CC Parti socialiste
Accueil | Entretien par Loïc Le Clerc | 20 août 2018

Barbara Romagnan (Génération.s) : « Ça n’a aucun sens politique qu’on soit séparé d’EELV »

Dans le JDD du 19 août, Yannick Jadot a tranché : il n’y aura pas d’alliance entre EELV et Génération.s pour les européennes. Une décision qui divise jusque dans son camp. Entretien avec l’ex-députée PS et membre de Génération.s Barbara Romagnan.

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards. Comment réagissez-vous à l’annonce de Yannick Jadot de ne pas faire d’alliance avec Génération.s pour les élections européennes de 2019 ?

Barbara Romagnan. Que Yannick Jadot commence sa campagne, je le comprends, mais il devrait se garder d’affirmer ce genre de choses de façon trop péremptoire. Je pense que cette union est vraiment souhaitable. Ça n’a aucun sens politique qu’on soit séparé. On n’a jamais été si proche sur le plan idéologique, des valeurs, y compris en termes d’expérience et de sympathie. Ce sont des gens avec qui ont a fait des campagnes, qu’on retrouve en manifestation. Je ne comprends pas l’histoire qu’on va raconter aux gens. EELV et Génération.s, on pense la même chose sur tous les sujets primordiaux : l’écologie, la démocratie, l’accueil des migrants, le discours et la posture pro-européenne. Il y a autant de différences entre nous qu’entre les écologistes eux-mêmes, et nous n’en avons aucune d’essentielle. J’aimerais bien qu’on m’explique ce qui justifie qu’on ne soit pas ensemble.

LIRE AUSSI SUR REGARDS.FR >> Elections européennes : grandes manoeuvres, petites pratiques

À propos de la présidentielle où il avait soutenu Benoît Hamon, Yannick Jadot avance : « Il n’est pas interdit d’apprendre de ses erreurs »...

Je comprends qu’après l’expérience de la présidentielle – où on a fait tous ensemble un très mauvais score – ça soit difficile, d’autant que Yannick Jadot s’était retiré au profit de Benoît Hamon. C’était un acte fort. Mais je ne sais pas comment expliquer le fait qu’il y ait deux candidats. Je ne sais pas dire aux gens comment choisir entre Yannick Jadot et Benoît Hamon. Comment l’expliquer autrement que pour des sujets d’égos, de gens qui veulent retrouver une place ? Mais je ne pense pas que ça soit la faute à Yannick Jadot. Je pense que, à Génération.s, c’était à nous de créer les conditions pour qu’on puisse faire quelque chose ensemble.

Est-ce que cela peut changer quelque chose dans votre stratégie pour les européennes ? Un rapprochement Génération.s/PCF par exemple ?

Aucune idée. Mais si on regarde la situation : chez les communistes, ce sera Ian Brossat, Yannick Jadot chez les écolos et chez nous il y a une probabilité assez forte pour que ce soit Benoît Hamon. Vous imaginez si on se retrouve avec trois mâles blancs parisiens ? Trois listes alors même qu’ils pensent la même chose ? Ça me met vraiment très en colère.

Selon un sondage paru fin juin, voici les tendances pour les élections européennes :

 LREM/MoDem 23%
 RN(ex-FN) 19%
 LR 15%
 LFI 11%
 DLF 6%
 EELV 6%
 PS 6%
 Génération.s 3%
 UDI 2,5%
 PCF 2,5%

Vos réactions (3)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • EELV c’est bien l’ex part i de DE RUGY ah oui ! c’est bien la liste COHN BENDIT ah oui ! donc en 2019 les gens (qui voteront) feront comme en ITALIE en 2018 80§des voix pour toute liste favorable à la sortie de l’EURO de l’UE nota pour le PCF le chef de file n’est pas (encore) chef de liste et le 38 eme CONGRES PCF promet des surprises une autre liste pour la sortie de l’EURO et de l’UE est en cours d’organisation (pour intégrer les 80% de suffrages )

    ouvrierpcf Le 20 août à 12:00
  •  
  • EELV et Génération.s n’ont aucun sens. Ils ne servent à rien à part permettre à la Droite et à l’Extrême Droite de s’affronter au second tour.
     
    Les ptits bourgeois soit disant de gauche qui empêchent la gauche de gagner : maintenant, ça suffit !

    MarreDePerdre Le 21 août à 13:35
  •  
  • L’écologie ne peut exister que dans un monde anti-capitaliste qui condamne la recherche du profit maximum à court terme.
    Un seul parti fait cette synthèse, tous les autres tergiversent et le temps nous est compté !

    CAVALIER Le 23 août à 14:34
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.