Accueil | Par Pierre Jacquemain | 20 décembre 2017

Yassine Belattar : "Je ne sais pas ce que cherche Marianne mais ils ne vont pas le trouver à travers moi."

Yassine Belattar est humoriste, à l’affiche du Théâtre de l’Atelier pour son spectacle "Ingérable" et aurait sans doute aimé que cette polémique n’existe pas. Mais l’hebdomadaire Marianne a trouvé en lui son meilleur ennemi. Explications dans #LaMidinale.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 Sur l’article controversé de Marianne 
« Je ne sais pas ce que cherche Marianne mais ils ne vont pas le trouver à travers moi. »
« Les propos sont déformés mais c’est ce qui a sauvé la puanteur de cet article. »
« Il y a 600 personnes par semaine qui viennent voir mon spectacle ; ça veut dire que 6000 personnes n’ont pas entendu le même texte. »
« Le rectificatif de la journaliste est plus grave encore que l’article même. »
« Je suis triste pour Marianne puisque j’aime bien Jean-François Kahn, même si on n’était pas d’accord. »
« Avant, on pouvait discuter. Là on est entré dans une espèce de bras armé, d’une politique et d’une vision de la société qui, à terme, est très dangereuse. »
« Ils sont persuadés que je suis tous les samedis en Egypte avec les Frères musulmans en train d’apprendre le Coran dans une madrassa alors que mes weekends sont assez banals, avec mes enfants. »
« Les vrais communautaires, c’est Marianne. Ils sont entre eux, ils écrivent entre eux, ils sont satisfaits d’eux. »

 Sur Manuel Valls 
« Il veut aller au bout parce que c’est le seul moyen pour lui d’occuper un espace politique. »
« Je n’ai pas son niveau d’ambition, je n’ai pas son niveau de haine et je n’ai pas son manque d’humilité. »
« On n’est pas dans le même combat. »
« Manuel Valls est un député en manque de buzz. »
« Ce que fait Valls, c’est pire que Sarkozy. »

 Sur l’éviction de Rokhaya Diallo du CNN 
« Je connais bien Mounir Mahjoubi puisque j’ai fait la campagne avec lui. Je lui ai envoyé trois textos, il ne m’a pas répondu. Peut-être que votre vidéo va lui permettre de retrouver mon numéro. »
« La réalité, c’est que c’est plus un discrédit pour le gouvernement. »
« Ce qui c’est passé avec Rokhaya ouvre la porte à beaucoup de choses puisque le Printemps républicain est dorénavant en confiance pour accepter ou refuser des nominations. »

 Sur la politique du gouvernement à l’égard des réfugiés 
« Je n’ai pas voté pour [la politique menée envers] les migrants, pour les 5€ sur les APL, je n’ai pas voté pour ça. »
« Sur la politique des migrants, je viens d’apprendre ce matin que la police mettait des coups de rasoir sur les tentes des réfugiés donc je pense qu’il en va de l’ignominie humaine. »

 Sur l’engagement des artistes 
« On ne peut pas être des artistes qui passons notre vie à aller chez certains animateurs télés sur un décor penché en disant que la France va bien. »
« La France va très mal ; jamais elle n’a été aussi mal moralement. »
« Le grand danger, c’est qu’on n’entende plus nos voix. »

 Sur le racisme d’Etat 
« La France avait tout prévu sauf le fait qu’on reste. »
« On est peut-être la génération qui sait le mieux parler français et qui sait le mieux porter un discours égalitaire. »
« Quand je dis ‘je suis fier d’être Français’ certains le convertissent en ‘j’aime pas les juifs’. »

 Sur le climat actuel et le racisme ordinaire 
« Pour Antoine Griezmann, c’est un manque de culture évident. »
« Je fais le distinguo entre ceux qui ont envie de blesser et ceux qui ne le font pas exprès. »
« Je ne suis pas sûr que Miss France soit la femme la plus raciste de France. »

 Sur le paysage audiovisuel 
« Il y a une régression de la part des instances publiques concernant l’image des minorités. »
« Il faut redéfinir le modèle même de perception qu’ont les gens de banlieues à travers les médias et le cinéma. »
« Ça fait longtemps que je n’ai pas vu un film de banlieue avec un arabe et un noir qui sait juste s’exprimer normalement sans dire ‘nique ta mère’ ou ‘je vais te voler ta moto’. »

 Sur l’humour 
« Il n’y a pas d’autocensure (…). J’ai encore plus envie de dire des choses sur scène. »
« Je reçois des messages de mecs qui me disent ‘on va tuer ta carrière’. »
« Ceux qui viennent me voir sont déterminés à revenir. »

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Ce garçon est très naïf. Il fait un distinguo entre les vilains flics racistes qui déchirent les tentes des migrants, les méchants ministres qui baissent les APL de 5 € et Macron, qui devrait réparer les c... de ceux qui sont sous ses ordres. Comme si Macron n’était pas responsable de la politique menée. Tant qu’il continuera à sucer les boules de Macron, Belattar n’aura aucune crédibilité.

    Gilbert Duroux Le 25 décembre 2017 à 03:26
  •  
  • Militant de gauche expatrié en Tunisie, je considère comme la plupart des socialistes arabes que la lutte acharnée contre l’obscurantisme religieux en général et l’islam en particulier est le rôle historique fondamentale de la gauche et des progressistes.
    Se dire musulman ou chrétiens, c’est déjà être dans une dérive droitière et réactionnaire.
    Nous ne sommes pas musulmans, nous sommes prolétaires. Nos enfants doivent étudier les sciences et l’histoire, pas la religion et les idéologies bourgeoises. Nos racines culturelles se trouvent dans la lutte des classes, pas dans le coran.
    La gauche européenne islamophile se coupe de la gauche internationale, elle trahit les gauches arabes qu’elle ne fréquente plus, elle sert les intérêts de la Réaction.

    zz Le 5 janvier à 16:23
       
    • Les islamogauchistes existent alors ?
      La carrière de Valls est donc bien loin d’être terminée...

      Carlos Le 8 janvier à 10:08
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.