Accueil | Entretien par Pierre Jacquemain | 4 septembre 2018

Younous Omarjee : « C’est l’idée même du bonheur qui doit changer »

À quelques mois du scrutin européen, les défis sont nombreux : climat, migrants, extrême droite, accords de libre échange. Pour en parler, l’eurodéputé de la France insoumise est l’invité de #LaMidinale.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

 

VERBATIM

 

 Sur l’appel du Monde, par des personnalités, pour la planète 
« Cette tribune s’adresse surtout au gouvernement, aux Etats et elle peut permettre aussi à faire grandir les prises de conscience au sein de la population. »
« Cette tribune s’adresse surtout à celles et ceux qui sont en possibilité d’opérer la bifurcation que nous souhaitons. »
« Il n’y a pas en réalité au niveau des dirigeants, une véritable prise de conscience du caractère tragique dans laquelle la planète et l’Humanité se trouvent. »
« Il chez eux [nos dirigeants] une forme de schizophrénie - avec des proclamations, la COP21 - et de l’autre côté des politiques libérales qui contreviennent exactement objectifs posées par les conférences des partis. »
« Il faut avoir conscience aujourd’hui que le temps qui est devant nous est très court. La tragédie est déjà en cours, la catastrophe est là. »

 Sur ce qu’il faut faire en matière écologique 
« Il y a une bataille à gagner dans les têtes. L’idée même du bonheur doit changer à l’aune de ces exigences écologiques. »
« Si tout le monde veut consommer plus, gagner plus, vivre comme un américain ou un européen, ça veut dire qu’on va vers une impasse, le précipice. »
« L’intérêt des peuples, l’intérêt populaire et de l’Humanité, est forcément un intérêt général qui intègre les écosystèmes et la survie du monde du vivant. »

 Sur les propos de Nathalie Loiseau 
« Ça m’a fait sourire. Et ça m’a plutôt atterré. Cette ministre est très mal informée de mon action au Parlement européen. »
« Aujourd’hui, si vous n’êtes pas dans la pensée unique des eurobéats, alors vous êtes un populiste. On va entendre ça pendant toute la campagne électorale. »

 Sur la France insoumise et le Rassemblement national 
« C’est une insulte personnelle (…) tout le monde sait d’où je viens. »
« On ne peut pas accepter une réponse simpliste à des situations d’une extrême complexité. »

 Sur l’immigration 
« Nous sommes attachés à accueillir les personnes qui sont dans des situations de détresse ou de guerre dans les meilleures conditions. »
« La France cesserait d’être la France si elle ne les accueillait pas et l’Union européenne se dissocierait de ses valeurs. »
« Ils disent vouloir faire une Europe forteresse et en même temps ils ont des politiques qui favorisent les inégalités à l’échelle planétaire et donc les départs. »
« Il faut un ordre international et économique qui se repose sur de nouveaux agencements mondiaux pour aller vers une forme d’égalité planétaire. »
« Il y a toute une organisation économique, un patronat européen, qui utilise les migrants pour faire pression sur les salaires. »

 Sur l’Europe 
« Il faut que l’Europe soit une Europe qui soutienne les intérêts populaires plutôt que les intérêts de la finance, des lobbys et de l’oligarchie. »
« Il faut penser l’Europe-monde comme nous essayons de penser la France dans le monde. »
« Le monde a besoin d’une Europe qui soit basée sur des valeurs de progrès social. »
« Les politiques de l’Union européenne aujourd’hui ferment la porte au progrès. »
« Nous voulons sortir pour qu’il y ait à nouveau la possibilité de progresser. »
« Le fil conducteur de toutes les politiques européennes aujourd’hui, c’est de mettre en cause l’Etat-providence en Europe. »

 Sur les alliances à l’échelle européenne 
« Nous voulons créer un arc européen. »
« Nous avons élaboré une liste dans des conditions qui sont assez parfaites. »
« Notre liste a aussi bien des militants de la France insoumise que des personnes venant de la société civile qui représente une ouverture et avec des partenaires venant d’autres familles politiques. »

 Sur le remaniement à venir 
« Il y a une incompatibilité entre la ligne du gouvernement Philippe et la vision d’Emmanuel Macron d’une part et les objectifs qui sont affichés par le Ministère de l’Ecologie d’autre part. »
« On est dans une schizophrénie totale. »

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.