Accueil | Chronique par Clémentine Autain | 4 mai 2020

Pour le monde de la culture, je tire la sonnette d’alarme !

C’est dans un silence assourdissant que le monde de la culture subit un massacre avec la crise sanitaire et les mesures de confinement. Clémentine Autain chronique le Covid-19.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

S’il est un secteur absent des préoccupations dominantes, c’est bien celui-ci. Comme si la culture était décidément périphérique, non essentielle, presqu’accessoire dans notre société du spectacle et de la marchandise. Il me semble, au contraire, que sa place est décisive dans nos vies. La culture travaille nos imaginaires et permet le partage sensible. C’est le lieu de l’échange et de la création par excellence. Nous en avons un besoin impérieux à l’échelle individuelle mais aussi collective, pour penser l’après… qui commence maintenant. Or, c’est silence radio côté gouvernemental. On finit par se demander s’il existe un ministère de la culture dans ce pays… Et le sujet effleure à peine dans le débat public.

 

VOIR AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Samuel Churin : « Il faut arrêter avec cette politique de l’emploi à tout prix »

 

En attendant, le tableau est des plus inquiétants. La réouverture des cinémas, salles de concert et théâtres n’est pas à l’ordre du jour. Les festivals de l’été, qui permettent à tant de troupes ou de créateurs qui n’ont pas pignon sur rue de faire connaître leur travail, s’annulent les uns après les autres. Les intermittents, artistes et techniciens, se retrouvent sans heures à valider pour obtenir un filet de sécurité. Que fait le ministère de la culture ? Le flou reste total. Quant aux musées, les « petits » pourront rouvrir. Mais qu’est-ce qu’un petit musée ? Silence dans les rangs gouvernementaux.

Les mesures sanitaires doivent être au rendez-vous pour que chacune et chacun soit protégé. Mais anticiper les conséquences de fermetures prolongées est la tâche de l’État. Ici, nous ne voyons rien venir et le temps passe, le temps presse… Au final, les plus grosses structures pourront survivre. Mais les autres ? C’est tout le maillage territorial d’une culture de proximité et les possibilités de démocratiser l’accès à la culture qui sont menacées dangereusement. Prenons l’exemple des librairies et maisons d’édition. Amazon a continué à envoyer des livres mais les librairies indépendantes, portes closes, se retrouvent dans une situation difficile et parfois même au bord de la fermeture. Après des mois d’arrêt, les grandes maisons d’édition survivront mais les plus petites risquent vite de mettre la clé sous la porte. Nous savons déjà que le nombre d’auteurs publiés à la rentrée sera massivement réduit. Même topo pour le grand écran. Je pense au cinéma Jacques Tati à Tremblay-en-France qui va rencontrer forcément des difficultés d’une autre ampleur que les salles Gaumont ou UGC des centres commerciaux avoisinant. Si des mesures ne sont pas prises pour aider et sauvegarder, la diversité culturelle et intellectuelle sera vite un vieux souvenir…

Alors je tire la sonnette d’alarme. Parce que la culture est un bien commun essentiel à la vie et à l’émancipation humaine. Parce que nous devons et pouvons agir pour soutenir ce secteur aux abois et permettre une vie digne à toutes celles et ceux qui font vivre la création dans ce moment de crise paroxystique.

 

Clémentine Autain

Les précédentes chroniques

>> 1er-Mai : déconfinons l’insubordination ! (chronique du 1er mai 2020)

>> « Un bicot, ça nage pas » (chronique du 28 avril 2020)

>> Depuis quand la responsabilité de scolariser les enfants est-elle laissée au libre arbitre des parents ? (chronique du 27 avril 2020)

>> La faim justifie les moyens (chronique du 24 avril 2020)

>> Quand arrive le Covid-19, le roi est déjà bien nu (chronique du 20 avril 2020)

>> « Plus c’est gros, plus ça passe » (chronique du 18 avril 2020)

>> Les très dangereuses incohérences d’Emmanuel Macron (chronique du 14 avril 2020)

>> Des masques, pas des bâillons (chronique du 12 avril 2020)

>> Monsieur le ministre, qui doit faire des efforts ? (chronique du 11 avril 2020)

>> En avant, pas comme avant (chronique du 9 avril 2020)

>> Covid-19 : le blues des blouses (chronique du 7 avril 2020)

>> Covid-19 : mettre à profit cette crise, pour bien vivre (chronique du 6 avril 2020)

>> Seine-Saint-Denis : rupture ancienne d’égalité, sinistre nouvelle inégalité (chronique du 5 avril 2020)

>> Les corps accusent les choix politiques (chronique du 3 avril 2020)

>> Jusqu’où allons-nous accepter la surveillance de nos libertés ? (chronique du 2 avril 2020)

>> Nous payons l’aveuglement à l’égard de l’écologie (chronique du 1er avril 2020)

>> Plus que jamais, faire de la politique (chronique du 31 mars 2020)

>> Le temps pour soi, blablabla (télétravailler avec des enfants) (chronique du 30 mars 2020)

>> Avec le confinement, c’est l’explosion des violences intrafamiliales (chronique du 29 mars 2020)

>> Covid-19, ce miroir des fractures territoriales (chronique du 28 mars 2020)

>> À la caissière de mon supermarché (chronique du 27 mars 2020)

>> Ils ne confineront pas notre colère (chronique du 26 mars 2020)

>> Je repose mes questions au gouvernement... (chronique du 25 mars 2020)

>> Et si on avait une stratégie industrielle ? (chronique du 23 mars 2020)

>> C’est aujourd’hui dimanche (chronique du 22 mars 2020)

>> « Plus rien ne sera comme avant » ? (chronique du 21 mars 2020)

>> Le Covid met à nu le capitalisme (chronique du 20 mars 2020)

>> De l’inégalité devant le confinement (chronique du 19 mars 2020)

>> Les cadres en télétravail, les prolos au charbon ? (chronique du 18 mars 2020)

>> L’intérêt humain, résolument (chronique du 17 mars 2020)

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.