CC Gage Skidmore
Accueil | Entretien par Loïc Le Clerc | 30 octobre 2020

Élections américaines : « Si Donald Trump ne triche pas, il est battu »

La date du 3 novembre arrive à grands pas. Le dénouement du mandat chaotique de Donald Trump et, peut-être, un rempilement pour quatre années supplémentaires. Une chose est sûre, cette élection ne va pas se passer dans la sérénité. On en a causé avec Marie-Cécile Naves.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Marie-Cécile Naves est directrice de recherche à l’IRIS, autrice de La démocratie féministe. Réinventer le pouvoir, aux éditions Calmann-Lévy.

 

Regards. Avant de parler de ces élections, pouvez-vous nous dire quel bilan vous tirez de ces quatre années de mandat de Donald Trump ? Est-ce que ça a été pire que ce que vous imaginiez ?

Marie-Cécile Naves. Sur l’agenda, c’est à peu près ce à quoi l’on pouvait s’attendre : volonté de réduire les droits des femmes, des minorités sexuelles et raciales, le fait de s’isoler du monde et d’être dans un fantasme d’un pouvoir très personnel et tout-puissant. L’aggravation de la crise démocratique aussi était prévisible. En revanche, sur le plan de la stratégie de communication et du recours à la désinformation systématique, là, la réalité a dépassé la fiction. L’autre chose très intéressante – bien que pas très surprenante –, c’est comment l’opposition à Trump s’est organisée, que ce soit du côté des féministes, des mouvements antiracistes et des mouvements pour le climat. À voir l’incidence que cet anti-trumpiste a sur l’élection. Autant Trump a aggravé la crise démocratique – un des terreaux sur lequel il avait été élu –, autant il a aussi contribué à revivifier la démocratie, à remettre du politique dans la société américaine, en galvanisant une opposition bien décidée à le faire battre.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Clinton a perdu face à Trump, alors pourquoi Biden gagnerait-il ?

 

Qu’il gagne ou qu’il perde, tout indique que Donald Trump va user de toutes les magouilles possibles – en clair : il va essayer de tricher. Est-ce inédit pour les États-Unis de voir ainsi la démocratie déstabilisée par le Président lui-même ?

Si Donald Trump ne triche pas, il est battu. À ce niveau-là, ça me semble assez inédit, mais ce n’est pas la première fois. Déjà en 2016, certains États conservateurs ont tenté de dissuader un certain type d’électorat d’aller voter, notamment les Noirs. Les textes le leur permettent. Dans certains États du Sud, on demandait aux Noirs d’avoir une carte d’identité avec photo ; on leur interdisait de voter dans le bureau où ils s’étaient inscrits, les obligeant à faire des dizaines de kilomètres ; etc. Tout cela est permis par une décision de la Cour suprême de 2013, qui affaiblit une loi de 1965 contre la discrimination d’accès au vote. La différence avec Trump, c’est qu’il laisse entendre qu’il va tricher. Ce n’est plus de l’ordre du secret. Il dit « si je perds, c’est que l’élection est truquée ». En débat, devant des dizaines de millions de téléspectateurs, il dit « proud boys, stand back and stand by » [1], « tenez-vous prêts si jamais les démocrates trichent le jour du vote ». Ce sont des appels à peine masqués à la violence, à l’insurrection. D’ailleurs, les néo-nazis lui ont répondu qu’ils étaient prêts !

Justement, il y a beaucoup de fantasmes autour de l’idée selon laquelle Donald Trump, s’il perd, pourrait tenter un coup d’État. Vous y croyez ?

Je n’y crois pas trop. Il va essayer de contester l’élection, surtout si le résultat est serré. Mais s’il y a une vague démocrate, si la Floride ou le Texas bascule, c’est fini pour lui. D’autant qu’on n’aura pas le résultat définitif tout de suite, les votes par correspondance – des votes plutôt démocrates – vont mettre plusieurs jours à être entièrement dépouillés. Mais je ne crois pas à cette idée du coup d’État. Je pense plutôt qu’il va accuser les Démocrates d’avoir triché pour « partir la tête haute » et retourner à son business. Ce qui ne veut pas dire que parmi ses soutiens il n’y ait pas de la déception, des débordements, de la violence.

« Trump laisse entendre qu’il va tricher. Il lance des appels à peine masqués à la violence, à l’insurrection. D’ailleurs, les néo-nazis lui ont répondu qu’ils étaient prêts ! »

On ne sait pas qui va l’emporter dans ce duel Trump-Biden, mais une chose semble acquise : le prochain Président n’est déjà pas légitime aux yeux de milliers d’Américains. Qu’en dites-vous ?

Le monde occidental vit une crise démocratique. Aux États-Unis, c’est surtout le signe d’une telle polarisation de la société et de la vie politique que la difficulté à admettre la défaite est immense. Les Américains sont devenus incapables de faire des compromis sur des sujets d’intérêt général. Et puis chaque camp pense que l’autre ment.

 

Propos recueillis par Loïc Le Clerc

Notes

[1Les « proud boys », littéralement les « garçons fiers », est un groupe de suprémacistes blancs.

Vos réactions (1)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Trump a beaucoup de défauts, mais il n’est pas Loukachenko.

    Glycère BENOIT Le 1er novembre à 10:14
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.