Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 20 mars 2019

Tatiana Ventôse : « La gauche, c’est quoi : Valls ? Staline ? Raphaël Glucksmann ? »

Ses vidéos YouTube cartonnent. Elle décortique la vie politique avec humour et lance son mouvement politique. La vidéaste Tatiana Ventôse, co-auteure avec Greg Tabibian de « Jusqu’ici tout va (très) mal » (Plon) est l’invitée de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur ses vidéos YouTube 
« C’est politique au sens où ça apporte un regard sur la vie de la cité. »
« On vient de lancer un mouvement politique. »

 Sur la critique des « politiciens » 
« Le problème, c’est que les hommes qui sont dans le système politique, tous ces gens qui font partie de cette comédie qu’est le paysage politique français, sont au mieux incompétents, au pire malintentionnés et malveillants. »

 Sur le bon sens en politique 
« Les convictions, il en faut pour pouvoir défendre des idées qui permettraient à tous de vivre mieux. »
« On a un peu soupé de l’idéologie. »
« L’idéologie empêche la remise en question et d’être dans le vrai. »
« Le problème des opposants à Macron, c’est qu’ils sont beaucoup plus dans l’idéologie que dans le réel. »
« La politique à l’heure actuelle est plus une question de bon sens que d’idéologie. »

 Sur la gauche et la droite 
« La gauche, c’est quoi ? C’est Valls ? C’est Staline ? C’est Raphaël Glucksmann ? »
« Être de droite, c’est quoi ? Être pour le libre échange, être traditionaliste et conservateur ? »
« Je rejette les étiquettes. J’en ai marre qu’on me colle des étiquettes et j’en ai marre de devoir agir selon le rôle que l’on veut bien me coller. »
« Le populisme, c’est quoi ? C’est un mot qui est employé par la macronie pour qualifier tous les gens qui sont en désaccord avec eux. »

 Sur l’immigration et l’Europe 
« Ce sont des sujets extrêmement clivants : il y a le ressenti et il y a le discours dominant. Et le discours dominant, celui du pouvoir, ne répond pas au ressenti. »
« On se retrouve au final avec un débat qui se pose en termes de “est-ce qu’on est pour ou contre l’Union européenne ?” alors qu’on devrait poser la question inverse : est-ce que l’Union européenne est pour ou contre les citoyens ? »
« Je ne suis pas contre l’Union européenne par principe. »
« L’Union européenne n’agit pas dans les intérêts de la France. »

 Sur l’alternative à Macron 
« Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont deux acteurs dans cette pièce de théâtre qu’est le paysage politique et qui part en couille total : il et elle passent leur temps à devoir satisfaire l’idéologie à laquelle ils sont attachés et à fantasmer une France qui n’existe pas. »
« Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont atteint leur plafond de verre électoral. »

 Sur les gilets jaunes 
« Les gilets jaunes seront dans les livres d’histoire comme le prélude à quelque chose. »
« Les gilets jaunes ont montré qu’il était possible de se parler au-delà des étiquettes. »

 Sur le lancement de son mouvement 
« On estime qu’on a une toute petite fenêtre d’opportunités pour proposer des choses. »
« On a dépassé le stade où on va aller cherche les gens et attendre d’eux. On en a assez de dire ce qu’il faudrait que les gens fassent. On veut faire, on veut aider, on veut continuer à construire quelque chose. »
« Il est peu probable qu’on puisse se présenter aux élections européennes parce que le petit jeu est très bien rôdé. On ne nous autorise même pas à ouvrir un compte en banque. »
« On veut que le mouvement ne soit pas juste un parti comme les autres, on veut contribuer à aider. »
« On veut montrer qu’il n’y a pas à attendre les élections pour se prendre en main et reconstruire un réseau d’entre-aide. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • et pour répondre à la question : la Gauche c’est le camarade Staline, cela va de soit. La charité chrétienne, les valeurs catholiques, et l’amour de son prochain : c’est de droite. L’Homme Chanceux qui prend la tête du PS est un bourgeois libéral. Il est d’accord pour jeter une piècette keynésienne aux pauvres, tout en leur disant avec un amour sans limite qu’il faut augmenter les taxes sur leur essence. Par contre, il ne veut pas entendre parler de planification écologique.

    marreDeLaGaucheDeDroite Le 20 mars à 16:31
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.