Accueil | Par Loïc Le Clerc | 5 décembre 2019

Du Chili au reste du monde, les femmes chantent : « Le violeur, c’est toi »

Cette chanson de manifestation chilienne est devenue l’hymne mondiale de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« El violador eres tú » ; « Le violeur, c’est toi ». Des dizaines, des centaines de femmes, réunies aux quatre coins du monde, accusent. Yeux bandés, doigts pointés.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Agressions sexistes : elles ne veulent plus faire l’autruche

 

Le message est grave, la chorégraphie qui l’accompagne est impressionnante. Ainsi les femmes du monde scandent :

« C’est la police. Les juges. L’État. Le Président. Le patriarcat est un juge, qui nous juge pour être nées. Et notre punition, c’est la violence réitérée. C’est le féminicide. C’est l’impunité pour mon assassin. C’est la disparition. C’est le viol. Et ce n’était pas ma faute, ni le lieu où j’étais, ni ce que je portais. L’État oppresseur est un macho violeur. Le violeur, c’est toi. »

Au Chili, cela fait depuis la mi-octobre que les Chiliennes dansent et chantent de la sorte – alors que le régime du président Pinera dérive dans un autoritarisme jamais égalé depuis la fin de la dictature de Pinochet. Depuis, c’est au Mexique, en Argentine, en Belgique, en Espagne et même en France que l’on a vu les femmes manifester ainsi.

 

Loïc Le Clerc

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.