovisuel public. Quels financements ? Quels projets ? Quelles missions de service public ? Pour en parler, Serge Cimino, journaliste à France Télévisions, délégué syndical membre du SNJ, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur la réforme de l’audiovisuel public 
« Celui qui a fait une vraie réforme de l’audiovisuel public, c’est Nicolas Sarkozy : il a décidé un matin de supprimer la publicité après 20 heures, ce qui a été le premier réel coup d’arrêt du développement de l’audiovisuel public. »
« Couper la publicité, ça a profité aux amis de Nicolas Sarkozy. »

 Sur le financement de l’audiovisuel public 
« Je crois que le débat sur le financement est fondamental. »
« Le seul débat sur le financement, c’est de retirer de l’argent à l’audiovisuel public. »
« Ces débats-là sont vite enterrés parce que ça touche au portefeuille des Français. »
« Franck Riester, à l’époque de Nicolas Sarkozy, était favorable à une taxe sur les opérateurs internet pour compenser à l’euro près la perte de la publicité. »
« Les GAFAN, qui nous affaiblissent, pourraient participer du financement mais on en est loin parce qu’il n’y a pas de réelle volonté de financer l’audiovisuel public. »

 Sur le modèle de la BBC qui inspire Franck Riester 
« La BBC est un modèle de référence qui fonctionne – et on a envie que ça marche comme ça en France. »
« La BBC est propriétaire de ce qu’elle produit ce qui n’est pas le cas en France. »
« Quand on produit ou qu’on co-produit, il faut payer pour diffuser. Et ça n’a pas été réformé. »
« Le modèle qu’on veut créer, c’est le monstre. »
« Pour nous, le regroupement voulu par le gouvernement, c’est moins de pluralisme. »

 Sur les conséquences sur les contenus 
« La fusion des rédactions nationales de France 2 et France 3 a pour conséquence d’affaiblir les éditions nationales de France 3. »
« On est sur des injonctions contradictoires : faites mieux avec moins. »
« Nous demandons à Franck Riester de recevoir les salariés de l’audiovisuel public : ils ont des idées. »

 Sur la suppression du Soir 3 
« On est très content du soutien de Jean-Marie Cavada qui est le créateur de Soir 3. »
« Ils veulent transférer Soir 3 sur France Info pour créer une tranche qui pourrait concurrencer les chaines d’infos en continu. »
« Soir 3 fait jusqu’à 1,3 million de téléspectateurs donc c’est un succès. »
« La structure des gens qui regardent Soir 3 et ceux qui regardent un peu France Info n’a rien à voir. »
« On a lancé une pétition pour que le public puisse donner son sentiment. Il y a un véritablement attachement pour le dernier journal du soir sur une chaine généraliste. »
« On a dit à Delphine Ernotte qu’on ne peut pas sacrifier ce journal-là sur une chaine généraliste, c’est fondamental. »
« Au bout du compte, on va perdre des téléspectateurs, parce qu’on ne comprend plus ce qu’il se passe à France Télévisions. »

 Sur le climat social dans l’audiovisuel public 
« Radio France et France Télévisions ne sont pas comparables parce que les cultures du conflit ne sont pas les mêmes. »
« Je conseille à Franck Riester de ne pas nous pousser à nous regrouper [salariés de France Télévisions et ceux de Radio France). »
« Les salariés de France Télévisions sont au bord du burn-out global. »
« Ceux qui nous dirigent n’ont pas le même sentiment de la nécessité d’un audiovisuel public. »

 Sur le conseil de déontologie des journalistes 
« C’est utile par rapport à la défiance des publics mais ça ne doit pas être un tribunal. »
« Il faut instance mais qui ne soit pas une instance de régulation. »
« Il faut une instance où l’on puisse discuter de ce qu’est la déontologie et ça ne doit pas être pour critiquer les lignes éditoriales. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • rappelons à ce cher monsieur que les français détestent les journalistes. Avant, ceux de France 3 faisaient exception : plus à gauche, moins vendu à l’ordo-libéralisme. Mais ça, c’était avant les Gilets Jaunes, et la couverture médiatique DÉGUEULASSE que le service public en a fait.
     
    Vous êtes les larbins de la bourgeoisie libérale qui éborgne nos enfants ? Ne comptez pas sur nous pour chialer sur vos licenciements

    dasCoco Le 15 mars à 17:05
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.