Captures d'écran lefildescommuns.fr
Accueil | Par Loïc Le Clerc | 29 janvier 2019

Clémentine Autain et Elsa Faucillon lancent Le Fil des communs

Alors que la gauche part plus que jamais divisée vers les élections européennes, les députées insoumise et communiste dévoilent leur initiative commune pour « tracer la voie » : le Fil.

Vos réactions (20)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

« Passerelle, cohérence, invention ». Voilà le triptyque du "Fil des communs", une initiative commune des députées insoumise et communiste Clémentine Autain et Elsa Faucillon – par ailleurs co-directrices de la revue Regards.

« Nous prenons une initiative politique, l’époque nous y oblige pour bâtir une issue émancipatrice aux crises contemporaines. Nous voulons participer activement au travail de refondation des idées, stratégies et formes politiques à même d’agréger et de gagner dans notre pays », écrivent-elles sur leur site.

L’idée n’est pas de créer un énième mouvement politique à gauche, mais bien de « mettre au pot commun », explique à Regards Clémentine Autain :

« La vitalité de notre famille politique suppose la mise en mouvement et elle ne peut être uniforme. »

De son côté, Elsa Faucillon assure aussi vouloir « influer, pas éclater ». Auprès de Regards, cette dernière développe :

« Nous faisons le constat de l’éclatement et du besoin de renouvellement des idées à gauche. Nous voulons travailler au deux. Les convergences sont essentielles, mais elles sont insuffisantes si elles ne s’attellent pas à donner du sens, de la cohérence, de l’innovation. »

La députée insoumise a d’ailleurs présenté cette initiative au groupe parlementaire « sans difficulté aucune », pas plus que sa collègue avec le groupe communiste.

 

« Mener tous les combats »

Dans leur premier édito, les deux députées font l’analyse suivante : « L’esprit public se meurt, les inégalités sociales et territoriales explosent. […] Dans ce moment où le brun a le vent en poupe à l’échelle internationale, notre capacité à tenir tête et à affronter les droites dures est clairement posée. » D’où la nécessité de « travailler, encore et toujours, pour imaginer des réponses renouvelées. Le fil permet de tisser, et donc de créer ».

Avec le Fil, Clémentine Autain et Elsa Faucillon entendent « contribuer à cet effort de mise à jour, d’invention » à gauche, avec une « obsession » : « La cohérence des combats contre les oppressions, dominations, aliénations ».

Elles assurent vouloir « mener tous [l]es combats » :

« Entre les travailleurs qui se suicident au travail et les migrants qui peuvent mourir en traversant la Méditerranée, entre les précaires victimes de la dérégulation économique et les femmes victimes de violences, entre la lutte pour l’emploi et la préservation de l’environnement, entre le combat contre le racisme et la défense des droits LGBTI, nous ne choisissons pas. »

Concrètement, l’insoumise et la communiste veulent faire du Fil « un outil pour tracer la voie de ces prises de position concrètes qui permettent de faire valoir cette cohérence ». Mais aussi « que le Fil joue un rôle de passerelle », notamment entre « le mouvement social, l’espace politique, le monde intellectuel et artistique ».

Pour l’heure, le Fil se présente comme une newsletter hebdomadaire. Mais les deux parlementaires assurent qu’il « se prolongera par des initiatives publiques ». Et de conclure leur édito :

« Nous voulons faire mouvement, influer sur le cours de la construction politique à gauche. »

 

Loïc Le Clerc

Vos réactions (20)
  • envoyer l'article par mail envoyer par mail
  • Version imprimable de cet article Version imprimable

Vos réactions

  • Bravo, mesdames. Vous avez tout mon soutien. Je trouve votre démarche très intéressante et très intelligente.
    Je suis une femme, je suis gilet jaune, je suis FI et je vous suis !
    Bonne journée.
    Virginie

    Lebel Le 29 janvier à 14:30
  •  
  • BRAVO !!
    Souhait de plein succès à cette initiative attendue par beaucoup !

    Michel Vesperini Le 29 janvier à 17:15
  •  
  • En avant de la mise en commun des intelligences, des audaces et des volontés pourra peut être jaillir des idées capables de rassembler et de réinventer la gauche.

    Avec vous à fond.

    revallier pierre Le 29 janvier à 17:26
  •  
  • Excellente initiative.
    La division de la gauche n’est plus possible !
    A revendications et programmes identiques ou presque, les divers gauches de sont pas capables de se rassembler.
    Pourtant l’urgence dans notre pays devrait suffire à faire un énorme front commun.
    Qu’attendez-vous ?

    Valbo Le 29 janvier à 18:08
  •  
  • Bravo mesdames,

    très bonne initiative, qui va dans le sens des GJ, et d’un très grand nombre de citoyennes et citoyens vivants en France.

    Nous attendons depuis longtemps la convergence des luttes.

    c’est le souhait d’une grande majorité qui n’en peut plus de voir nos représentants politique et syndicaux se déchirer au lieu de défendre nos intérêts. ON LÂCHE RIEN !!!!!!

    Pierre Michel Le 30 janvier à 13:07
  •  
  • bravo mesdames ,vous avez compris que l union fait la force , j aimerais tant comme bon nombres de mes amis que toute les listes de gauche (les vrais ) s unissent au mouvement de la france insoumis ne serait ce que pour les elections afin de frapper un gra,nd coup , je pense que vous avez compris que la division ne profite qu a macron et au fn ; BRAVO A VOUS ET EN ROUTE POUR LA REUSSITE

    patrick martinez Le 30 janvier à 13:43
  •  
  • Moi je ne dis pas bravo à ces 2 femmes pour lesquelles j avais du respect , mais votre édito ne dit rien .A part que vous avez découvert que la pluie mouille, car vos analyses n apportent rien de plus .
    En revanche ce qu il dit sans le dire c est que vous souhaitez le retour de la fameuse "union de la gauche ", mais mr glucksmann et sa" place publique "vous ouvre les bras !!! Qu attendez vous pour le rejoindre afin de revitaliser le Ps hai de tous.

    Il ne faut pas nous prendre pour des cruches , on connait les manoeuvres politiciennes depuis longtemps , programme commun etc...
    Votre ficelle est trop grosse .

    liliane ROSSIGNOL Le 30 janvier à 14:05
  •  
  • Un grand bravo à toutes les deux pour cette initiative que nombre de militants de la gauche, dans son ensemble attendaient depuis longtemps. je vous apporte mon soutien. Vous illustrez magnifiquement cette célèbre phrase d’Aragon " la femme est l’avenir de l’homme". Je vais suivre avec intérêt votre fil et suis disponible pour vous aider dans cette entreprise.
    Fraternellement
    Yves

    yves Le 30 janvier à 14:18
  •  
  • Bravo les filles , je suis d’ accord avec vous. LE peuple attend. J’ai 80 ans,depuis 1958 j’attend le grand chambardement.je lutte depuis 60 ans, j’espére que nous réussirons .Vous ,pensez bien,car la clef , c’est L’UNION . georges

    Dehon georges Le 31 janvier à 12:07
  •  
  • Soit !
    Mais encore un "bidule " pour essayer de fédérer cette "pauvre gauche" jamais autant éparpillée, jamais aussi mal représentée et pourtant souvent si proche dans les intentions.

    Cette gauche qui pourrait sincèrement se mettre d’accord sur un programme clair et précis pour regrouper et mobiliser les citoyens qui se retrouvent bientôt devant autant de listes qu’il y a "d’égos" à satisfaire positionnés en première ligne.

    La Droite, le patronat et les "saigneurs" peuvent continuer à piller et magouiller tranquille , il y a toujours plus de listes censées représenter la France d’en bas , salariés , jeunes, retraités , familles... qu’il n’y a bientôt de militants actifs.

    Que la gauche retrouve davantage de militants sincères , honnêtes et désintéressés et affiche enfin un peu moins de prétendants aux avant postes et cela ira beaucoup mieux pour faire avancer la justice sociale, la justice fiscale, la dignité, la finance au service de l’humain (et non l’inverse) et la paix dans le monde.

    Un peu moins de leader (aussi médiatiques soient-ils) et beaucoup plus de militants éclairés et réellement mobilisés pour que ça change vraiment.

    Il ne faut et il ne suffit pas d’attendre le grand chambardement, il faut se donner les moyens de le réaliser.

    Assez de spectateurs et de clients-consommateurs des acquis
    (conquis !) sociaux et sociétaux , mais énormément plus d’acteurs (avec ou sans gilets jaunes ou stylos rouges).

    Arthurr

    Arthurr Le 31 janvier à 12:23
  •  
  • Bonjour
    Avec quelle "gauche" il faut discuter, d’abord le mot gauche a t-il un sens ?, autant de question. Certes il y a le clivage, ou l’axe, droite gauche, mais il y a a aussi le clivage entre ceux dans haut et ceux dans bas, et beaucoup de gens ne se reconnaissent plus dans la gauche , parmi ces gens d’en bas, les gilets jaunes l’ont montré. Ce dire de gauche dans les milieux populaire est très mal vu....
    Place publique essaye aussi de rabibocher , tous les courants de la gauche , du PS au PCF, en passant par FI, sur des bases trés discutable. J’ai encore lu, que Paul Jorion qui soutient place publique, fait une distinction entre courant anti autoritaire et courant autoritaire, les autoritaire pour lui , étant le PCF et FI, pour cela il n’hésite pas a remonter au début du mouvement ouvrier et se donne des attribut anarchiste !. si je comprend bien, faut-il recréer une union de la gauche ou le PS redeviendrer dominant. PS qui n’a pour l’instant , n’a pas fait une once de remise en cause de sa politique passé, de gestion néo-libérale.Certes, ont peut toujours discuter, mais pour recommencer la mêmes chose ?.
    Les gilets jaunes , ont certes redistribuer un peu les cartes, mais ont est dans le flou politique et idéologique avec eux.
    Certes la base , le bas,bouge mais ont ne sait pas dans qu’elle sens:dans un sens réactionnaire ou progressiste ?
    Et la gauche, que va t’elle faire nous faire une éniéme mouture d’un réformisme , qui ne s’en prendra pas aux milliardaires, multinationales, patrons,paradis fiscaux....

    Bob Le 31 janvier à 15:39
  •  
  • Quel soulagement !! Enfin une initiative unitaire !! Encore merci !! Le peuple a besoin d’une gauche unie

    Casanova Le 31 janvier à 22:59
  •  
  • Bonjour
    Comme je le redis il y a deux axe ,une ligne ou un curseur droite/ gauche, ou il est déja difficile de distinguer la droite de la gauche/
    Et un axe ligne ceux du haut , les élites , et ceux d’en bas.
    Une ligne horizontale, droite ¨gauche et une ligne, verticale bas /haut
    Ces deux lignes peuvent-elles s’entrecroiser pour qu’a un endroit, les gens se rencontrent, et agissent ?.
    Il me semble que chez certains de FI , il fallait dépasser le clivage droite -gauche pour fédérer le peuple.....

    bob Le 1er février à 11:59
  •  
  • Elsa Faucillon représente une tendance minoritaire au PCF, dont la motion a recueilli 12 % des voix au dernier congrès. A une autre époque, l’âge d’or du PCF, son comportement aurait été irrémédiablement puni en tant que travail fractionnel. Autant dire un arrêt de mort. On peut se féliciter qu’elle soit révolue. L’époque. L’âge d’or aussi. Le PCF maintenant travaille à sa survie, à un niveau d’influence que les électeurs fixeront, mais au prix de son identité marxiste-léniniste, qui n’admet pas les tendances.

    Glycère Benoît Le 2 février à 04:38
  •  
  • La gauche féminine cherche la gamelle
    N’avez-vous pas encore compris l’ineptie de votre engagement
    Dans les rouage d’un système qui vous méprise
    Qui méprise le(s) peuple(s)
    Et maintenant, c’est moi qui vous méprise
    Petites huileuses du système

    Feufollet Le 3 février à 20:11
  •  
  • Bon... je suis passé faire un tour sur votre "fil" mesdames et je crois comprendre ce que vous souhaitez faire... Même si je ne considère pas en tant que sympathisant, que le combat "pour unir LA gauche" doive être celui de la France Insoumise, il ne m’apparaît pas contre-productif que Clémentine A., avec Elsa F. du PCF, travaillent à une "passerelle" qui permettraient d’ouvrir le dialogue (car aujourd’hui celui-ci s’avère plutôt difficile) entre des formations politiques censées être acquises au combat pour l’émancipation sociale, écologique et civique des individus mais aussi avec les mouvements sociaux et le monde intellectuel/artistique. Après tout, la FI construit en ce moment une force politique européenne avec des formations étrangères dont l’objectif s’apparente grandement à celui défendu dans "l’avenir en commun" pour tisser un front solide dans la guerre qui s’annonce avec les institutions européennes... Ne serait-on donc pas capable de construire en France un "conseil de résistance" à opposer aux pertes des droits et libertés orchestrés par un pouvoir néolibéral totalitaire ?

    Je vous encourage donc à animer cette passerelle, mais il va falloir certainement plus que des "articles" et des "tribunes" pour que le "FIL" deviennent une corde impossible à casser... Peut-être que des débats et des rencontres précisément sur les sujets qui fâchent afin d’éclaircir véritablement ou le bas blesse, aboutirait à l’abandon des préjugés qui enveniment les relations politiques...

    carlos Le 4 février à 11:23
  •  
  • suite aux différentes réponses, je constate de nombreuses critiques, souvent réelles, MAIS L’ESSENTIEL c’est oser bousculer le Systéme ,pour revenir ,"d’abord le peuple" Clémentine et Elsa nous en donnent L’ESPOIR . Georges

    Dehon georges Le 6 février à 11:32
  •  
  • @Dehon georges. L’essentiel c’est une initiative pour raviver un courant à l’extrême gauche, non pour revenir au peuple. En France tous les courants, de l’extrême droite à l’extrême gauche y sont déjà, dans le peuple.

    Le peuple c’est tous les Français. Tous. Ils ne sont pas orientés politiquement de façon unanime, en un bloc homogène qui répondrait à ce que vous voudriez qu’il soit, dans une conception ou l’espoir existe mais non la liberté d’opinion. Pourtant les deux ne sont pas incompatibles : c’est espérer que la démocratie prévaudra. Contrairement au socialisme, le pouvoir est disputé entre plusieurs partis et l’espoir n’y est pas un monopole.

    Glycère Benoît Le 6 février à 15:44
  •  
  • Les "passerelles" doivent se multiplier, quand "le peuple " tente d’émerger d’un "piège à c..." où l’Histoire , donc la lutte de classe , "gagnée par les milliardaires", devient le début d’une "apocalypse mondialisée" ...

    Pour sortir la tête de ce bourbier mortel, il faut pouvoir se hisser sur de telles "passerelles", et tisser ensuite les maillages d’une "résurrection populaire internationaliste"...

    Oui, voici encore de belles sirènes qui me font rêver !
    Mais peut-être le préjugé "sirène" est-il encore du machisme attardé : donc "Nous" avons besoin du combat féministe !

    Le poète a toujours raison...

    Alain Guillou Le 17 février à 11:39
  •  
  • Bonjour

    Avec ou sans Hollande et El Kommery bref le PS
    "Quand c’est flou, il y a un loup"
    Dialoguez sans problème !
    Recherchez l’union ! Ok autour du referendum de 2005 !
    Le reste,on a déjà donné avec Hollande et son génial conseillé économique !!!
    Merci de préciser ce que veut dire la gauche pour vous car pour DCB Macron c’est la gauche !!
    Alors du précis SVP !!

    Cyrano78 Le 21 février à 21:23
  •  
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.