CC Jacques Paquier
Accueil | Par Loïc Le Clerc | 12 mai 2021

Accrochez-vous bien, Emmanuel Macron prépare son « moment social »

Ceci n’est pas une blague… Même si l’on peut rire du comique de répétition : il s’agit-là du onzième « tournant », « virage » (appelez- ça comme vous voulez) social du quinquennat.

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce mercredi 12 mai, en lisant cet article de France Inter, nous avons d’abord cru à un poisson d’avril – ce qui nous a paru très étrange pour un 12 mai. « Comment Emmanuel Macron prépare son "moment social" », voilà pour le titre. Puis, cette accroche : « C’est l’image dont rêve l’Elysée : la superstar Beyoncé mettant le feu aux jardins du Palais, sous les yeux ébahis d’Hillary Clinton et de Kamala Harris, la vice-présidente américaine, symbole planétaire de diversité et de réussite. »

Les jours passent, les semaines, les mois, les années, et tout porte à croire qu’Emmanuel Macron a raison : nous avons des « problèmes psy ». Car, aussi étrange qu’il puisse paraître, nous n’avons jamais, ici à Regards, considéré le président de la République comme un homme de gauche. Comparaison n’est pas raison, mais nous avons plus souvent vu en lui un Ronald Reagan qu’un John F. Kennedy, un Donald Trump qu’un Barack Obama, du moins sur l’échelle de Joe Biden…

 

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Écologie, fiscalité, Covid : comment Biden ridiculise Macron

 

Et pourtant, non, Macron se prend pour Obama et ce n’est pas un canular. À l’occasion du Forum génération égalité – présidé par la France et le Mexique, qui se tiendra à Paris du 30 juin au 2 juillet –, Emmanuel Macron entend bien redorer son image de beau gosse mondial du camp libéral. Rappelons, encore et encore, que la grande cause du quinquennat est l’égalité entre les hommes et les femmes… et que rien dans la politique menée par Emmanuel Macron n’a mené, de près ou de loin, à une amélioration des conditions des femmes.

Mais ça, c’était avant.

Car voyez-vous, Emmanuel Macron, aussi jupitérien soit-il, reste un mortel. Il a deux yeux, deux bras et deux jambes et, comme on le lit toujours sur France Inter, « à moins d’un an de la présidentielle, le chef de l’État a trouvé le moyen de renforcer sa "jambe gauche" ». Comment ? En prenant des cours particuliers avec Lionel Messi ? Non. En ne faisant plus que du cloche-pied ? Non plus. En venant au chevet de la jeunesse :

« C’est aussi en ce tout début d’été que le chef de l’État devrait annoncer sa mesure tant attendue pour les jeunes : 500 euros par mois, dès septembre, pour les moins de 25 ans en difficulté, en contrepartie d’un d’accompagnement intensif vers l’emploi. Une sorte de "garantie jeunes universelle", élargie à "au moins un million de jeunes" (contre 200.000 sur l’année 2021) selon l’objectif du ministère du Travail. Ajoutez à cela la fin du couvre-feu et la réouverture quasi-totale du pays le 30 juin... Emmanuel Macron tient là sa séquence "bonnes nouvelles", pour sortir enfin des débats sanitaires et sécuritaires. »

La France est-elle prête pour tant de générosité ? Dieu seul sait. Nous, ce que l’on sait, c’est qu’Emmanuel Macron n’en est pas à son premier « tournant social ». À l’été 2020, nous en comptions déjà… dix. Alors, à ce niveau-là de social – de socialisme ! –, on n’a plus qu’une hâte : applaudir le onzième changement de braquet !

 

Loïc Le Clerc

Vos réactions (2)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Cesse-t-on d’être de gauche dès l’instant qu’on cesse d’être pour le socialisme ? Les contenus idéologiques balisés par les repères que sont les notions de gauche et de droite évoluent. Si plus personne parmi les citoyens-électeurs ne défend l’idée que la propriété privée des moyens de production et d’échange est en soi condamnable, un vide apparaîtra dans la zone frictionnelle entre la gauche et la droite. Il faudra le combler, la politique ayant horreur du vide.

    LREM a toutes les raisons de s’y installer. Quelle frontière va alors se déplacer ? On voit mal l’alternance se jouer en France indéfiniment entre la droite un peu moins à droite et la droite un peu plus à droite. On évoluera plutôt vers un paysage comparable à celui des Etats-Unis, avec le langage pour le décrire. Aux USA la notion de socialisme n’existe pas. Il y a pourtant, clairement, une gauche et une droite.

    Glycère BENOIT Le 13 mai à 17:57
  •  
  • kQmGdEWVNL

    sHIQxUdwbD Le 27 mai à 19:55
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.