Photo CC Lionel Viroulaud
Accueil | Par Adélie Chevée | 22 septembre 2018

Syrie : la bataille d’Idlib n’aura pas lieu

Après plus de sept ans de conflit, l’un des derniers bastions de résistance au pouvoir d’el-Assad pourrait tomber. Mais la Turquie d’Erdogan oeuvre pour éviter une catastrophe humanitaire... qui pourrait déborder à l’intérieur de ses frontières.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis début septembre, les bombardements russes et syriens dans la région d’Idlib laissaient entendre qu’une attaque contre le dernier bastion de la rébellion au régime de Bachar el-Assad était inéluctable. L’accord obtenu lundi 17 septembre entre la Russie et la Turquie à Sotchi, sur la mer Noire, a finalement empêché ce que les Nations Unis avaient prédit comme un « bain de sang » et la plus grave catastrophe humanitaire du siècle.

L’enclave d’Idlib, située dans le nord-est de la Syrie, compte environ 3 millions de personnes, dont une grande partie de déplacés internes. L’attaque aurait provoqué des déplacements massifs de populations dont la plupart vivent déjà dans des camps de fortune. En comparaison, Alep-Est comptait 100.000 habitants au moment de sa chute dramatique en décembre 2016.

Un cessez-le-feu fragile

Depuis 2017, le processus d’Astana – des négociations menées sous l’égide de l’Iran, de la Russie et de la Turquie – avait permis la mise en place de quatre « zones de désescalade », sorte de cessez-le-feu circonscris permettant l’évacuation de populations rebelles vers d’autres zones non assiégées tenues par l’opposition. Mais, une fois vidés de leurs habitants, trois de ces territoires, Homs, Deraa et la Ghouta Orientale, avaient été récupérés par le régime syrien, après des sièges offensifs. Ce sont les populations de ces régions qui sont en partie amassées à Idlib aujourd’hui, dernière zone de désescalade.

En négociant l’arrêt de l’offensive sur Idlib, Erdogan a ainsi évité un afflux massif vers ses frontières. La Turquie accueille déjà plus de 3,5 millions de réfugiés syriens, ce qui en fait le premier pays hôte. Politiquement, Erdogan n’aurait pu en demander plus à son peuple. D’autant que le pays est fragilisé par une crise de sa monnaie depuis cet été.

Le 7 septembre, Ankara avait failli à obtenir de Téhéran et Moscou un accord pour empêcher l’offensive. Depuis, la Turquie a amassé ses troupes aux 12 postes d’observations qu’elle contrôle autour d’Idlib dans le cadre du processus d’Astana. Le 10 septembre Erdogan publiait une tribune appelant la communauté internationale à réagir face à la catastrophe imminente. Les tactiques conjointes de la pression militaire et de son appel à la communauté internationale semblent finalement avoir payé en forçant la Russie à empêcher l’offensive. Elles confirment aussi la place centrale de la Turquie comme puissance régionale.

La Turquie, acteur central

Cet intérêt de la diplomatie turque pour le Moyen-Orient arabe n’a pas toujours été. C’est à partir de 2003 que le désir d’Europe et le tropisme occidental caractérisant la politique étrangère turque se sont transformés en un intérêt géopolitique pour l’Est. Un revirement lié à des élites islamo-conservatrices, longtemps restées dans l’opposition mais bénéficiant depuis 2002 et l’émergence du Parti de la Justice et du Développement (AKP) d’une influence nouvelle.

Pour les chercheur·e·s Jana Jabbour et Jean-Baptiste Le Moulec, il s’agissait avant tout pour la Turquie d’affirmer un rôle de puissance mondiale, une situation impossible tant que la Turquie restait aux marges de l’Union Européenne [1] . En repensant son influence politique, économique et culturelle au Moyen-Orient arabe, Erdogan tentait de retrouver une influence comparable à celle de l’Empire Ottoman.

Les soulèvements arabes de 2011 ont précipité cette stratégie. Contre Bachar el-Assad, avec qui il avait pourtant restauré de bonnes relations en 2005, Erdogan fait le pari de soutenir la rébellion. Il accueille sur son sol le Conseil National Syrien, principal organe de l’opposition en exil, et le centre de commandement de l’Armée Syrienne Libre. Mais il laisse aussi les djihadistes internationaux traverser ses frontières poreuses.

La situation à Idlib est le reflet du passage de l’idéalisme doctrinaire au pragmatisme contraint. Inquiétée par les milices kurdes syriennes proches du PKK (le Parti des travailleurs du Kurdistan menant une guérilla contre l’Etat turc) et par la déstabilisation supplémentaire que créerait un nouvel afflux de réfugiés, la Turquie est devenue de fait une puissance médiatrice forcée de trouver une solution au conflit syrien.

Démilitariser

Si l’accord de Sotchi a certainement évité une tragédie supplémentaire, ses conséquences restent cependant incertaines. Le régime syrien a juré de reconquérir l’ensemble de son territoire. Jusqu’ici, la mise en place de cessez-le-feu lui ont permis de focaliser ses forces sur des fronts stratégiques et de reprendre une à une les régions tenues par l’opposition. Mais Idlib est la dernière enclave vers laquelle il transférait les populations rebelles lorsque les forces du régime et ses alliés reprenaient successivement les zones de désescalade. Impossible non plus de les déplacer vers la Turquie, puisqu’elle a laissé entendre qu’elle ne le permettrait pas.

Si l’accord tient, reste aussi la question des combattants présents dans l’enclave rebelle. L’accord de Sotchi prévoit la démilitarisation de « tous les combattants radicaux ». Or, la Turquie et la Russie sont en désaccord sur les groupes armés à inclure dans cette définition. Et même lorsqu’ils se rejoignent le problème reste entier. Idlib est principalement sous contrôle du groupe djihadiste Hayat Tahrir Al-Cham (HTC), composé de l’ex-branche d’Al-Qaïda en Syrie. Pour Ankara, qui ne craint plus une offensive du régime, il s’agit à présent de mettre en place cette démilitarisation, contre laquelle le HTC va certainement s’opposer.

Notes

[1Jana Jabbour et Jean-Baptiste Le Moulec, « Dix ans de politique étrangère turque au Moyen-Orient : de l’idéalisme doctrinaire au pragmatisme contraint » Théorie et pratique des relations internationales au Moyen-Orient, Cahiers du CCMO, Editions du Cygne, Paris, 2013, pp. 85-112

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Un grand merci pour cet article au journaliste et au magazine Regards.

    La Syrie est une tragédie humanitaire que je pensais ne plus jamais voir reproduire depuis la Guerre D’Espagne.

    De Obama a Hollande et les autres, les pays ont essayés d’éviter cette abomination. En vain, le printemps Arabe s ’est ecroulé en Syrie, la Russie, son veto, ses bombardements, tout cà pour une simple base militaire et un gazoduc de Gazprom. Quelle horreur.
    Nous en étions resté a 350 000 mort au dernier comptage, mais il n’y a plus personne pour compter les morts. C ’est une tragédie horrible.

    bdpif Le 23 septembre à 07:29
  •  
  • Pour l’historien qu’est Roger Martelli,

    Comment l’humanité a t"elle pu laisser faire une telle abomination ?

    Nous pensions qu’après le guettos de Varsovie, plus jamais cela ne se passerait. Et pourtant, Alep et d’autres villes ont connus la même situation. On encercle les villes par des militaires du régime, les avions russes bombardait les rues,on leur coupe l’eau, on leur prive de nourriture. Les gens en étaient arrivés à vivre dans des souterrains, à manger leur chiens.

    Quand a la propagande pro russe, ils reprennent exactement les memes propos que les nazis, ils ont intitulés les rebelles, des "Terroristes". Et ce internationalement. Voir les propos de la FI sur le sujet. A vomir.

    7 ans que je suis le conflit Syrien, j’en suis estomaqué.

    bdpif Le 25 septembre à 07:12
  •  
  • Bonjour
    Comment L’humanité a t’elle pu laisser faire.....?
    Comme elle, a laisser faire le reste de la Yougoslavie, l’Irak, la Libye, et récemment le Yemen, et la Palestine,qu’on oublie.....
    Mais on peut voir ailleurs aussi Amérique du sud, Asie...
    BDPIF est complètement aveugle , en géopolitique, géostratégie,il ne veut voir que la Syrie, abattre son dictateur, oubliant que , toutes ces guerres était soit disant pour faire tomber des dictateurs. Il ne veut pas voir les logiques économiques, l’impérialisme, le néocolonialisme.....
    Tout cela existe encore, l’Iran peut être la prochaine cible, sous n’importe qu’elle prétexte , que dira BDPIF, sauver le peuple iranien des mollahs, au nom des droits de l’homme , de la femme....

    bob Le 6 octobre à 16:50
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.