Accueil | Par Bernard Hasquenoph | 17 septembre 2013

La mécanique des dessous, aux Arts Décoratifs

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Si vous avez chaud, que vous êtes sur Paris, allez vous refugier aux Arts Décoratifs. Entrez dans les salles obscures des étages Mode, une pénombre justifiée par la fragilité des pièces présentées. Il faut quelques minutes pour s’y habituer mais l’ambiance est là. On plonge alors dans un drôle d’univers, l’exposition La mécanique des dessous se proposant « d’explorer les artifices utilisés par les femmes et les hommes, du XIVe siècle à nos jours, pour dessiner leur silhouette ». Où on s’attendait à trouver un parfum d’érotisme, on a presque plus l’impression de traverser une galerie des tortures ! On découvre des appareillages aussi sophistiqués parfois qu’un pont suspendu qui, selon les modes du moment, cherchent à remodeler le corps à l’aide d’armatures plus ou moins souples, de techniques de laçage, cerclage, rembourrage... Le « corps naturel » disparaît derrière le « corps culturel ».

« Effacer le ventre, comprimer la taille jusqu’à la creuser, maintenir la poitrine, rehausser les seins – parfois les aplatir –, arrondir les hanches », tout un travail de rectification (et de domination) qui touche en premier lieu la femme – jusqu’à littéralement la mettre en cage avec un monstrueux corset mécanique – mais aussi l’homme, quoi que dans un sens sensiblement différent. Car, si l’on découvre que la gaine n’est pas qu’un accessoire féminin, selon les variations du goût, l’homme a plutôt bénéficier d’éléments d’excroissance que de rétention : braguette en volume (jusqu’à simuler un sexe en érection à la Renaissance !) , faux-mollets, carrure renforcée... Ceci dit, avec l’armure, l’homme se retrouve carrément mis en boîte.

L’exposition se termine avec des créations contemporaines de couturiers qui, à l’instar de Jean Paul Gaultier, rendent visible ce qui autrefois restait caché, jouant des éléments cloisonnants pour, paradoxalement, mieux libérer le corps et l’érotiser. A ne pas manquer, au coeur de l’exposition, le salon d’essayage qui permet de tester une douzaine de modèles de dessous (cf. photo) : crinoline, tournure, panseron, fraise... Amusement garanti.


« La mécanique des dessous, une histoire indiscrète de la silhouette »
du 5 juillet 2013 au 24 novembre 2013
Plein tarif : 9,50€ / Tarif réduit : 8€
Page dédiée : www.lesartsdecoratifs.fr

Les Arts Décoratifs
107 rue de Rivoli
75001 Paris
Tél. : 01 44 55 57 50
www.lesartsdecoratifs.fr

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions