Accueil | Sélection par Jérôme Latta | 23 octobre 2015

Football

Jean-Philippe Toussaint consacre au football un livre intitulé… Football. Dans ce court ouvrage, il tisse une vision de ce sport sur une trame autobiographique.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Jean-Philippe Toussaint n’est pas le premier écrivain "sérieux" à faire du football un objet de littérature : Pasolini ou Galeano, par exemple, ont exprimé un lien intime avec ce sport à une époque où il était encore méprisé par les intellectuels comme une sous-culture vulgaire. C’est paradoxalement quand il s’est transformé en industrie mercantile qu’il est devenu un terrain d’études légitime pour les sciences sociales, et de péroraison.

Pourtant, dès l’exergue de Football, Jean-Philippe Toussaint anticipe les déceptions : « Voici un livre qui ne plaira à personne, ni aux intellectuels, qui ne s’intéressent pas au football, ni aux amateurs de football, qui le trouveront trop intellectuel. » Deux présupposés qui se discutent… Quoi qu’il en soit, la relation de Toussaint avec le football est plus distendue que celle de ses confrères cités plus haut, mais il peut se prévaloir d’une fréquentation régulière des stades et, en tant que supporter de la Belgique, d’avoir assisté à quelques Coupes du monde – qui constituent justement la trame de son livre, un fois passée sa première partie, consacrée à des souvenirs d’enfance.

En réalité, l’auteur de La Salle de bains ne livre pas de thèse sur le jeu, il en prend prétexte pour continuer son œuvre : « Je fais mine d’écrire sur le football, mais j’écris, comme toujours, sur le temps qui passe. » Mais si cet ouvrage est bien d’essence littéraire, il saisit aussi, parfois avec une justesse remarquable, ce qui fonde la passion pour le ballon rond, justement enracinée dans la mémoire de chacun et l’écoulement de la vie. « Le football, pendant qu’on le regarde, nous tient radicalement à distance de la mort », écrit-il.

Aussi, malgré deux ou trois clichés qui dénotent peut-être une condescendance résiduelle, et une pente autobiographique qui va en s’accentuant au fil des pages, Football donnera-t-il matière aussi bien aux intellectuels qu’aux amateurs de football. Et plus encore aux intellectuels amateurs de football, bien sûr.

Football , de Jean-Philippe Toussaint, les Éditions de minuit 2015, 128 pages, 12,50 euros.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions