CC NightFlightToVenus
Accueil | Tribune par Danielle Simonnet | 12 janvier 2019

2019, année de la victoire des gilets jaunes ?

Dans ses voeux, la maire de Paris a beau essayé de valoriser son bilan, elle en oublie l’essentiel : les Parisiens. L’édile n’a que mépris pour les gilets jaunes.

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce jeudi, passage obligé, je me rends aux vœux de la maire de Paris. Tout le monde est sur son 31, dans la grande salle des glaces du palais. Tout un décor. Le premier adjoint commence par un court discours tout en flatterie pour la maire, comme l’exercice oblige. Je me souviens d’un de ses derniers passages radio de 2018, s’insurgeant pour défendre le droit des parisiens de faire leurs emplettes de Noël et de se rendre sans crainte au restaurant.

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Légitime violence ?

 

Pendant ce temps, dans tout le reste de la France, nombre de français, avec leurs gilets jaunes en guise de nouveaux bonnets phrygiens, occupaient les ronds points pour se faire entendre : "On n’arrive plus à boucler nos fin de mois et à remplir nos frigos ! Rendez l’ISF ! Rendez le pouvoir au peuple !". Deux mondes.

La maire prend la parole. Tout sourire, elle égrène le catalogue des actions municipales comme le ferait l’administration parisienne à l’occasion d’un bilan. En quelle année sommes-nous ? On pourra avoir à faire à un replay de vœux d’années précédentes tellement ils sont déconnectés du contexte historique que nous vivons et ne présente aucune nouvelle vision pour Paris ! Elle n’aborde la mobilisation des gilets jaunes qu’à partir des dégradations et violence et, tout comme Macron, sans les nommer. Pire, elle prétend que son bilan en matière de démocratie participative serait inspirant, « un anticorps au désenchantement démocratique ». Mais aucune des grandes décisions structurantes n’ont fait l’objet d’une concertation des parisiens, là où au contraire un référendum d’initiative citoyenne serait si nécessaire ! (Jeux Olympiques, Tours de Bercy Charenton, privatisation du stationnement ou nouvelle incinérateur à 2Mds € pour Suez, etc.)

Gratuité des transports pour tous (ou pas)

Parmi le catalogue annuel d’autosatisfecit, une seule nouvelle mesure : enfin une extension de la gratuité des transports, mais limitée aux enfants jusqu’à 11 ans. Pour les collégiens et lycéens, la nouveauté se limitera à une réduction de moitié de la carte "Imagin‘R". La maire reprend partiellement des propositions que j’émettais par vœux et amendements depuis le début de la mandature (gratuité des transports pour les jeunes notamment), et qu’avec son équipe elle a toujours dogmatiquement rejeté, sans le moindre débat.

Hélas, elle enterre de fait mais sans surprise, le débat qu’elle avait prétendu initier sur la gratuité totale des transports, vrai levier qui permettrait pourtant de changer radicalement l’utilisation des transports en commun, et de lutter réellement contre la pollution de l’air. Elle se permet en plus un énième mensonge : elle aurait instauré la gratuité pour les personnes âgées et les handicapées. Dans les faits, c’est sous la mandature de Delanoë durant laquelle elle était première adjointe, que cette gratuité avait été supprimée et son premier budget voté en 2014 pour 2015 avait fait exploser les tarifs pour ces personnes. Elle n’a opéré qu’un pas en arrière, un petit pas restaurant la gratuité pour quelques uns sous conditions de ressource.

La maire se félicite également de la privatisation totale des voitures électriques en autopartage par Renault et Peugeot, à qui elle a bradé l’espace public pour leur "concurrence libre" et leur course au profit. Elle ne dit pas un mot sur la hausse prévue des tarifs du gaz de la CPCU. Une délibération était prévue au Conseil de Paris de décembre mais retirée discrètement de l’ordre du jour. En plein mouvement gilets jaunes, ça faisait vraiment trop tache. Mais la délibération devrait être restaurée en février. Elle ne dit pas un mot sur la polémique relative à la rémunération de Chantal Jouanno. Cette dernière renonce finalement à piloter le grand débat national qui s’annonce être un grand enfumage, mais gardera les sous sans faire le boulot. Un SMIC annuel par mois, ça ne se refuse pas ?

C’est précisément ce même montant de rémunération que perçoivent nombre de directeurs de Sociétés d’économie mixte, et que percevaient également des Directeurs d’administration parisienne. Est-ce toujours le cas ? A quand la transparence à ce sujet ? La maire ne dit pas un mot sur la réforme en cours de la taxe d’habitation. Pourtant, les 20% les plus riches représentent à Paris 44% des résidents. Si on ne leur supprime pas la taxe d’habitation et qu’on augmente son taux si bas à Paris (13,38%, contre 24,47% au niveau national et 40,25% à Marseille), on aurait de quoi s’occuper des sans abris ! La révolte des gilets jaunes c’est aussi une aspiration à une fiscalité juste. C’est vrai nationalement, ce doit être vrai aussi localement.

Se (re)saisir de la démocratie

Mais la maire dans son château nous souhaite une bonne année et on l’en remercie. Moi je nous souhaite qu’elle soit celle la victoire des gilets jaunes, ce nouveau mouvement des sans culottes. Cette insurrection citoyenne incarne une exigence de justice sociale et de démocratie : la restauration de l’ISF et l’instauration d’un référendum d’initiative citoyenne. Pour enfin s’attaquer au problème crucial du réchauffement climatique, ce serait si nécessaire que le peuple reprenne le pouvoir contre les lobbys !

En ce début d’année, la Macronie et nombre d’élus parisiens n’ont pour unique stratégie que de dénigrer, réduire à ses débordements le mouvement des gilets jaunes pour mieux les provoquer et y opposer répression et criminalisation intolérables, jusqu’à remettre en cause le droit de manifester. Mais à Paris aussi, il est grand temps que les citoyens se saisissent de la démocratie pour choisir la vie et la ville qu’ils souhaitent. C’est le sens de la victoire arrachée fin décembre par les habitants et surtout des habitantes de la Porte de Montreuil contre la fermeture initialement prévue de leur collège de quartier, le collège Jean Perrin. Et de quelle couleur croyez-vous qu’était la couleur des gilets qu’ont revêtus ces mères pour célébrer leur victoire ? Jaune bien sûr !

Vos réactions
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.