Accueil | Sélection par Caroline Châtelet | 18 janvier 2016

Je suis le peuple

Documentaire passionnant par son propos et son choix d’éloignement, Je suis le peuple suit les étapes de la révolution égyptienne en préférant au tumulte du Caire le calme d’un village.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Contrairement à ce qu’on pourrait supposer, ce ne sont pas des images de la révolution égyptienne qui ouvrent Je suis le peuple. C’est au bord d’une route de campagne que le documentaire débute. Là, une femme assise à l’ombre d’un arbre nous fait face et taquine celle qui se trouve derrière la caméra – on comprend qu’il s’agit de la réalisatrice Anna Roussillon.

Signifiant ainsi l’éloignement géographique vis-à-vis des événements de la place Tahrir ; soulignant également la prééminence de la rencontre avec les protagonistes du film dans sa mise en œuvre, ces deux caractéristiques participent de la pertinence de Je suis le peuple.

Ou comment, projetant initialement un documentaire sur le tourisme de masse à Louxor, puis sur la vie d’un paysan, Farraj, Anna Roussillon va voir son sujet totalement remodelé par les événements de janvier 2011. La jeune réalisatrice française – qui a grandi au Caire – va alors suivre pendant près de trois années la révolution égyptienne, par le prisme des habitants d’un village situé à 700 km du Caire et de la place Tahrir.

À travers la vie rurale, les pénuries de gaz, les liens d’amitié noués avec Farraj et ses voisins, et l’incursion du politique dans les discussions quotidiennes, Je suis le peuple raconte avec intelligence et finesse le cheminement d’une micro-société vers la chose politique.

Sans didactisme, toujours à hauteur d’hommes, ce premier documentaire d’Anna Roussillon – déjà récompensé de près d’une vingtaine de prix dans des festivals français et étrangers – rend compte des parcours personnels et des réflexions de chacun, des doutes comme des espoirs.

Projections et événements

À Paris, en banlieues et en province, diffusion la première semaine
Cinéma Espace Saint Michel ; MK2 Beaubourg ; L’Arlequin ; Majestic Bastille ; Le Méliès à Montreuil ; L’Ecran à Saint-Denis ; L’ABC à Toulouse ; Le Comoedia à Lyon ; Le Navire à Valence ; Le Rio à Clermont Ferrand ; L’Omnia à Rouen ; Le Concorde à Nantes ; Le Métropole à Lille.
Suite des diffusions en France
Bagnolet, Romainville, Pantin, Pontault-Combault, St Bonnet-le-Château, Nantes, Grenoble, la Rochelle, Niort, Arcueil, Poitiers, Die, Mayenne, St Ouen, Nanterre, Bobigny, Malakoff, Montpellier, Argenteuil, Poitiers, Gennevilliers , Villeneuve d’Ascq, Marseille, Loudeac, Plougonvellin, Questembert, Belle-Ile, Bayonne, Besançon, etc.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions