Accueil | Fiction par Loïc Le Clerc | 20 février 2021

2022 : et si c’était... Alexis Corbière

Il n’y croit pas lui-même ! Alexis Corbière, pour sa première participation à une élection présidentielle, s’est hissé au second tour, battant d’un cheveu la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen. Le deuxième tour face à Emmanuel Macron s’annonce épique.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Oh putain de merde ! » Voilà tout ce qui est sorti de la bouche d’Alexis Corbière lorsque son visage est apparu sur l’écran de télévision. Il y avait bien des rumeurs, mais l’épisode 2017 était bien trop présent dans les esprits pour que l’on s’enthousiasme de trop.

Mais là, cette fois-ci, c’est donc bien réel. Il l’a fait. De peu, vraiment peu. Mais il l’a fait.

 

DANS LA SÉRIE « 2022 : ET SI C’ÉTAIT... »
>>
Christiane Taubira
>> Fabien Roussel

 

Alexis Corbière, 53 ans, affrontera donc le Président-sortant Emmanuel Macron dans deux semaines. En attendant un débat d’entre-deux-tours qui s’annonce déjà comme ardu, le candidat de la gauche jubile. « C’est bon, putain, c’est bon ça ! »

Vulgaire, Alexis Corbière ? Comme devant un match de rugby. Sauf qu’on n’est pas en train de disputer une partie du quinze parlementaire là ! C’est la présidence de la République que le pilier vise. Et il compte bien ne pas en rester-là !

Galvanisé par l’événement, sa verve se fait verbe. Alexis Corbière monte sur la table du Procope et, main droite sur la hanche, il déclame Saint-Just, Jaurès… et bien sûr Robespierre :

« Peuple, souviens-toi que, si dans la République la justice ne règne pas avec un empire absolu, et si ce mot ne signifie pas l’amour de l’égalité et de la patrie, la liberté n’est qu’un vain nom ! On ne peut régner innocemment. C’est dans notre programme que le verbe de la France se fait chair. J’ose dire, sans jouer des mots, que plus nous serons révolutionnaires, plus nous le serons délibérément, consciemment, plus nous comprendront aussi la nécessité de défendre toujours, de sauver toujours l’indépendance de la nation. »

Jean-Luc Mélenchon, visiblement très ému de voir son éternel bras-droit réussir là où lui a toujours échoué, a simplement commenté : « Quel audace ! Non seulement, Alexis renoue avec la gauche, mais il a réalisé l’exploit de ramener cette gauche française dans le giron de la tradition révolutionnaire. » Puis, le maître a scandé à son tour ce qui ressemble de plus en plus au slogan du second tour : « La révolution par les urnes ! »

 

Loïc Le Clerc

Cet article est extrait du numéro décembre/janvier de notre e-mensuel. La prochaine fois, pour le recevoir en exclusivité directement dans votre boîte mail, abonnez-vous !

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • « Quel audace ! Non seulement, Alexis renoue avec la gauche, mais il a réalisé l’exploit de ramener cette gauche française dans le giron de la tradition révolutionnaire. »

    C’est quoi la goche ?
    C’est Hidalgo et Valls qui combattent l’islamo-gauchisme avec leurs allies objectifs ; LREM, LR, RN ?
    C’est le PS qui rêve toujours de places ?
    C’est Brossat qui rêve qu’Hidalgo lui garde une place ?
    C’est Jadot qui rêve de homards ?
    Merci d’être précis !! La goche ne reviendra jamais au pouvoir, le peuple enfin peut-être...

    Cyrano 78 Le 23 février à 20:27
  •  
  • Cyrano 78 Laisse le petit bourgeois à ses calembours....Les chiens aboient....

    Dominique FILIPPI Le 28 février à 10:56
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.