Accueil | Chronique par Clémentine Autain | 1er mai 2020

1er-Mai : déconfinons l’insubordination !

Le confinement a emporté mon, notre traditionnel 1er-Mai. Il nous reste les slogans qui foisonnent sur les réseaux sociaux, les casseroles qui vont tinter dans la journée. Et surtout la colère. Ce 1er-Mai inédit, nous ne l’oublierons pas.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Un 1er-Mai à la maison, sans défiler dans les rues de Paris pour défendre les droits et les protections de celles et ceux qui travaillent, sans embrasser les unes et les autres, sans prendre le pouls de la contestation, sans ressentir physiquement le nombre, sans humer le parfum d’époque des pancartes qui se succèdent, sans voir quels sont les cortèges fournis, ceux qui le sont moins, sans images à la télévision de la foule qui clame, qui chante, sans me plaindre de la pluie ou me réjouir de cette journée si ensoleillée, sans ramener chez moi un brin de muguet… Le confinement a emporté mon, notre traditionnel 1er-Mai.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
La bataille de la dette

 

Il nous reste les slogans qui foisonnent sur les réseaux sociaux, les casseroles qui vont tinter dans la journée, les Bella Ciao qui sortiront des fenêtres dans certains quartiers. Et surtout la colère. Car le sentiment d’injustice et la combativité pour un monde meilleur ne se confinent pas. Pire : l’impréparation et les mensonges du gouvernement, l’addition de décennies de réduction des moyens pour l’hôpital ou encore la faim et la précarité qui explosent pendant que se distribuent les dividendes alimentent le désir d’insubordination.

Ce 1er-Mai inédit, nous ne l’oublierons pas.

Nous penserons aux soignants qui n’ont toujours pas vu d’augmentation significative et stabilisée de leur rémunération. Aux premiers de corvées qui font vivre l’économie de notre quotidien pour un salaire de misère, sans voir leur situation revalorisée. Et, parmi eux, nous n’oublierons pas les femmes qui occupent des emplois essentiels, dans le domaine du soin notamment, sans visibilité ni considération.

Nous nous mobiliserons pour celles et ceux qui travaillent sans protection dans des secteurs non indispensables.

Nous dénoncerons toutes les mesures « d’assouplissement » du code du travail qui brisent les conquêtes sociales pour nous tirer toujours plus bas.

Nous dirons haut et fort qu’il faut sécuriser les parcours professionnels, partager les richesses et les temps de la vie.

Qu’il faut changer le sens de l’économie : produire pour répondre aux besoins et non pas produire pour satisfaire les besoins du capital en créant des besoins artificiels.

 

Clémentine Autain

Les précédentes chroniques

>> « Un bicot, ça nage pas » (chronique du 28 avril 2020)

>> Depuis quand la responsabilité de scolariser les enfants est-elle laissée au libre arbitre des parents ? (chronique du 27 avril 2020)

>> La faim justifie les moyens (chronique du 24 avril 2020)

>> Quand arrive le Covid-19, le roi est déjà bien nu (chronique du 20 avril 2020)

>> « Plus c’est gros, plus ça passe » (chronique du 18 avril 2020)

>> Les très dangereuses incohérences d’Emmanuel Macron (chronique du 14 avril 2020)

>> Des masques, pas des bâillons (chronique du 12 avril 2020)

>> Monsieur le ministre, qui doit faire des efforts ? (chronique du 11 avril 2020)

>> En avant, pas comme avant (chronique du 9 avril 2020)

>> Covid-19 : le blues des blouses (chronique du 7 avril 2020)

>> Covid-19 : mettre à profit cette crise, pour bien vivre (chronique du 6 avril 2020)

>> Seine-Saint-Denis : rupture ancienne d’égalité, sinistre nouvelle inégalité (chronique du 5 avril 2020)

>> Les corps accusent les choix politiques (chronique du 3 avril 2020)

>> Jusqu’où allons-nous accepter la surveillance de nos libertés ? (chronique du 2 avril 2020)

>> Nous payons l’aveuglement à l’égard de l’écologie (chronique du 1er avril 2020)

>> Plus que jamais, faire de la politique (chronique du 31 mars 2020)

>> Le temps pour soi, blablabla (télétravailler avec des enfants) (chronique du 30 mars 2020)

>> Avec le confinement, c’est l’explosion des violences intrafamiliales (chronique du 29 mars 2020)

>> Covid-19, ce miroir des fractures territoriales (chronique du 28 mars 2020)

>> À la caissière de mon supermarché (chronique du 27 mars 2020)

>> Ils ne confineront pas notre colère (chronique du 26 mars 2020)

>> Je repose mes questions au gouvernement... (chronique du 25 mars 2020)

>> Et si on avait une stratégie industrielle ? (chronique du 23 mars 2020)

>> C’est aujourd’hui dimanche (chronique du 22 mars 2020)

>> « Plus rien ne sera comme avant » ? (chronique du 21 mars 2020)

>> Le Covid met à nu le capitalisme (chronique du 20 mars 2020)

>> De l’inégalité devant le confinement (chronique du 19 mars 2020)

>> Les cadres en télétravail, les prolos au charbon ? (chronique du 18 mars 2020)

>> L’intérêt humain, résolument (chronique du 17 mars 2020)

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • "Nous dénoncerons toutes les mesures « d’assouplissement » du code du travail qui brisent les conquêtes sociales pour nous tirer toujours plus bas."

    Autain, préfère comme toujours tirer dans les coins … Ce n’est pas ça l’essentiel du sujet actuel …

    L’actuel virus est encore plus bidon, que ceux que l’OMS a lancé sur le marché et répandu sur les marchés depuis une quinzaine d’années .!... ("Virus bidon", c’est ce qui ressort en résumé des dires des médecins honnêtes, et malgré tout connus du fait des réalités de leurs capacités)

    L’ "astuce" actuelle pour rendre ce virus minable plus efficace, a consisté a inventer le "confinement" mondial, afin que les populations des villes puissent se contaminer plus facilement et plus largement, en baignant dans leur propre jus d’atmosphère confinée et donc infectée par elles-mêmes .!... (Infectée avec le présent virus et aussi avec d’autres)

    Les statistiques de L’INSEE indiquent clairement qu’au mois de mars 2020, le chiffre total des décès en France, toutes causes confondues, est dans le milieu de la fourchette des autres années … (Et donc qu’il n’y a pas d’épidémie chiffrable à ce moment là)

    Le chiffre des décès est supérieur à la fourchette des années précédentes dans la premières moitié du mois d’avril, et il n’est pas déraisonnable de penser, que c’est là le produit du "confinement" de la 2e moitié du mois de mars …

    C’est affaire de "pandémie" est une conspiration mondiale des oligarchies, de leurs appareils d’Etats, de leur médecine chapeautée par l’OMS …

    Ils sont en train avec tout ça de nous préparer des "vaccins", qu’ils s’efforceront de faire avaler à toute la population planétaire, et qui sont prévus pour contenir de microscopiques puces informatiques, afin de fliquer en permanence toute la population du monde, et sélectionner les individus qu’ils choisiront d’éliminer ...

    Il s’agit d’une façon ou d’une autre de réduire la population mondiale, en éliminant d’abord les "indésirables", ceux qui ne veulent pas marcher au pas cadencé, les gêneurs en tous genres, etc. …

    Le chaos économique, qui va résulter de ce confinement, fait partie de la conspiration, il constitue la deuxième détente …

    À votre santé …

    Bernard Décombe Le 1er mai à 18:44
  •  
  • L’Autriche ce n’est pas la France , non , pas du tout ,
    et heureusement pour les autrichiens ,
    parce qu’en Autriche il y a des députés , des vrais ! …

    Rien à voir avec l’amuseur de podiums de champs de foires , du nom de Mélenchon ! …

    Un député autrichien explique à la tribune ,
    que la Suède qui n’a pris aucune mesure de précaution ,
    face à la ʺcatastrophique pandémieʺ,
    s’en est tirée sans une égratignure :
    https://www.youtube.com/watch?v=kjpJS1JjWm4

    Bernard Décombe Le 3 mai à 22:38
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.