Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 26 mai 2021

Vincent Drezet : « Notre système fiscal est très peu redistributif »

Les pauvres ne paient pas d’impôts. Ils sont des assistés. Taxer les riches, empêche l’investissement et contraint l’emploi. Les clichés ont la dent dure. Attac publie Impôts : idées fausses et vraies injustices aux Éditions Les Liens qui Libèrent. L’un des auteurs, Vincent Drezet, économiste et fiscaliste, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

ET À LIRE...

 Sur le principe de l’impôt  
« Une société sans impôt n’est pas une société. »
« Il faut relégitimer l’impôt mais ça passe par une réforme du système fiscal. »
« Par l’impôt, on devrait réduire les inégalités et notamment les inégalités de patrimoine mais ça n’est pas le cas, parce que notre système d’impôt est très injuste. »
« La redistribution sociale et les services publics gratuits peuvent permettre de réduire les inégalités. »
« Si on veut refaire société, il faut s’interroger sur les besoins qui nécessitent une contribution commune : les besoins sociaux, écologiques et économiques. »

 Sur les inégalités de patrimoine  
« Les inégalités de patrimoine sont beaucoup plus importantes que les inégalités de revenu. »
« Les 1% des Français les plus riches ont presque 17% du patrimoine total des ménages. »
« La fiscalité devrait permettre de taxer plus encore les patrimoines les plus importants. »
« Les impôts sur les donations et les successions pourraient jouer un rôle très importants sur les inégalités (…). Mais il y a des mécanismes qui permettent de réduire considérablement l’impôt. »
« De longue date, le système fiscal a été très peu redistributif. C’est vrai en matière de revenu et en matière de patrimoine. »

 Sur l’exil des plus riches parce que trop taxés  
« Les riches ne paient pas autant de taxes qu’ils ne le croient. »
« L’exil fiscal est totalement marginal et probablement même sans effet sur l’économie : on le dit depuis longtemps mais aujourd’hui, même l’administration fiscale le dit. »
« L’argument de l’exil des plus riches a été monté en épingle pour supprimer l’ISF. »
« Beaucoup de témoignages de ceux qui sont partis à l’étranger - et même si ça reste marginal - disent qu’ils sont revenus en France après avoir eu des enfants et considérant que nos systèmes d’éducation ou de santé étaient meilleurs : plus justes et plus efficaces. » 

 Sur la théorie du ruissellement 
« Il est tentant de se raccrocher à ce que dit Joe Biden c’est à dire que la théorie du ruissellement n’a jamais fonctionné. Et il dit bien ‘jamais’. »
« Le bilan des mesures d’Emmanuel Macron - il a été dressé par un organisme qui s’appelle France stratégie, rattaché à Matignon, donc pas un repère de révolutionnaires - dit dans deux rapports successifs qu’il n’y a pas d’impact sur l’investissement et sur l’emploi. Sauf que ces mesures très couteuses ont alimenté le déficit public. »

 Sur la progressivité de l’impôt 
« L’équité véritable fonde la progressivité de l’impôt sur le revenu. L’équité véritable n’est pas simplement juste et généreuse, elle est nécessaire sur un plan économique. »
« La progressivité de l’impôt est un choix politique. »
« En matière d’impôt sur le revenu, il y a beaucoup de mesures dérogatoires avec des niches fiscales. »

Sur la fiscalité à l’échelle européenne
« Oui, ça a du sens, de penser une fiscalité à l’échelle européenne et même mondiale. On est dans un contexte avec des échanges et une globalisation financière, mondialisation qui est une réalité. Et ce qui est une autre réalité, c’est que la plupart des Etats se sont engagés dans cette concurrence fiscale en espérant avoir un avantage sur le voisin. Tout le monde y perd. Donc l’idée, à l’échelle de l’union européenne et au moins de la zone euro, on pourrait instaurer plusieurs mesures et notamment harmoniser le système de la TVA qui donne lieu à beaucoup de fraudes au niveau intracommunautaire. »
« Il faut neutraliser l’évasion fiscale et la concurrence fiscale. » 

 Sur l’impôt des pauvres  
« L’idée que les pauvres ne paient pas d’impôt est insupportable parce que c’est faux. »
« Les pauvres paient des impôts en allant s’acheter à manger avec la TVA. »
« Le poids de la TVA dans le revenu des pauvres, leur taux d’effort est de plus de 12% c’est-à-dire qu’ils paient 12% de leurs revenus, rien qu’à la TVA. Et comme les plus riches ne consomment pas tous leurs revenus, leur taux d’effort est inférieur à 5%. »
« Les pauvres subissent en plus des inégalités de fiscalité, les reculs des services publics et de certains droits sociaux. »
« Quand on regarde la redistribution sociale, les 3/4 bénéficient à tout le monde - riches ou pauvres -. »
« Les pauvres font peu appel aux aides. »

 Sur les alternatives à la TVA 
« Avec le numérique, il va y avoir un retour des utopies fiscales. »
« Il est en train d’émerger le concept de microtaxe, c’est-à-dire une taxe qui s’appliquerait sur toutes les transitions électroniques, de l’achat avec une carte bleue jusqu’à la transaction financière. »
« On pourrait imaginer une refonte du système des impôts dans un système de microtaxes qui serait appliqué de manière individuelle et ajustée en fonction de la situation des personnes concernées. »
« Cela pose une question de liberté individuelle : l’administration, avec un tel système, aurait connaissance d’à peu près tout. »

 Sur le fait que les impôts coûtent plus cher aux pauvres qu’aux riches 
« Quand on regarde les 10% les plus pauvres, on s’aperçoit que tous les revenus sont consacrés à la consommation. Or, beaucoup d’impôts portent sur la consommation. La proportion des plus pauvres consacrée à l’impôt est donc supérieure à celle des plus riches quant à la consommation. Mais il y a d’autres impôts pour les plus riches. »
« Si on regarde en proportion et en valeur, les plus riches paient plus d’impôts que les plus pauvres. Sauf que, lorsque l’on regarde les façons d’éviter l’impôt par les processus de défiscalisation notamment, on s’aperçoit que l’impôt progressif, au-delà d’un certain seuil, le taux réel d’imposition diminue. »

 Sur la fiscalité écologique 
« La fiscalité écologique ne peut être qu’un petit aspect dans le cadre d’une politique globale en faveur de l’environnement, c’est-à-dire des normes, un budget… »
« Le principe de la fiscalité écolo, c’est de modifier le comportement. »
« Pour moi, il faudrait appliquer une taxe carbone mais en la redistribuant de manière à ce que ceux qui sont éloignés des centres-villes et qui n’ont pas d’alternative en matière de transports en commun, que ce soit neutre pour eux. Mais pas pour les autres, notamment ceux qui sont plus riches et prennent l’avion par exemple. »

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • jtbzCHZPnWcpyskL

    bCGPXcEHQlKk Le 30 mai à 16:50
  •  
  • tUulpRKwDyk

    SHIbsvkNt Le 30 mai à 16:50
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.