Accueil | Sélection par Caroline Châtelet | 20 mars 2016

Festival L’Éveil du printemps

La Générale, à Paris, accueille la première édition de L’Éveil du printemps. Un festival de création théâtrale dédié aux projets de jeunes équipes et attentif au contexte de travail difficile dans lequel celles-ci évoluent.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Initialement, L’Éveil du printemps est une pièce de théâtre. Publiée en 1891, cette œuvre du dramaturge allemand Frank Wedekind raconte le parcours d’une poignée d’adolescents et leur passage à l’âge adulte. Cruelle et amère, la pièce est un récit d’apprentissage où l’insouciance enfantine s’estompe pour laisser la place à l’incertitude et aux angoisses quant au monde des adultes.

Choisir d’intituler ainsi un festival dédié à la jeune création n’a, donc, rien d’anodin. Derrière la poésie de l’énoncé sourd une inquiétude bien réelle face aux difficultés rencontrées aujourd’hui par les artistes pour travailler.

À l’aune de ces éléments, l’on comprend que L’Éveil du printemps est un festival en conscience. Au-delà du seul désir de faire se croiser les projets, les artistes et les spectateurs, la manifestation entend construire des pratiques solidaires dans l’accompagnement des équipes programmées. Une volonté de coopération et de mutualisation des énergies résonnant largement avec le projet du collectif de la Générale Voltaire qui soutient et accueille en ses murs la manifestation.

Et lorsqu’on sait que cette structure est elle-même fragilisée et en attente de relogement par la Ville de Paris – à la suite du projet de transformation de la sous-station électrique Voltaire en cinéma –, on devine alors l’urgence pour les artistes de développer la solidarité, comme de renouveler les façons de travailler.

Une semaine durant, les compagnies vont proposer des spectacles, lectures, ou encore des "maquettes", soit des projets encore en cours d’élaboration. Si le théâtre domine, il est sous toutes ses formes : cabaret, musical, ou même feuilleton avec notamment la série Les trois mousquetaires. Parmi la dizaine de créations (à prix libre), citons le Murder Ball d’ouverture dédié au voguing – danse urbaine née dans les années 70 dans les clubs gays aux Etats-Unis (dimanche 20). Ou, encore, le spectacle 1336 (parole de Fralibs) dans lequel le comédien Philippe Durand raconte l’épopée sociale menée les ouvriers de l’usine (jeudi 24). Façon de rappeler que les luttes existent dans tous les secteurs professionnels et que la coopération et la solidarité sont bel et bien fructueuses.

L’Éveil du printemps
Du 20 au 25 mars, la Générale, 4, avenue Parmentier, Paris 11e (métro Voltaire). Programme détaillé.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions