Accueil | Chronique par Clémentine Autain | 11 avril 2020

Monsieur le ministre, qui doit faire des efforts ?

Hier, Bruno Le Maire a voulu rassurer ceux qui craignent que des leçons ne soient tirées de la crise. Que personne ne s’inquiète, la « croissance » reste l’impératif suprême.

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Rien ne sera comme avant », assurait Emmanuel Macron. C’était il y a fort peu de temps mais, pour le pouvoir en place, l’idée de changement de paradigme paraît déjà loin… et la dette, la dette, la dette est déjà agitée comme un épouvantail pour préparer les attaques des droits et protections.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Covid-19 : la gauche doit gagner la bataille du récit

 

Traduisons-les : le système doit repartir et non changer. Il faut, nous dit le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, « se remettre fortement au travail ». Les dispositions des ordonnances coronavirus, qui détruisent le code du travail, vont-elles être transcrites dans le droit commun après la crise ? Les propos du ministre de l’Économie en donne clairement le sentiment.

Mettre à contribution les plus riches et les flux financiers ? Repenser la valeur des métiers ? Partager le temps de travail pour lutter contre le chômage et améliorer la qualité de vie ? Relancer l’activité en investissant dans la transition énergétique ou les métiers du soin ? Refonder notre modèle de développement afin de modifier ce que l’on produit, de répondre aux besoins pour une vie qui ait du sens et une activité économique soutenable écologiquement ? Accroître le socle des droits et protections ? Annuler la dette des États ? Pour une telle réorientation politique, nous ne voyons rien venir… La raison est profonde : le cadre de pensée du gouvernement empêche d’enclencher les bifurcations nécessaires. Il faut changer de cadre.

Dans cette trajectoire vers un nouveau choc néolibéral, l’Union européenne se révèle un allié décidément solide. Si affaiblie, et depuis longtemps, aux yeux des peuples européens, l’Union a d’abord montré toute son impuissance et son inanité pendant les longues premières semaines de crise sanitaire. Pendant que l’institution européenne brillait par son absence, les Chinois ou les Cubains apportaient du matériel ! Hier soir au Journal Télévisé, c’est avec tambours et trompettes que l’on nous annonçait le plan de soutien européen. Miracle, nous disait-on en substance, un accord a été trouvé ! On y voyait une image de Bruno Le Maire dans son bureau avec ses collaborateurs, bras en l’air de joie. Le champagne était sans doute au frais. Pourtant, ce n’est vraiment pas Byzance… Face à l’ampleur de la récession qui s’annonce, aux difficultés en chaîne pour une grande partie de la population, évidemment la moins privilégiée, la montagne a encore accouché d’une petite souris.

Le chiffre de 540 milliards peut impressionner mais rapporté aux besoins des États qui vont affronter une récession hors norme et compte-tenu des conditions de prêt, il n’y a vraiment pas de quoi saluer un geste inédit, à la hauteur d’une crise inédite [1]. Le volet d’aide au chômage partiel – 100 milliards – va permettre de soulager un peu les États. Mais prenons l’exemple de la France, sans doute bien en-deçà des drames sociaux à venir en Italie ou en Espagne : avec environ 7 millions de chômeurs en perspective, ce sont 40 milliards d’euros qui sont nécessaire pour notre seul pays ! Nous sommes donc très loin du compte.

Surtout, le Mécanisme Européen de Stabilité autorise les États à emprunter de l’argent à de faibles taux d’intérêt mais à condition qu’ils se soumettent au contrôle budgétaire de la Commission européenne, ici pour tout ce qui ne concerne pas la santé. C’est en tout cas la lecture néerlandaise du texte de l’accord, et probablement la plus juste. On reste dans les clous du dogme de l’Union, avec ses normes d’austérité. Le triste résultat est pourtant connu, il n’y a qu’à regarder l’état de la Grèce après les cures imposées à répétition. Changer de braquet, l’Union européenne ne s’y apprête pas du tout. Elle fonce dans le même mur. La mutualisation des dettes fait l’objet d’un refus catégorique des partisans de l’orthodoxie budgétaire, en l’occurrence, l’Allemagne et les Pays-Bas. Les égoïsmes nationaux tiennent le fil du désastre.

Le néolibéralisme viscéral et dominant empêche de prendre les mesures qui permettraient d’anticiper et de bifurquer.

Il faut bien comprendre qu’il s’agit là simplement de prêts. Or, contrairement aux idées-reçues, il est parfaitement possible de faire tourner la planche à billets ! Je rappelle qu’au moment de la bataille sur le Traité Constitutionnel Européen en 2005, avec les partisans du non de gauche, nous n’avons cessé de dénoncer l’indépendance de la Banque Centrale Européenne (BCE). Et pour cause… La BCE doit être un outil permettant de ne pas passer par les marchés financiers pour intervenir mais d’assurer des aides directes, d’effacer tout ou partie de la dette d’un État ou de financer une série d’investissements, écologiques ou sociaux, par la création monétaire. Or scoop : le 9 avril dernier, la banque d’Angleterre a annoncé qu’elle allait financer directement « sur une base temporaire et à court terme » les dépenses supplémentaires du gouvernement britannique liées aux conséquences de la pandémie. Un verrou saute dans le pays phare du néolibéralisme. L’Union va-t-elle en prendre de la graine ? Elle n’en prend malheureusement pas le chemin.

La dette est un prétexte, une forme contemporaine pour détruire les solidarités. La notion de croissance signe le mépris du désastre productiviste et consumériste. Cette voie n’est non seulement pas souhaitable mais elle n’a absolument rien d’inéluctable. Elle relève du choix politique et provient de dirigeants totalement aveuglés par leur carcan idéologique.

Puisqu’ils en sont incapables, à nous de nous emparer des solutions alternatives qui jaillissent de toutes parts dans une cohérence nouvelle qui s’affirme. Vite.

 

Clémentine Autain

Les précédentes chroniques

>> En avant, pas comme avant (chronique du 9 avril 2020)

>> Covid-19 : le blues des blouses (chronique du 7 avril 2020)

>> Covid-19 : mettre à profit cette crise, pour bien vivre (chronique du 6 avril 2020)

>> Seine-Saint-Denis : rupture ancienne d’égalité, sinistre nouvelle inégalité (chronique du 5 avril 2020)

>> Les corps accusent les choix politiques (chronique du 3 avril 2020)

>> Jusqu’où allons-nous accepter la surveillance de nos libertés ? (chronique du 2 avril 2020)

>> Nous payons l’aveuglement à l’égard de l’écologie (chronique du 1er avril 2020)

>> Plus que jamais, faire de la politique (chronique du 31 mars 2020)

>> Le temps pour soi, blablabla (télétravailler avec des enfants) (chronique du 30 mars 2020)

>> Avec le confinement, c’est l’explosion des violences intrafamiliales (chronique du 29 mars 2020)

>> Covid-19, ce miroir des fractures territoriales (chronique du 28 mars 2020)

>> À la caissière de mon supermarché (chronique du 27 mars 2020)

>> Ils ne confineront pas notre colère (chronique du 26 mars 2020)

>> Je repose mes questions au gouvernement... (chronique du 25 mars 2020)

>> Et si on avait une stratégie industrielle ? (chronique du 23 mars 2020)

>> C’est aujourd’hui dimanche (chronique du 22 mars 2020)

>> « Plus rien ne sera comme avant » ? (chronique du 21 mars 2020)

>> Le Covid met à nu le capitalisme (chronique du 20 mars 2020)

>> De l’inégalité devant le confinement (chronique du 19 mars 2020)

>> Les cadres en télétravail, les prolos au charbon ? (chronique du 18 mars 2020)

>> L’intérêt humain, résolument (chronique du 17 mars 2020)

Vos réactions (4)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Les confinements ne sont en réalité qu’une FORFAITURE généralisée, qui visent uniquement à créer le chaos économique et ALIMENTAIRE un peu partout sur la planète, en vue d’enclencher le processus vers une 3e guerre mondiale, encore plus apocalyptique que la précédente.!...

    Il faut être vraiment lourdingue pour ne pas s’en rendre compte.!....

    Il y a toujours eu des épidémies, et bien plus graves que celle-ci, mais il n’y a jamais eu de confinements, ni de dictature politico-médicale suffisamment désaxée pour inventer une mesure aussi délirante.!!!...

    Par ailleurs ce confinement ne peut servir à rien, et il constitue même une circonstance aggravante de la contamination, du fait que le virus comme dans toutes les épidémies est présent dans L’AIR.!...

    Même la dictature médicale, est de plus en plus contrainte, de reconnaitre que le virus EST PRESENT DANS L’AIR.!!!....

    Force est de constater, que comme en 1940, tous les pseudo représentants-du-peuple sont complices de cette forfaiture… !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!……….

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Bernard Décombe Le 11 avril à 23:58
  •  
  • Je lis : "Le cadre de pensée du gouvernement empêche d’enclencher les bifurcations nécessaires. Il faut changer de cadre". Ou encore : "Cette voie [...] relève du choix politique et provient de dirigeants totalement aveuglés par leur carcan idéologique".
    Mais où sont passées les luttes de classes ? L’origine de nos problèmes ne serait qu’un "cadre de pensée", un "carcan idéologique", et il suffirait, si je comprends bien, de changer de personnel politique, de mettre au pouvoir un autre cadre de pensée, pour partir sur de nouvelles bases ? C’est l’illusion réformiste dans toute sa naïveté, pourtant mise à bas par les échecs (je ne dis pas les "trahisons") de "la gauche" depuis 1981 (au moins). Il faut désigner l’ennemi, celui qui impose ce cadre et ce carcan, et affirmer que pour changer le monde, il faut l’exproprier, le mettre hors d’état de nuire, et que cela, seul le peuple mobilisé peut le faire. Il faut démolir les bases économiques du vieux monde pour instaurer un nouveau monde qui soit le nôtre.

    Francis Lemasson Le 12 avril à 09:23
  •  
  • Avec la SALADE des masques, la duplicité de la dictature politico-médicale apparait en pleine lumière.! …

    Car il est bien FACILE d’encourager chaque individu à se fabrique un masque, avec un foulard, une écharpe, ou un morceau de tissu.!.... Ou bien encore, une visière avec un morceau de plexiglass.!...

    La vérité, c’est que cette dictature NE VEUT PAS que la population dispose de masques, car dans ce cas la FARCE du confinement ne tiendrait plus du tout la route.!!!....

    Et le confinement, C’EST LE PILIER de cette conspiration planétaire qui vise à déstabiliser gravement l’équilibre économique et ALIMENTAIRE du Monde.!...

    Dans quel but.?...
    Probablement d’enclencher le processus vers une nouvelle guerre mondiale, encore plus apocalyptique que la précédente.!...
    Car il est connu depuis longtemps déjà, que les oligarchies veulent réduire fortement la population mondiale, et la ramener aux environs de 700 millions, soit le 1/10e du chiffre actuel.!...

    Comme en 1940, les pseudo représentants du peuple, ont instauré une dictature, et en plus maintenant, ils se taisent sur ses FORFAITURES, c’est à dire sur ses crimes.!...

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Bernard Décombe Le 12 avril à 14:46
  •  
  • Il est bien évident que le confinement est une CONSPIRATION CRIMINELLE.!...

    Et le fait que la dictature politico-médicale s’efforce de DISSUADER la population de se fabriquer individuellement un MASQUE avec un morceau de tissu, en est la confirmation éclatante.!!!...

    Car avec chaque individu portant une protection individuelle, le confinement n’a plus de raison d’être.!...………..

    Il faut RETABLIR la REPUBLIQUE, dans chaque commune où la population n’est pas constituée en majorité de pieds-de-légumes, et en interdire l’accès aux forces d’oppression de la DICTATURE !!!.....

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    Bernard Décombe Le 12 avril à 15:20
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.