Accueil | Par Pablo Vivien-Pillaud | 14 juin 2021

Sophia Chikirou : « J’appelle au vote utile en Ile-de-France ce dimanche pour Clémentine Autain »

Dernière semaine avant le 1er tour des régionales. En Ile-de-France, les trois listes de gauche sont au coude-à-coude. Mais quelle(s) vision(s) de la région-capitale ont-elles ? Sophia Chikirou, tête de liste à Paris sur la liste de Clémentine Autain, est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

...ET A LIRE

 Sur la gauche dans cette campagne régionale francilienne 
« Depuis plusieurs mois, on fait campagne pour être en tête de la gauche. »
« D’entrée de jeu, Clémentine Autain a fait la proposition de la fusion, au second tour, des trois listes de gauche. »
« On pense très sérieusement pouvoir prendre la région à Valérie Pécresse qui, pour le moment, est donnée gagnante. »
« Notre difficulté, c’est le peu d’intérêt des gens pour l’élection régionale (…). Il y a une responsabilité collective qui relève des pouvoirs publics et des médias (…), une autre des politiques qui découragent les gens d’aller voter. »
« Il y a un risque qu’aucune des trois des listes de gauche ne passent la barre des 10%. Il faut que les électeurs de gauche aient conscience de ce risque et qu’ils aillent voter. »
« Les derniers sondages montrent une dynamique en faveur de la liste de Clémentine Autain à gauche. »
« Clémentine Autain est la personnalité qui s’est révélée pendant cette campagne des régionales à gauche par sa stabilité et son sérieux. »
« Avec EELV, on a beaucoup de points communs et pas d’opposition sur la vision de l’Ile-de-France. Mais la personnalité de Clémentine Autain par rapport à celle des autres candidats est plus stable et plus sérieuse. »
« Clémentine Autain vient d’en dehors de Paris car c’est une élue de banlieue, elle est plus expérimentée et à l’habitude du débat national. »
« J’appelle à un vote utile pour Clémentine Autain pour permettre une dynamique et un rassemblement large au second tour afin de battre Valérie Pécresse. »

 Sur le bilan de Valérie Pécresse 
« Valérie Pécresse fait tout pour qu’on ne parle pas de son bilan. »
« Le bilan de Valérie Pécresse est négatif sur le plan économique et social. »
« La gestion de Valérie Pécresse, c’est la politique de l’austérité : 2 milliards d’économie pendant la mandature au lieu de mener des politiques ambitieuses d’égalité et d’aménagement territorial. »

 Sur la gauche dans les élections régionales 
« Le niveau de participation n’est pas celui d’une démocratie : ça ressemble plus à du suffrage censitaire car des catégories sociales participent au vote plus que les autres. »
« L’abstention dans les quartiers populaires et chez les jeunes est extrêmement forte. Or, c’est notre électorat de base alors que l’électorat de Valérie Pécresse est mobilisé. »
« Le climat général ne s’est pas formé par hasard. Si 70% des électeurs vont vers la droite et l’extrême droite, ce n’est pas la faute au politique uniquement. Le système médiatique est discriminatoire : il n’y a pas de pluralisme politique dans les médias radio et télé. Il y a une importance démesurée donnée au gouvernement et à la majorité ainsi qu’à l’extrême droite. »
« Je reste très attachée au fait que la gauche, c’est plus de 30% en Ile-de-France. »

 Sur sa vision de l’Ile-de-France 
« Quand on arrivera à la tête de la région Ile-de-France, il nous faut agir avec des mesures d’urgence : pas juste faire du social pour faire de l’humain mais aussi parce que ces mesures ont des finalités économiques. »
« On va tout faire pour empêcher l’effondrement de la consommation populaire qui constitue plus de 52% du PIB dans notre pays. Si elle s’effondre, la machine économique s’arrête. C’est pourquoi on propose d’agir sur les secteurs vitaux que sont les transports, la santé, l’alimentaire, la culture, l’éducation, le sport et le logement. »
« La construction de nouveaux logements que Valérie Pécresse a diminué considérablement, nous on propose de passer à 37.000 logements par an parce que le logement pèse très lourdement sur les revenus des gens. »
« Quand il y a des investissements publics, les entreprises peuvent voir à moyen terme et reprennent de la confiance, cela stabilise l’environnement économique et on répond à des enjeux sociaux et économiques. »
« Je veux qu’on en termine une bonne fois pour toutes avec l’idéologique et le dogmatisme de l’attractivité du territoire et de la compétitivité internationale. Ca fait 30 ans que l’on baigne là-dedans. Et ça ne mène à rien qu’à la dégradation de la qualité de vie des habitants. »
« On veut être une région à l’avant-garde des enjeux environnementaux et sociaux : des nouveaux modèles de production, de distribution et de consommation. »
« Nous voulons une rupture avec les logiques financières. »
« L’avant-garde, c’est l’économie circulaire. Pas par clientélisme ou pas idéologie : dans le contexte mondial, il y a une guerre entre les Etats-Unis et la Chine avec l’Union européenne au milieu avec ses règles absurdes et ses accords de libre-échange qui nuisent aux entreprises européennes. Ce qu’on dit aux entreprises françaises qui jouent sur le marché international, c’est qu’elles continuent mais ce n’est pas à elles qu’on doit donner de l’argent public. Elles ont largement les moyens de financer de la recherche et du développement. Nous, on veut s’orienter vers des entreprises locales : de la production locale avec de la consommation locale. »
« L’Ile-de-France est une des régions les plus industrielles et agricoles de France. »
« On propose de former 15.000 agriculteurs bio et un plan eau pour dépolluer les nappes phréatiques. »
« On propose un label Ile-de-France pour encourager la consommation de produits locaux en priorité avec notamment un chèque francilien. »

 Sur l’impact de la campagne présidentielle sur celle des régionales 
« Une élection régionale qui a lieu un an avant la présidentielle, évidemment qu’elle va peser dessus. »
« Parfois, on se demande si Valérie Pécresse est plus candidate à la présidence de la région ou à l’élection présidentielle. »
« Si Clémentine Autain est en tête de la gauche, et encore plus si elle bat Valérie Pécresse, on aura une forte dynamique. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • L’analyse de Sophia Chikirou est cohérente et a une bonne chance d’être vérifiée. Clémentine Autain part avec un avantage, petit mais non nul à la marge, car dès le premier tour elle s’est alliée à l’extrême-gauche. Si les deux autres listes, qui sont de gauche modérée, fusionnent avec la sienne, on aura au second une triangulaire, gauche et extrême-gauche alliées, droite et extrême-droite, un schéma ternaire qui est une préfiguration des futurs seconds tours non limités à un duel.

    Glycère BENOIT Le 15 juin à 08:20
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.