Accueil | Entretien par Pablo Pillaud-Vivien, Pierre Jacquemain | 11 juin 2020

François Ruffin : « Je suis habité par un désir de communion populaire »

François Ruffin vient de publier Leur folie, nos vies : la bataille de l’après. L’occasion de revenir avec le député LFI sur la crise que nous traversons, ses conséquences sur ce qu’il appelle « la conscience et la confiance de classe » et le changement de de direction politique qu’il appelle de ses vœux. Il est l’invité de la série #LeLongRegards. Rencontre.

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

UN LONG REGARDS À VOIR...

 

ET À LIRE...

Leur folie, nos vies. La bataille de l’après, François Ruffin, éditions Les Liens qui Libèrent, 2020

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • L’avenir commence maintenant. La gauche existe et doit présenter un candidat unique à la présidentielle. Ce candidat a un nom :JLM. Les intentions de vote en témoignent. Les bobos qui ne l’aiment pas doivent comprendre que seul le programme doit prévaloir dans leur soutien à JLM.

    Dominique FILIPPI Le 11 juin à 11:31
       
    • "Seul le programme doit prévaloir" Le programme est aussi ce qu’on en fait. On peut remonter à Mitterrand que Mélenchon vénère et voir ce qu’il a fait du programme commun après deux ans au gouvernement. L’unité est un combat, mais visiblement pas celui de Mélenchon. Il est hors-jeu pour le rassemblement de toute la gauche, la soupe aux logos j’ai crû comprendre (je ne suis un bobo pour reprendre votre classification un peu facile). Clivage et rassemblement ne vont pas ensemble.

      José Le 13 juin à 09:52
  •  
  • Ruffin est de cet avis.

    Dominique FILIPPI Le 12 juin à 09:56
       
    • Mélenchon gagne du soutien auprès des jeunes, des employés et ouvriers
      Le premier enseignement du sondage mensuel de l’Ifop est la dynamique de Jean-Luc Mélenchon auprès de certaines catégories de la population. Le président du groupe « La France insoumise » à l’Assemblée nationale gagne ainsi 14 points de sympathie en un mois chez les ouvriers, passant de 51 à 65 % et totalise 54% de bonnes opinions chez les employés. De quoi battre en brèche l’idée, répétée en boucle par les médias, selon laquelle Marine Le Pen rassemblerait davantage ces deux catégories socio-professionnelles. Car avec respectivement 40% d’opinions favorables chez les ouvriers et seulement 32% chez les employés, Marine Le Pen est pas moins de 20 points derrière Jean-Luc Mélenchon. Rien d’étonnant à cela puisque pendant le confinement, le groupe parlementaire des insoumis a été à la pointe du combat pour la défense des droits des employés et ouvriers et de leur droit à travailler dans des conditions sanitaires viables.
      Autre progression très forte chez le leader insoumis : chez les plus jeunes de nos concitoyens. Déjà très populaire auprès des 18-24 ans, Jean-Luc Mélenchon gagne encore 3 points de popularité pour s’établir à 51% d’opinions favorables dans cette catégorie. Plus impressionnant encore : il gagne 10 points en un mois auprès des 25-34 ans et cumule 48% d’opinions favorables dans cette tranche d’âge. Avec 49% d’opinions favorables chez les 18-34 ans (un jeune sur deux !), le chef de file des insoumis s’établit loin devant Marine Le Pen (22%) ou Emmanuel Macron (34%). Rien d’étonnant puisque le leader insoumis propose un programme écologique, démocratique et social en phase avec les aspirations de la jeunesse et qu’il sait aussi faire passer ses idées avec des outils qui correspondent à ceux utilisés par les plus jeunes comme il l’a montré en 2017 avec sa chaîne YouTube ou plus récemment encore avec le lancement de sa chaîne Twitch

      Dominique FILIPPI Le 13 juin à 17:57
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.