Accueil | Par Collectif | 26 septembre 2018

150 personnalités signent le Manifeste pour l’accueil des migrants

Les rédactions de Regards, Politis et Mediapart s’associent afin de lancer le Manifeste "Pour l’accueil des migrants" signé par 150 intellectuels, artistes, militants associatifs, syndicalistes et personnalités de la société civile.

Vos réactions (15)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards, Politis et Mediapart ont aussi lancé une pétition : signez-la et partagez-la !

 

Partout en Europe, l’extrême droite progresse. La passion de l’égalité est supplantée par l’obsession de l’identité. La peur de ne plus être chez soi l’emporte sur la possibilité de vivre ensemble. L’ordre et l’autorité écrasent la responsabilité et le partage. Le chacun pour soi prime sur l’esprit public.

Le temps des boucs émissaires est de retour. Oubliées au point d’être invisibles, la frénésie de la financiarisation, la ronde incessante des marchandises, la spirale des inégalités, des discriminations et de la précarité. En dépit des chiffres réels, la cause de nos malheurs serait, nous affirme-t-on, dans la "pression migratoire". De là à dire que, pour éradiquer le mal-être, il suffit de tarir les flux migratoires, le chemin n’est pas long et beaucoup trop s’y engagent.

Nous ne l’acceptons pas. Les racines des maux contemporains ne sont pas dans le déplacement des êtres humains, mais dans le règne illimité de la concurrence et de la gouvernance, dans le primat de la finance et dans la surdité des technocraties. Ce n’est pas la main-d’œuvre immigrée qui pèse sur la masse salariale, mais la règle de plus en plus universelle de la compétitivité, de la rentabilité, de la précarité.

Nous ne ferons pas à l’extrême droite le cadeau de laisser croire
qu’elle pose de bonnes questions. Nous rejetons ses questions, en même temps que ses réponses. 

Il est illusoire de penser que l’on va pouvoir contenir et a fortiori interrompre les flux migratoires. À vouloir le faire, on finit toujours par être contraint au pire. La régulation devient contrôle policier accru, la frontière se fait mur. Or la clôture produit, inéluctablement, de la violence… et l’inflation de clandestins démunis et corvéables à merci. Dans la mondialisation telle qu’elle se fait, les capitaux et les marchandises se déplacent sans contrôle et sans contrainte ; les êtres humains ne le peuvent pas. Le libre mouvement des hommes n’est pas le credo du capital, ancien comme moderne.

Dans les décennies qui viennent, les migrations s’étendront, volontaires ou contraintes. Elles toucheront nos rivages et notre propre pays, comme aujourd’hui, aura ses expatriés. Les réfugiés poussés par les guerres et les catastrophes climatiques seront plus nombreux. Que va-t-on faire ? Continuer de fermer les frontières et laisser les plus pauvres accueillir les très pauvres ? C’est indigne moralement et stupide rationnellement. Politique de l’autruche… Après nous le déluge ? Mais le déluge sera bien pour nous tous !

Il ne faut faire aucune concession à ces idées, que l’extrême droite a imposées, que la droite a trop souvent ralliées et qui tentent même une partie de la gauche. Nous, intellectuels, créateurs, militants associatifs, syndicalistes et citoyens avant tout, affirmons que nous ne courberons pas la tête. Nous ne composerons pas avec le fonds de commerce de l’extrême droite. La migration n’est un mal que dans les sociétés qui tournent le dos au partage. La liberté de circulation et l’égalité des droits sociaux pour les immigrés présents dans les pays d’accueil sont des droits fondamentaux de l’humanité.

Nous ne ferons pas à l’extrême droite le cadeau de laisser croire qu’elle pose de bonnes questions. Nous rejetons ses questions, en même temps que ses réponses.

Les 150 signataires :

Christophe AGUITON sociologue, Christophe ALEVEQUE humoriste et auteur, Pouria AMIRSHAHI directeur de Politis, Ariane ASCARIDE comédienne, Jean-Christophe ATTIAS universitaire, Geneviève AZAM économiste, Bertrand BADIE politiste, Sébastien BAILLEUL DG du CRID, Josiane BALASKO comédienne, Étienne BALIBAR philosophe, Ludivine BANTIGNY historienne, Pierre-Emmanuel BARRE auteur, humoriste, Lauren BASTIDE journaliste, féministe, Christian BAUDELOT sociologue, Edmond BAUDOIN auteur, dessinateur de BD, Alex BEAUPAIN auteur, compositeur, interprète, François BEGAUDEAU écrivain, Yassine BELATTAR humoriste, Hourya BENTOUHAMI philosophe, Alain BERTHO anthropologue, Pascal BLANCHARD historien, Romane BOHRINGER comédienne, Benoît BORRITS chercheur militant, Patrick BOUCHAIN architecte, Alima BOUMEDIENE-THIERY avocate, Rony BRAUMAN médecin, cofondateur de MSF, Michel BROUE mathématicien, Valérie CABANES juriste internationale, Hélène CABIOC’H présidente de l’Ipam, Julia CAGE économiste, Robin CAMPILLO réalisateur, Aymeric CARON écrivain, journaliste François CHAIGNAUD chorégraphe, Patrick CHAMOISEAU écrivan, Paul CHEMETOV architecte, Monique CHEMILLIER-GENDREAU juriste, Mouhieddine CHERBIB Respect des libertés, Jean-Louis COHEN historien, Christel COURNIL enseignante-chercheuse, Marie COSNAY écrivaine, Annick COUPE syndicaliste, Alexis CUKIER philosophe, Jocelyne DAKHLIA historienne, Jean-Michel DAQUIN architecte, Françoise DAVISSE réalisatrice, Philippe DE BOTTON président de Médecins du monde, Laurence DE COCK historienne, Catherine DE WENDEN politologue, Christine DELPHY féministe, Christophe DELTOMBE président de la Cimade, Rokhaya DIALLO journaliste, écrivaine, Georges DIDI-HUBERMAN philosophe, Bernard DREANO président du Cedetim, Michel DRU anesthésiste-réanimateur, Françoise DUMONT présidente d’honneur de la LDH, Annie ERNAUX écrivaine, Éric FASSIN sociologue, anthropologue, Corentin FILA comédien, Geneviève FRAISSE philosophe, Bernard FRIOT économiste, Isabelle GARO philosophe, Amandine GAY réalisatrice, Raphaël GLUCKSMANN essayiste, Yann GONZALEZ réalisateur, Robert GUEDIGUIAN réalisateur, Nacira GUENIF sociologue et anthropologue, Janette HABEL politologue, Jean-Marie HARRIBEY économiste, Serge HEFEZ psychanalyste, Cédric HERROU militant associatif, Christophe HONORE réalisateur, Eva HUSSON réalisatrice, Thierry ILLOUZ auteur et avocat pénaliste, Pierre JACQUEMAIN rédacteur en chef de Regards, Geneviève JACQUES militante associative, Chantal JAQUET philosophe, JULIETTE chanteuse parolière et compositrice, Gaël KAMILINDI pensionnaire de la Comédie-Française, Pierre KHALFA syndicaliste et coprésident de la Fondation Copernic, Cloé KORMAN écrivaine, Bernard LAHIRE professeur de sociologie à l’ENS de Lyon, Nicole LAPIERRE anthropologue et sociologue, Mathilde LARRERE historienne, Henri LECLERC président d’honneur de la LDH, Raphaël LIOGIER sociologue et philosophe, Isabelle LORAND chirurgienne, Germain LOUVET danseur étoile de l’Opéra de Paris, Gilles MANCERON historien, Philippe MANGEOT enseignant, Patrice MANIGLIER philosophe, Philippe MARLIERE politologue, Roger MARTELLI historien et directeur de la publication de Regards, Christiane MARTY ingénieure-chercheuse, Corinne MASIERO comédienne, Gustave MASSIAH altermondialiste, Nicolas MAURY comédien, Marion MAZAURIC éditrice, Caroline MECARY avocate, Philippe MEIRIEU pédagogue, Phia MENARD jongleuse performeuse et metteure en scène, Céline MERESSE présidente du CICP, Guillaume MEURICE auteur et humoriste, Pierre MICHELETTI médecin et écrivain, Jean-François MIGNARD secrétaire général de la LDH, Véronique NAHOUM-GRAPPE anthropologue, Stanislas NORDEY directeur du Théâtre national de Strasbourg, Ludmila PAGLIERO danseuse étoile à l’Opéra de Paris, Willy PELLETIER sociologue, Nora PHILIPPE auteure et réalisatrice, Thomas PIKETTY économiste, Edwy PLENEL journaliste et cofondateur de Mediapart, Emmanuel POILANE président du CRID, Thomas PORCHER économiste, Didier PORTE humoriste, Mathieu POTTE-BONNEVILLE philosophe, Olivier PY auteur metteur en scène et directeur du Festival d’Avignon, Bernard RAVENEL historien, Éric REINHARDT écrivain, Prudence RIFF co-présidente du FASTI, Michèle RIOT-SARCEY historienne, Vanina ROCHICCIOLI présidente du Gisti, Paul RODIN directeur délégué du festival d’Avignon, Marguerite ROLLINDE politologue spécialiste du Maghreb, Alexandre ROMANES cofondateur du cirque Romanès, Délia ROMANES confondatrice du cirque Romanès, Paul RONDIN directeur délégué du Festival d’Avignon, Alain RUSCIO historien, Malik SALEMKOUR président de la LDH, Sarah SALESSE avocate, Christian SALMON écrivain, Odile SCHWERTZ-FAVRAT ex-présidente de la Fasti, Denis SIEFFERT président de la SAS Politis, Catherine SINET directrice de la rédaction de Siné Mensuel, Evelyne SIRE-MARIN magistrat, Romain SLITINE enseignant à Sciences Po, Pierre TARTAKOWSKY président d’honneur de la LDH, Lilian THURAM fondation Lilian Thuram-Éducation contre le racisme, Sylvie TISSOT sociologue, Michel TOESCA acteur et réalisateur, Marie TOUSSAINT militante associative et présidente de Notre affaire à tous, Assa TRAORE comité Adama, Enzo TRAVERSO historien, Catherine TRICOT architecte-urbaniste, Aurélie TROUVE porte-parole d’Attac, Fabien TRUONG sociologue, Michel TUBIANA président d’honneur de la LDH, Dominique VIDAL-SEPHIHA journaliste, Jean VIGREUX historien, Thierry VILA écrivain, Arnaud VIVIANT écrivain et critique littéraire, Sophie WAHNICH historienne, Jacques WEBER comédien, Serge WOLIKOW historien.

Associations signataires :

Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORT), Auberge des migrants, Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants (BAAM), CCFD - Terre solidaire 93, Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (CEDETIM), Centre international de culture populaire (CICP), Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM), Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT), Coordination 75 des sans-papiers, Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers, CSP92, DIEL, Fédération des associations de solidarité avec tous·te·s les immigré·e·s (Fasti), Fédération des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Gisti, Initiatives pour un autre monde (IPAM), La Cimade, Ligue des droits de l’homme, Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie, Roya citoyenne, Syndicat des avocats de France (SAF), Union juive française pour la paix (UJFP), Utopia 56.

Vos réactions (15)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Très belle initiative. Réagissons !

    Laurent Lintanf Le 26 septembre à 08:59
  •  
  • Depuis deux ans bénévole à terre de SOS Méditerranée, initiatrice d’un recueil de 55 textes (avec des écrivains généreux et , pour certains, de renom Chamoiseau, Gaudé, de Luca, E.E. Schmitt, Valérie Zénatti, Leïla Slimani Et dont la couverture a été confiée à Titouan Lamazou : "Auu coeur de l’errance"

    Dans l’Hérault, je tente, au milieu d’une équipe dynamique, d’effacer les clichés, d’aider à l’accueil des réfugiés.

    Réfractaire au prosélytisme, je fais exception pour SOS Méditerranée qui a besoin de bénévoles pour continuer sa mission.

    SEROT CHAIBI Monique Le 26 septembre à 09:42
  •  
  • Ce texte rappelle qu’il y a des causes nombreuses à la précarité auxquelles on ne s’attaque jamais, que seuls les "utopistes" dénoncent. Les marchandises sont libres et les hommes entravés, il faut un réveil des consciences. Merci pour cette tribune.

    Renaud Pierre Le 26 septembre à 10:07
  •  
  • Bravo a regards !!!! Merci au nom de l’humanisme !!!
    (Je vois la signature de Roger Martelli, sans surprise c ’est un humaniste)

    Bien, que pouvons nous faire, nous de notre coté ? Une pétition ?

    bdpif Le 26 septembre à 13:12
  •  
  • Inhumain de laisser couler des migrants pour l’eldorado
    Salima Sedira

    sedira Le 26 septembre à 13:51
  •  
  • Monstrueux de ne pas accueillir ces pauvres réfugiés.

    Diane Delmont Le 27 septembre à 18:16
  •  
  • bonjour.
    je crois que le probleme des migrants est un probleme global auquel il faut trouver une solution d’ensemble. oui les pétitions mais il faut allez plus dans la dénonciation pour que ceux qui ne veulent pas des migrants chez eux comprennent et c’est le travail de regards et de mediapart ou autres que c’est les pillages des pays pauvres par leur etat qu’ils veulent proteger qui creer les migrants. ensuite c’est les guerres entretenues par la vente des armes qui sont à lorigine de ca et le maintien des dictateurs au dela de 50ans ou 60ans ce qui n’est pas possible chez eux

    enfant Le 28 septembre à 02:15
  •  
  • Parce qu en tant qu humain et citoyen du monde, on se doit de réagir

    garnier Le 29 septembre à 09:29
  •  
  • Considerer que des etres humains ne meritent pas d’étre sauves est tout simplement monstrueux et inacceptable.

    foulquier Le 29 septembre à 10:50
  •  
  • FRANCE des droits d l’Homme, FRANCE terre d’asile et dont le Président John KENNEDY dit un jour "Tout homme a deux patries la sienne et la FRANCE , tu es douloureuse, tu es silencieuse
    Notre Méditerranée bleue et dorée recouvre des milliers de corps noyés.
    Amères honte et chagrin
    La haine de l’autre et le rejet sont une fois de plus à l’oeuvre et nos gouvernants cyniques et glaciaux ordonnent.

    sirven Le 29 septembre à 15:53
  •  
  • Bonjour
    j’espére que cette pétition n’est pas faites pour isoler FI et Melenchon, comme je l’aie lu quelques part.....
    Tout le monde a gauche y perdras, et cela ne feras pas forcement le jeux des autres organisations de gauches.

    bob Le 30 septembre à 11:02
  •  
  • Holl bobloù a-unan evit bevañ gwelloc’h war an douar -

    Accueillir les migrants et coopérer en mettant en place des régimes démocratiques et solidaires ici comme ailleurs pour l’avenir de la planète.

    Tangi Louarn Le 30 septembre à 15:54
  •  
  • Les beaux sentiments n’ont jamais réglé aucun problème. Cette appel est incomplet car il ne dit pas comment on peut accueillir des centaines de milliers voir dans le futur des millions d’exilés victimes des guerres impérialistes, de déplacés climatiques victimes de l’égoïsme des multinationales et de leurs soutiens politiques, des millions de victimes économiques du capitalisme absolu qui cassent toutes les structures des sociétés agraires…..
    Si vous voulez que l’on signe votre manifeste, faites l’effort de nous dire comment vous comptez donner un travail et un logement décent à tous ces malheureux poussés à l’exode contraint. Il n’ y a pas de solutions autres que politiques. Si nous ne parvenons pas à modifier le rapport des forces avec le capital globalisé, personne ne parviendra à stopper les exodes massifs qui vont détruire toutes les structures sociales des pays de départ et des pays accueillants et ouvrir plus largement la voie aux extrêmes droites de toutes obédiences.

    choucroute Le 30 septembre à 15:57
  •  
  • En fait, moi, je n’avais pas compris qu’il s’agissait de "régler le problème de la migration", j’ai signé parce que dans l’immédiat je ne suis pas d’accord avec la lâcheté des politiques officielles.
    Pour ce qui est d’où loger, faut-il rappeler une stat sortie il y a quelques années qui dit que l’Europe communautaire avait alors de quoi donner 2 logements à chaque SDF, si l’on recense le nombre de logements vides ? Nous vivons une abondance outrancière (qui n’appartient qu’à certains, de moins en moins nombreux et de plus en plus riches) alors que la plupart d’entre nous n’ont que le strict nécessaire, quand ils l’ont.
    Quant à du travail, si le choix politique était de répartir, il y en aurait pour tout le monde.
    Mais évidemment les choix politiques n’y sont pas. C’est pourquoi je signe, ce n’est qu’une urgence, pas une solution, je crois que le texte est clair.

    omsb Le 2 octobre à 11:23
  •  
  • Je suis simplement scandalisé par l’attitude de Mélanchon face à Clémentine Autin lorsqu’elle a signé cette pétition. Pétition que je viens de signer.

    Luc Choquer-Photographe Le 11 octobre à 12:52
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.