Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien | 19 février 2020

Thomas Portes : « Si Marine Le Pen avait cité Joseph Goebbels, l’ensemble de la classe politique serait monté au créneau »

Il vient de sortir Au coeur de la haine, récit d’un voyage dans les territoires de conquête de l’extrême droite, au plus près des résistances qui s’y organisent. Le syndicaliste Thomas Portes est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

À ÉCOUTER...

>> sur Spotify
>> sur Apple

 

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
TRIBUNE. Après avoir cité Joseph Goebbels, Jean-Christophe Lagarde doit partir !

 

ET À LIRE...

 Sur « Au cœur de la haine » 
« Le message de mon livre, c’est de tirer la sonnette d’alarme parce que l’extrême droite tisse sa toile que ce soit en France ou dans l’Union européenne, dans les urnes et dans les têtes. »
« Il y a des femmes et des hommes sur le terrain qui mènent le combat : ce sont elles et eux qu’il faut soutenir et dont il faut s’inspirer. »

 Sur le vote Rassemblement national dans le nord désindustrialisé de la France 
« Dans le nord de la France, que ce soit à Hénin-Beaumont et Hayange, il y a eu une désindustrialisation extrêmement importante avec une casse des emplois miniers et de la sidérurgie. Mais il y a surtout un non respect de la parole politique et public qui a alimenté le vote d’extrême droite. »
« Depuis François Mitterrand, l’ensemble des présidents de la République sont venus dire, lorsqu’ils étaient en campagne, qu’ils allaient sauver la sidérurgie. »
« On a dit qu’on allait sauver les emplois alors que les usines ont fermé les unes après les autres ; et l’extrême droite surfe sur ces questions-là. »
« Partout où la misère s’installe, où les services publics reculent, il y a un isolement et un repli sur soi qui alimente le vote d’extrême droite et dresse les gens les uns contre les autres et qui montre très clairement les étrangers comme les ennemis. »

 Sur la bataille idéologique de la gauche contre l’extrême droite 
« La gauche a une responsabilité énorme dans le manque de perspectives politiques. »
« Pour lutter contre l’extrême droite, il faut donner envie aux gens de se projeter. »
« L’extrême droite est protéiforme et s’adapte au public auquel elle a affaire. »
« A Menton, j’ai ressenti qu’il y avait un vote très clairement raciste. »
« Christian Estrosi fait des discours sur la Promenade des Anglais [à Nice] en terminant par “Vive l’Algérie française !”. »
« Même les étrangers deviennent racistes pour réussir à s’intégrer. »
« Il faut être offensif sur les questions de l’immigration, de l’accueil et porter les valeurs de la gauche sans s’enfermer dans un discours électoraliste qui pourrait nous laisser penser que, parce que certaines questions ne sont pas majoritaires dans l’opinion publique, on n’en parle pas. »
« La bataille idéologique est centrale si on veut gagner contre l’extrême droite en France. »

 Sur la montée de l’extrême droite en Europe 
« Il y a des passerelles qui se sont créées entre les différentes formations d’extrême droite européennes. »
« Dans Génération identitaire, qui m’a assigné en justice, il n’y a pas que des militants français. »
« L’extrême droite est arrivée aux affaires dans plusieurs pays. »
« Une des premières décisions de Viktor Orban [Premier ministre hongrois], c’est de donner la possibilité au patronat d’imposer 300 heures supplémentaires au salariat, payables 3 ans après. En Autriche, il y a maintenant la semaine de 60 heures. Salvini [ancien Ministre de l’Intérieur italien] a dégradé les droits des travailleurs et interdit les piquets de grève devant les entreprises. »
« En réalité, peu de personnes parlent d’immigration : quand on va à leur rencontre, ils nous parlent de travail, d’emploi, de services publics, de logement… »
« Emmanuel Macron cherche à mettre le sujet de l’immigration sur la table pour, dans une stratégie politique, être au second tour face à Marine Le Pen en 2022. »

 Sur la responsabilité de la gauche 
« Les responsables politiques de gauche, les militants syndicaux et les intellectuels ne sont pas à la hauteur – même si c’est sûrement un peu dur. »
« On a laissé s’installer l’extrême droite dans le champ politique, on l’a banalisée. »
« Le camp progressiste doit avoir une réaction à la hauteur du danger et de la menace. »
« Emmanuel Macron tient un discours extrêmement dangereux qui assimile immigration, insécurité et islam. »
« La gauche a d’autres réponses à apporter : il faut des moyens pour les quartiers populaires, il faut développer les services publics, il faut un autre partage des richesses, développer la réduction du temps de travail, réaménager le territoire… »
« Le principal problème de la France aujourd’hui, ce n’est pas l’islam radical ou les problèmes de religions : c’est qu’on a un pays qui est en train d’exploser avec des inégalités sociales de plus en plus importantes. »
« Aujourd’hui, dans le débat public, on est peut-être minoritaire sur la question de l’accueil mais je persiste à penser qu’il faut que la gauche continue à dire que l’accueil digne et inconditionnel en France de toutes celles et tous ceux qui fuient leur pays à cause de la guerre, à cause de la misère ou à cause de quelque raison que ce soit, est une priorité. »

 Sur les soi-disant « quartiers perdus de la République » 
« Il n’y a aucun quartier qui est aujourd’hui aux mains des islamistes. »
« Les territoires abandonnés de la République, ce n’est pas simplement les quartiers populaires : dans la Sarthe, un des départements les plus ruraux de France, l’usine Arjowiggins a été liquidée parce qu’il manquait 25 millions d’euros – elle employait 1.200 salariés dans un endroit où il n’y a plus de services publics, plus d’emplois, plus de bureau de poste, plus d’école… L’usine, c’était leur ultime bouée de sauvetage (…). Si on regarde les résultats du vote des élections européennes sur le bureau à côté de l’usine, l’extrême droite (en additionnant Dupont-Aignan, Philippot, Asselineau et Bardella), ça fait plus de 50%. »

 Sur la citation de Joseph Goebbels par le député UDI Jean-Christophe Lagarde 
« Si Marine Le Pen avait cité Joseph Goebbels, j’ensemble de la classe politique serait monté au créneau pour dire que ce n’était pas acceptable. »
« Un député de la République française cite Goebbels, un ministre nazi d’Adolf Hitler qui a organisé le boycott des magasins juifs, qui s’est félicité que les synagogues brûlent lors de la Nuit de Cristal… »
« Il faut que les responsables politiques de gauche réagissent ! »
« Il y a une droitisation du débat et une porosité entre la droite, l’extrême droite et La République En Marche sur certains sujets. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.