Accueil | Entretien par Pablo Vivien-Pillaud, Pierre Jacquemain | 14 septembre 2021

Yanis Khames : « La Primaire populaire va faire émerger une candidature de rassemblement pour 2022 »

En une semaine, 12.000 inscriptions ont été enregistrées sur le site de la Primaire populaire, soit une base de 92.000 citoyen-nes engagé-es dans le processus de désignation commun de la gauche et des écologistes. Yanis Khames, membre du bureau de la Primaire populaire, est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UNE MIDINALE À VOIR...

 

À ÉCOUTER...

>> sur Spotify

 

...ET A LIRE

 Sur les inscrits de la Primaire populaire 
« On a consolidé un nombre de soutiens importants avec 80.000 soutiens autour de nous. »
« On a continué le dialogue avec les candidats déclarés à l’élection présidentielle. »
« On va être un acteur qui va compter dans cette élection présidentielle. »
« Depuis le 19 septembre, on assiste à un revirement : on est passé de 80.000 inscrits à 92.000 en une semaine. »
« On a de plus en plus de médias qui nous suivent. »
« On a près de 2.500 bénévoles dans toute la France avec une explosion d’événements locaux. »
« On maintient notre objectif de 2.000.000 de votants. »

 Sur les candidats déjà déclarés  
« Le 9 novembre, les candidats auront l’occasion de dire ou non s’ils participeront à la primaire populaire. »
« Les sondages disent que toutes les personnes qui considèrent partager les mêmes valeurs sociales, démocratiques et écologiques veulent à 90% un candidat unique. »
« On va faire appel à la responsabilité des candidats déclarés à l’élection présidentielle. »
« On n’a pas la place pour perdre compte tenu des urgences climatiques et sociales. »

 Sur la méthode de désignation du ou de la candidate  
« Les candidats à la primaire écolo sont inscrits à la primaire populaire parce qu’ils sont candidats et non pas parce qu’ils ont été désignés par des citoyen-nes. S’ils ne sont plus candidats à l’élection présidentielle, ils seront retirés de la plateforme. »

 Sur la ligne et le projet politique  
« Aujourd’hui, s’il y a autant de candidats annoncés sur la ligne de départ de l’élection présidentielle, c’est une défaite annoncée pour nos valeurs en 2022. »
« On a prouvé avec les candidats, leurs équipes et les partis qu’il y avait un socle commun de 70 à 80% de leurs programmes. »
« Ça n’est pas aux sondages de départager les candidats. »
« La primaire populaire va faire émerger une candidature de rassemblement pour 2022. »
« Il existe des sujets de dissensus entre les candidats : l’Europe, la laïcité, le nucléaire. C’est des sujets importants mais moins urgents que la question climatique ou la question sociale sur lesquelles ils sont plus ou moins d’accord. »
« La primaire doit permettre de départager les candidats sur les dissensus. »

 Sur le calendrier à venir de la Primaire populaire 
« Le 11 octobre, c’est la fin de la campagne de parrainages : on saura qui seront les 5 candidats et les 5 candidates à qui l’on va demander s’ils veulent participer à la Primaire populaire. »
« Le 9 novembre, les candidats devront faire le choix historique de la victoire ou de la défaite de l’écologie, de la justice sociale et de la démocratie. »
« Le 12 décembre aura lieu la Primaire populaire avec 2 millions de participants qui croient en ces valeurs pour faire émerger une candidature de rassemblement. »
« Nous, aussi bien dans nos esprits que dans la manière dont on travaille, on est persuadé que les bonnes décisions seront prises et qu’on va réussir à faire émerger cette candidature commune. »

 Sur le caractère populaire de la Primaire populaire 
« Nos soutiens sont dans toute la France. Moi-même, je suis membre du bureau de la Primaire populaire et je suis assistant d’éducation dans un collège de Saint-Denis. »
« De par qui on est mais aussi de par le travail des bénévoles, on va faire que la primaire soit vraiment populaire. »

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Il ne peut s’agir d’une primaire populaire. Le nom de cette opération est mal choisi. Dans le meilleur des cas, c’est son seul défaut. Nous n’y sommes pas : a priori un tel défaut ne préjuge pas qu’il ne puisse en exister aucun autre. L’adjectif ’populaire’ renvoie au peuple, qui est composé par définition de tous les citoyens, dont les opinions politiques sont variées. Elles ne sont pas toutes situées à gauche, pas toutes situées à droite. Il s’en faut de beaucoup.

    Une primaire populaire prendrait en compte toutes les opinions et présenterait des candidats qui émaneraient au moins des principales, dans les limites techniques d’une telle démarche. Il y aurait des candidats de droite, de gauche, du centre, etc. Là, il n’est envisagé que des candidats de gauche et d’extrême-gauche. Cette primaire est un canular.

    Glycère BENOIT Le 15 septembre à 11:40
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.