Accueil | Entretien par Loïc Le Clerc | 11 mars 2019

« Sur l’UE, Mélenchon ne fait plus référence à la stratégie "plan A, plan B" »

En réponse à Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon a écrit une tribune intitulée « Sortez des traités, stupides   ! » et publiée par Libération le 10 mars. Pierre Khalfa, co-président de la Fondation Copernic, nous aide à la décrypter.

Vos réactions (6)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Regards. Qu’avez-vous pensé de cette tribune ?

Pierre Khalfa [1]. Fondamentalement, c’est une très bonne tribune. Elle pointe l’essentiel des enjeux européens : rompre avec l’Europe néolibérale et antidémocratique dans la perspective d’une Europe solidaire, respectant les impératifs écologiques. Cette Europe nous entraîne dans une spirale sans fin de récession économique et sociale. On voit bien que les dirigeants européens pensaient retrouver un cycle de croissance avec leurs programmes économiques, or, on est à la veille d’une stagnation économique, ou pire, d’une nouvelle récession.

 

VOIR AUSSI SUR REGARDS.FR
>>
Marina Mesure (LFI) : « Nous voulons proposer un traité refondateur de l’Union européenne »

 

Qu’est-ce qui a évolué dans le discours de Jean-Luc Mélenchon sur l’Union européenne (et qu’est-ce qui n’a pas changé) ?

Ce qui m’a frappé, c’est l’absence à toute référence à la stratégie « plan A, plan B » qui faisait l’objet d’interprétations contradictoires. Là, les choses sont assez claires, il s’agit de rompre avec les traités européens dans la perspective d’une refondation, d’une bifurcation dans la construction européenne.

Jean-Luc Mélenchon écrit que le « préalable » à toute autre politique européenne est la sortie « des traités qui organisent l’UE ». Est-ce possible sans quitter l’UE ?

Oui, c’est tout à fait possible. On peut désobéir à l’UE et aux traités. On peut aussi obtenir, dans le cadre de négociations, des dérogations par rapport à l’application des traités. Le Royaume-Uni a bien exigé de ne pas être soumis aux quelques petites règles sociales de l’UE. Il faut mettre en oeuvre un programme de rupture avec le néolibéralisme ce qui suppose créer un rapport de force avec les institutions européennes. Mais lorsqu’on engage un bras de fer, on ne peut pas en prévoir l’issue. Quitter l’UE ne peut pas être un préalable, ni un objectif, mais ça peut être une conséquence d’une bataille politique à un moment donné.

« Jean-Luc Mélenchon sous-estime l’expansionnisme russe. La Russie fait peser une menace sur les libertés démocratiques de ses voisins. »

Que penser des affirmations : « La peur des Russes est absurde  ! Ce sont des partenaires naturels. » et « il est possible de commencer un nouvel âge de la civilisation humaine. On le peut ici sur le continent le plus riche, le plus instruit. S’il assume un protectionnisme négocié avec le monde, il fera de telles normes humanistes une nouvelle ligne d’horizon commun pour des milliards d’êtres humains. » ?

Jean-Luc Mélenchon sous-estime l’expansionnisme et le nationalisme russe. La Russie, qui n’est pas aujourd’hui un Etat démocratique, fait peser une menace sur les libertés démocratiques de ses voisins. Évidemment, la Russie est un « partenaire », mais les Etats-Unis aussi et ça n’empêche pas de dénoncer l’impérialisme américain. On ne peut pas dire aujourd’hui que la Russie, tant en Europe qu’au niveau mondial, joue un rôle positif dans les rapports entre les nations.

Sur le protectionnisme, il y a là une vieille divergence. La mise en place de mesures protectionnistes aggraverait sensiblement la guerre commerciale entre les nations, car les pays qui y seraient confrontés mettraient en place des mesures de rétorsions et feraient payer d’une manière ou d’une autre aux salariés le différentiel de compétitivité ainsi créé. De plus, protéger, par exemple, les entreprises françaises des importations issues des pays à bas coût ne garantira en rien que la situation de leurs salariés s’améliorera. La déflation salariale et le chômage de masse n’ont pas attendu le développement du libre-échange mondialisé pour s’imposer et les délocalisations ne sont pas la principale cause du développement du chômage en France. Il faut sortir du dilemme entre protectionnisme et libre-échangisme avec, par exemple, des mesures comme des taxes sur la distance de transport des marchandises – au nom des coûts écologiques de transport – ou interdire l’importation de produits issus de processus de fabrication nocifs pour la santé.

 

Propos recueillis par Loïc Le Clerc

Notes

[1Co-auteur du livre Cette Europe malade du néolibéralisme. L’urgence de désobéir. Editions Les liens qui libèrent, à paraître le 20 mars.

Vos réactions (6)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Sortir du dilemme entre protectionnisme et libre-échange ! On fait quoi monsieur Khalfa ? Pour l’instant vous n’apportez aucune réponse ...Le protectionnisme proposé n’est pas fait à l’aveugle , il convient d’y mettre des conditions ce qu’explique la FI dans son programme l’avenir en commun que M Khalfa n’ a pas lu sans doute ...( dumping fiscal , social , travail des enfants , règle verte ....) Concernant la question de la Russie qui n’est pas un pays démocratique ... merci de citer un seul pays qui est véritablement démocratique .... la France sans doute ?condamnée par la cour européenne et les instances de l’ONU pour mutiler les manifestants GJ ., arrêtant arbitrairement sa population sans preuve , faisant la guerre au Mali ,en Libye , en Syrie , au Tchad pour soutenir un dictateur, livrant des armes à l’Arabie saoudite coupable de génocide vis à vis du Yémen ...Les Etats Unis qui déstabilisent les pays d’Amérique Latine déclarant la guerre à des gouvernements légitimement élus pour grader la main mise sur leurs richesses pour le compte des ses multinationales ... Plutôt que donner des leçons d’analyse plus que contestables balayez et balayons devant notre porte ...

    jaime Le 11 mars à 16:42
  •  
  • Bonjour Mr Khalfa

    Au sujet de "La Russie fait peser une menace sur les libertés démocratiques de ses voisins. »
    Voici les malheureux voisins de la Russie !!
    https://www.google.fr/search?hl=fr&tbm=isch&source=hp&biw=1600&bih=757&ei=08aGXNLYIpOBjLsPuvCBuAM&q=ukrainian+nazis&oq=nazis+uk&gs_l=img.1.1.0j0i8i30l3.1960.7691..10284...0.0..0.96.554.8....2..0....1..gws-wiz-img.....0..0i10j0i30j0i5i30.fFUv8HLy6BA
    Au fait combien d’élections libres en Ukraine depuis l’arrivée des démocrates pro US/EU ?
    Ah aucune ? C’est super démocratique !
    Et chez Poutine ? Ah Poutine les gagnent donc c’est anti-démocratique !!
    Pour les polonais et les baltes, rassurez-vous, ils vont rattraper leur retard par rapport à l’Ukraine.
    A bientôt

    Cyrano78 Le 11 mars à 21:46
  •  
  • Merkel vient de dire non à Macron concernant les toutes petites réformettes sociales de l’UE qu’il avait proposé. Par contre, les politiques industrielles d’État sont toujours interdites par l’Union Européenne.
     
    L’UE a été construite par la Droite Bourgeoise. Celle-ci est totalement anti-démocratique (rappelons que la Russie de Poutine fait figure d’ultra démocratie en comparaison de l’UE). La Droite n’a pas eu de scrupules à faire interdire les politiques économiques de gauche au niveau constitutionnel.
     
    Enfin, pour nous Français, la Francophonie est beaucoup plus importantes que l’Europe. Nous n’avons rien à faire avec les Polonais, les Roumains, les Hongrois, et toute cette racaille néo-fasciste. Notre horizon, c’est la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, la Côte d’Ivoire, et toute la francophonie en général.

     Le rôle de la gauche française, c’est de créer l’URSF : l’Union des Républiques Socialistes Francophones

    turlututu Le 12 mars à 10:30
  •  
  • Le libre-échange, c’est la mise en concurrence des travailleurs du monde entier et c’est le triomphe politique du capitalisme destructeur de la planète . le protectionnisme raisonné est la solution , et les "rétorsions" ne doivent pas nous faire peur , car , comme il se produit en Russie face aux "punitions" infligées par les USA , les Russes renforcent leur autonomie , ce que tous les peuples devraient faire .

    jeangiblin Le 13 mars à 10:15
  •  
  • Bon... c’est vraiment le genre d’interview qui me laisse dans l’expectative...
    Ni les USA, ni la Russie ne jouent un rôle positif dans les rapports entre nations... L’objectif pour la France serait donc plutôt de retrouver un équilibre dont notre participation à l’OTAN est non seulement l’aveu qu’il n’existe pas mais la preuve que nous sommes aussi soumis à l’heure actuelle à la volonté impérialiste américaine.
    Or, comme toute émancipation l’impose, c’est dans un premier temps en s’affirmant contre celui qui vous soumets qu’on affirme sa propre existence ! Ne cherchez pas plus loin vers une éventuelle collusion avec Poutine, il n’y en a pas ! En effet, si nous étions à contrario engrener dans une alliance militaire type "Pacte de Varsovie" avec les Russes, donc sous leur houlette, ce serait d’eux qu’il faudrait se détacher et des américains qu’il faudrait se rapprocher... Mais comme on ne refait pas l’Histoire ! Peut-on vraiment souhaiter autre chose pour la France et pour l’Europe que cette 3ème voie salvatrice ?????

    Sur le protectionnisme qui aggraverait la guerre commerciale entre les nations... le dire c’est admettre qu’il y a déjà une guerre commerciale que paient d’un lourd tribu les travailleurs à travers le monde. Les seuls qui en tirent profit étant la minorité favorisée par le néolibéralisme. Peut-on se contenter d’en faire le constat sans rien proposer d’autre que de ne pas toucher au libre-échange sous prétexte que celui-ci ne serait pas à l’origine de toute la misère du monde ?

    Il faut sortir du dilemme entre protectionnisme et libre-échangisme avec, par exemple, des mesures comme des taxes sur la distance de transport des marchandises – au nom des coûts écologiques de transport – ou interdire l’importation de produits issus de processus de fabrication nocifs pour la santé.

    Je rappelle que le protectionnisme solidaire et écologique proposé par la France Insoumise est bien celui qui conditionne des échanges commerciaux à leurs coûts sociaux et environnementaux. N’en déplaise à l’invité, si l’on passe alors d’un "libre-échange" à un "juste-échange" , on ne s’extrait pas du dilemme entre protectionnisme et libre-échangisme, mais on décide de placer les échanges commerciaux sur un tout autre terrain qui est celui de la coopération entre les peuples. Et c’est exactement le propos de "l’avenir en commun"...

    Bref, on peut se demander si l’invité qui s’exprime sur le programme défendu par Mélenchon, entrautre, a bien lu "l’avenir en commun !

    carlos Le 13 mars à 16:39
  •  
  • Bonjour
    A Carlos
    D’accord avec vous sur les grandes lignes
    Faire de la Russie l’ennemi principale est une grosse erreur, tant sur le plan de la sécurité que de l’économie. les gens manque de mémoire historique . A l’époque de Gorbatchev, la Russie (ex URSS), à retiré ses troupes (et ses missiles) ,avec le pacte de Varsovie, et c’est retiré derrières ses frontiéres. il faut rappeler que les troupes Russes étaient a moins de deux heures de Paris, installer en Allemagne de l’Est !.Maintenant , elle sont a plus de un jour. Ou est le danger !?
    Pour les missiles, à une époque les missiles était à l’Est et les pacifistes a l’ouest, comme l’a dit un certains président. dorénavant les Missiles sont ou, et surtout les pacifistes ...nulles part. si les USA n’avait pas relancer la course aux armement les Russes n’auraient pas, innover sur leur nouveaux missiles. Si les USA n’aller pas chatouiller l’ours Russe a la limite de sa tanière, avec l’OTAN (Pologne, pays Baltes...), les russes ne soupçonnerais pas l’Occident d’intention mauvaise.
    Sur le plan économique , ou est le principale danger !? ...des Russes ou des USA . Entre les sanctions économique, le rackettage, impérialisme agressif de Trump et consort. l’ennemi principal reste les USA.
    Comme vous dites l’Europe et la France devrais choisir une troisième voie , neutre et équidistance de la Russie et des USA.
    mais cela ne se feras pas....

    bob Le 14 mars à 17:29
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.